TEST – Dragon Ball Fusions : l’Union fait la Force

Photo du profil de Drogbinho
3DS

Dragon Ball Z Extrême Butoden, Dragon Ball Heroes Ultimate Mission 2, et maintenant Dragon Ball Fusions. Les opus de la mythique saga d’Akira Toriyama commencent à se multiplier sur la 3DS, et c’est du dernier cité dont on va parler aujourd’hui. Fusions, guerrier de l’espace, et Dragon Ball, c’est le programme de ce test de Dragon Ball Fusions !

Fu-sion !

Dragon Ball Fusions 3DSLe 4 mars 1995 sortait pour la première fois le film « Dragon Ball Z: Fusion ». Lors de ce dernier, on a pu apercevoir pour la première fois Gogeta, la fusion de Goku et Vegeta, les deux Saiyans les plus connus de la saga. Vingt-deux ans plus tard, Dragon Ball Fusions arrive en Europe, avec la promesse d’offrir un nombre quasi-illimité de fusions, le rêve de beaucoup de fans de la série, promesse tenue ? C’est ce que l’on a tenu à savoir, et visiblement, c’est le concept tout entier de fusion qui a été revu à la sauce Namco Bandai. Il faut savoir que dans l’œuvre originale, la fusion « Métamol » se réalise en effectuant une danse, avec une durée maximale de fusion de 30 minutes. Cependant, dans le jeu cette fusion a une durée illimitée à l’aide de bracelets fournis par la Capsule Corp de Bulma, donnant ainsi naissance à la « Fusion Ex ».

Mais Namco Bandai n’a pas voulu se contenter de remodeler la danse en ajoutant des bracelets, une autre fusion est arrivée dans les tuyaux de la Nintendo 3DS et qui va s’avérer très utile dans le gameplay. Il s’agit de la fusion à cinq, une fusion presque traditionnelle puisqu’elle reprend les bases de celle qu’utilise Goten et Trunks, à la différence que celle-ci consomme tellement d’énergie qu’elle ne dure qu’une poignée de secondes. De quoi révolutionner le concept ?

Métamolisé

Dragon Ball Fusions 3DSLe son de cloche est donné, et c’est avec le plein d’idée que Namco Bandai nous offre cet opus sur 3DS. Cependant, si le concept à de quoi séduire, qu’en est-il de l’histoire ? On est en droit de se demander si le jeu va respecter la chronologie Dragon Ball, ou, à l’instar de Dragon Ball Xenoverse 2, nous offrir une toute nouvelle timeline innovante, et sortante des sentiers battus avec la traditionnelle succession des arcs Sayan / Namek / Cyborg / Buu. Et visiblement, dès la prise en main du jeu, on constate sans difficulté qu’il s’agit d’une trame scénaristique entièrement remodelée pour coller au concept avancé par les développeurs. Et toujours tout comme Dragon Ball Xenoverse 2, dès le début du jeu, vous aurez le choix de créer entièrement votre personnage, pour qu’il soit à votre image, ou tout simplement pour qu’il ressemble le plus possible au guerrier de vos rêves.

Pour se faire, on peut choisir dans le menu la classe que l’on souhaite attribuer à notre personnage, et là encore, le choix est de mise pour offrir un maximum de mixité possible. Le choix se divisera en plusieurs catégories, à savoir les Humains, les Saiyans (qui se caractérisent par une queue de singe), les Nameks, et la possibilité de créer des extra-terrestres ou un personnage se rapprochant plutôt de la classe des Majins. Ces derniers ne se distinguent pas seulement par l’apparence, mais aussi par leurs caractéristiques de base. C’est-à-dire que certains d’entre eux sont plus rapides, plus puissants, ou plus équilibrés que d’autres, c’est donc à choix stratégique qu’il faudra faire d’entrée de jeu.

Une fois que vous aurez modelé votre personnage au gré de vos envies, vous obtiendrez aussi une tenue de base le caractérisant, avec le choix des couleurs pour faire varier la tenue. Votre personnage est prêt, et il est temps de se lancer dans l’aventure, et quoi de mieux pour démarrer une épopée que de réunir les légendaires Dragon Balls pour faire un vœu ? En effet, pas le temps de niaiser, dès l’entame du jeu vous vous retrouvez en compagnie de votre ami (ou rival d’après lui), à la recherche de la dernière Dragon Ball pour faire une requête au célèbre Dragon Shenron : créer un tournoi réunissant les meilleurs combattants de toutes les époques pour offrir une scène digne de ce nom à vous et à votre rival afin de déterminer qui est le meilleur guerrier. Une fois le vœu exaucé, tout commence à s’entremêler et vous vous retrouvez expédié dans un nouveau lieu, en compagnie de Bulma, qui vous fait le compte-rendu de l’organisation du tournoi. Plus le temps de rêvasser, et il faut désormais combattre pour vous hisser au meilleur niveau possible.

