Call of Duty Infinite Warfare – Sabotage – Test

Photo du profil de Pierrick Pardonnet
PC PS4 Xbox One

La saison des DLC de Call of Duty Infinite Warfare vient tout juste de démarrer avec le premier pack de maps Sabotage disponible depuis le 31 janvier 2017 sur PS4 et qui le sera prochainement sur Xbox One et PC. Au programme de ce premier contenu additionnel payant : quatre nouvelles maps multijoueur, dont trois inédites et un remake, et une nouvelle map Zombie. Le tout est disponible pour le prix de 15€ environ, inclus pour ceux qui possèdent le Season Pass.

Infinite Warfare Sabotage DLC

Noir

La carte Noir comme son nom l’indique prend place au beau milieu de la nuit dans un quartier revisité de Brooklyn à New-York. Il fait un sale temps puisqu’il pleut sans cesse. Elle propose des affrontements majoritairement aux corps-à-corps et à mi-distance. Les fusils à pompe ont leur place dans cette map de moyenne taille. Concernant son level-design, rien d’original et s’appuie sur le gameplay mi-classique des Call of Duty et mi-vertical de cet opus. On utilise essentiellement le jetpack pour faire des doubles sauts plutôt que pour courir sur les murs.

Neon

Neon est sans doute la map la plus originale de ce premier pack de cartes. Elle emmène les joueurs dans un centre d’entraînement virtuel où les véhicules et les bâtiments apparaissent soudainement sous forme de pixels puis sous forme finale de l’objet. Ce qui est amusant également, ce sont les ennemis qui, quand on les tue, se décompensent en pixels alors qu’en général, on voit le sang qui gicle de partout. Aussi, cette map propose une allée centrale qui devrait plaire aux snipers, et surtout, elle permet d’utiliser plus souvent les possibilités de wallrun et de doubles sauts contrairement à la map Noir. En somme, map au style futuriste, originale, et qui va en adéquation avec le gameplay vertical du jeu.

Renaissance

Bye bye le côté futuriste du jeu avec Renaissance proposant des affrontements en plein cœur de Venise, en Italie. Les combats se veulent très dynamiques et nerveux, car la carte offre des ruelles étroites. Map du « présent » oblige, le level-design de cette dernière ne permet malheureusement pas de profiter pleinement de notre jetpack. Hormis pour accéder à des fenêtres en hauteur, et encore, Renaissance devrait plaisir aux amoureux du gameplay dit « boots on the ground ». Ce n’est pas pour nous déplaire, bien contraire.

Dominion
C’est devenu une tradition, une coutume, un rituel : proposer un remake d’une ancienne map d’un Call of Duty remis au goût du jour. Pour ce premier pack de Infinite Warfare, les développeurs ont décidé de refaire complètement la map Afghan du célèbre Modern Warfare 2. Elle se situe dorénavant sur Mars, et malgré une localisation différente, son cachet reste véritablement le même. Contrairement aux autres cartes très fermées, Dominion propose des combats ouverts et laisse place aux snipers (rebonjour l’Intervention). Level-design efficace pour les affrontements pied sur terre, mais un peu moins avec notre jetpack. Si certaines parois permettent de faire un petit marathon, très peu de joueurs le font favorisant plus une approche classique.

Rave in the Redwoods

Ou Psychose dans bois dans notre belle langue. C’est la seconde map Zombie de Infinite Warfare plongeant nos quatre protagonistes interprétés par Ike Barinholtz, Seth Green, Jay Pharoah et Sasheer Zamata qui sont de retour…non pas dans les années 80, mais dans les années 90. Cette nouvelle expérience nous transporte au bord d’un lac, où une fête s’est mal terminée. La particularité de cette map réside dans le fait que les joueurs débutent avec rien dans les mains. D’habitude, à chaque début de partie, le jeu nous offre un pistolet, mais ici nada. Combattre à main nue ? Que nenni. La map regorge d’armes à feu, mais aussi des armes un peu particulières comme une machette, une batte de golfe, ou même une hache. Des armes diablement efficaces et qui font très très mal puisqu’elles tuent en un coup pendant plusieurs manches, contrairement au pistolet où il faut plusieurs balles pour achever un zombie.

L’ambiance reste dans la continuité de ce que proposait Zombies in Spaceland, à savoir beaucoup de fun, et un humour omniprésent. On est à des années-lumières du sérieux et du très sombre et glauque mode Zombie de Treyarch. Et franchement, ça fait du bien. Map relativement grande, secret à résoudre, easter-eggs, bref on ne s’ennuie pas une minute dans ces bois. C’est un sans faute et en espérant que Infinity Ward continue sur cette belle lancée pour les prochaines maps Zombie.

Conclusion

Efficace serait le terme pour qualifier Sabotage, le premier DLC de Infinite Warfare. Ce contenu additionnel devrait ravir les deux camps : ceux qui aiment la verticalité du gameplay du jeu avec Neon, et même Noir, et ceux qui adorent le gameplay classique des anciens Call of Duty avec Renaissance et Dominion. Des maps qui font bien le travail, sans être non plus extravagantes. Mention spéciale pour la map Zombie, une belle réussite de fun, et de fraîcheur. Dommage que le prix reste toujours aussi élevé pour ce que c’est. DLC réservé aux assidus de Infinite Warfare.

Points positifs

  • Le remake de Afghan
  • Psychose dans les bois, une réussite
  • Des décors variés pour les maps multi

Points négatifs

  • Trop cher !
6

Acceptable

1 Commentaire

  1. Photo du profil de Portugais_Aromatise

    Le DLC et surtout le zombie ont l’air sympas, dommage que ce soir aussi cher..
    Bon test !

Laisser une réponse