L’Union fait la Force

Dragon Ball Fusions 3DSVisiblement, Namco Bandai a parfaitement pris en compte deux aspects qui plaisent aux fans de Dragon Ball, la fusion et un bon gros tournoi réunissant les meilleurs combattants de l’univers, mais pour autant, ont-ils réussi à faire un bon gameplay même en incorporant cela ? Oui, sans l’ombre d’un doute. Il faut savoir que dans l’histoire des jeux Dragon Ball, il y a eu beaucoup de baston en visibilité 2D, puis de la vue 3D, tout en passant par des jeux de cartes et autres. Cependant, un mode de jeu RPG au tour par tour n’a clairement pas été à l’ordre du jour depuis bien longtemps, et c’était une véritable prise de risque que de tenter de lancer une nouveauté Dragon Ball sur un gameplay très peu exploité jusque-là.

Prise de risque payante étant donné que l’on se retrouve avec quelque chose qui se joue très bien sur console portable, et qui a su être assez diversifié pour ne pas tomber dans quelque chose d’ennuyant et de trop redondant. Pour ce qui est des combats, ces derniers se jouent avec une équipe de cinq, contre des adversaires dont le nombre pourra varier, mais qui seront aussi dans la majeure partie des cas au nombre de cinq. Chaque personnage peut utiliser un certain nombre de compétences en fonction du personnage en question. Il y a tout d’abord les attaques qui ne consomment pas de Ki, avec les options au corps-à-corps, et les Kikoha. Lorsque vous effectuez une attaque de corps-à-corps, votre personnage se projette à pleine vitesse vers l’adversaire, il faut ensuite orienter votre personnage vers une direction différente de celle vers laquelle votre adversaire se défend. La même manipulation s’effectue lorsque les rôles sont inversés.

Dragon Ball Fusions 3DS

Si vous parvenez à trouver la bonne direction de l’attaque lorsque vous êtes en position défensive, les dégâts subits seront considérablement réduits, à l’inverse, si vous parvenez à taper dans le dos de votre adversaire, les dommages provoqués seront visiblement plus conséquents. La vitesse de vos personnages peut aussi influer sur les dégâts que vous provoquez, car contrairement à un RPG classique, l’ordre des attaques des personnages est décidé par une frise au bas de l’écran où sont affichés les visages des personnages ainsi que l’ordre de passage de chacun d’entre eux. À savoir, un détail très important, si vous attaquez un adversaire alors que celui-ci est derrière vos coéquipiers sur la frise d’ordre de passage, chacun de vos alliés viendra coller un poing dans le visage de votre opposant. Un détail qui peut faire la différence lorsque vous souhaitez venir à bout rapidement d’un adversaire tout en cumulant les dégâts.

Pour ce qui est des autres options, là aussi il y a la possibilité de créer toute une panoplie d’enchaînements et de stratégie pour venir à bout de vos ennemis le plus vite possible. A commencer par le Kikoha, la plus simple des attaques à disposition, il ne s’agit là que d’une boule d’énergie mais qui peut faire des dégâts à plusieurs personnages en fonction de la position dans laquelle vous vous trouvez au moment de la réaliser. Les super attaques sont aussi disponibles, ces dernières s’obtiennent à la fin de vos combats, il est possible d’en stocker une trentaine, mais seulement trois sont attribuables pour chaque personnage, à condition aussi d’avoir la classe de personnage qui convient. Pour revenir sur ça, certains personnages vous restaurent vos points de vie, et ne peuvent donc pas s’équiper d’attaque de tank par exemple. De même que certaines attaques sont spécifiques au sexe de votre personnage, et ne pourront pas trouver preneur chez tout le monde.

Dans les super attaques, là aussi elles se diviseront en sous-catégorie corps-à-corps et kikoha, tout en sachant que si vous calculez bien le recul de vos attaques, vous pourrez engranger des dégâts supplémentaires en expédiant vos adversaires hors du champ de bataille, ou tout simplement contre d’autres personnages qu’ils soient alliés ou opposants. Ces derniers consomment du Ki, contrairement à la fusion à cinq qui ne dépend que d’une autre jauge spécifique. La fusion à cinq permet de porter des coups à plusieurs adversaires en même temps en spammant la touche de frappe, cependant, à la fin du temps imparti, tous vos personnages se regrouperont en un bloc, s’exposant de la même manière à une super attaque kikoha qui risquerait de provoquer d’énormes dégâts. Enfin, une autre attaque use votre jauge d’ultime, il s’agit d’une technique spéciale qui vous permet de bourriner votre adversaire pour remplir votre jauge de Ki pour enchaîner avec une super attaque.

Que des Guerriers dans ma Team

Dragon Ball Fusions 3DSToujours dans la catégorie gameplay, vous démarrerez l’aventure avec Trunks et Goten, deux spécialistes de la fusion métamol, avant d’accueillir dans vos rangs un Goku jeune qui vous replongera dans la nostalgie, puis Pan, la fille de Gohan et l’une des protagonistes principales de Dragon Ball GT. Un casting très jeune pour rester dans l’aspect un peu chibi des personnages. Cependant, vous pourrez modeler par la suite votre équipe au gré de vos envies et pour cela, il faudra user de l’attaque spéciale qui consomme de la jauge d’ultime. Sur votre route vous croiserez bon nombre d’adversaires, aux allures très différentes les unes des autres, Majin, extra-terrestres, Saiyan, Namek, ou Humain, ils vont s’enchaîner et certains pourraient vous plaire de par leur design.

Pour cela, vous devrez décimer tous les adversaires de l’équipe adverse hormis celui que vous souhaitez voir intégrer votre équipe, celui-là, vous devrez l’achever avec l’attaque dont j’ai parlé ci-dessus. Après cela, le personnage en question sera disponible dans le menu qui permet de remodeler votre équipe, et il pourra vous accompagner dans votre quête. La façon de s’approprier ainsi d’autres personnages fait un tantinet penser à Pokemon Soleil et Lune, lorsqu’il faut attraper un Pokemon qui se déplace en horde, et à vrai dire, c’est plutôt bien pensé de l’avoir mis en place comme cela. Cela instaure un peu de défi, étant donné que lorsque l’on a bien farmé nos personnages par zone, il n’y a plus vraiment grand monde pour nous poser une quelconque difficulté. Sans oublier que les guerriers que vous attrapez joueront un rôle essentiel dans l’aspect « fusion » du jeu.

Kamehameha

Car oui, chacun des guerriers qui intègrent vos rangs va avoir le droit à une certaine sélection de fusion accessible. Le nombre de fusions « illimitées » qui était annoncé au départ se retrouve soudainement bien réduit, hormis pour notre personnage principal qui est capable de fusionner avec tout le roster à notre portée. Pour donner une idée, Goku enfant ne peut pas fusionner avec Bardock, cependant, il devenir Gorullin en fusionnant avec Krillin. Certaines fusions nécessitent aussi de remplir certaines conditions au cours du jeu, rendant le challenge un peu plus compliqué qu’annoncer. Ces « Fusions Ex » se réalisent à partir d’énergie que l’on remporte au cours de nos batailles, ces mêmes énergies qui nous permettent d’acheter des habits, ou de franchir les différentes zones. Il faudra donc choisir avec parcimonie, la façon de consommer ces énergies pour ne pas se retrouver à court d’options lors d’un instant décisif. Enfin, pour en rajouter une couche sur les « Fusions Ex », elles permettent aussi à certains personnages randoms de gagner grandement en puissance et devenir essentiel à vos équipes. Ne négligez pas les guerriers les plus ridicules ou frêles, ils pourraient bien devenir déterminants au moment de fusionner.

Pour ce qui est de l’univers du jeu, on se situe désormais dans un Open World. On se déplace à coup de danse de l’air et de rush aérien, et comme dit précédemment, certains lieux ne sont accessibles qu’à condition de réunir assez d’énergie. Les graphismes se mêlent très bien au gameplay, et cela semble exploiter au mieux les capacités que la Nintendo 3DS met à disposition. Petite parenthèse pour dire que lorsque l’on rush à la surface de l’océan, l’eau qui ruissèle s’en retrouve du plus bel effet, prouvant de surcroît qu’il est possible de réaliser un beau jeu même avec des graphismes « Chibi ».

Conclusion

Avec ses personnages aux allures presque innocentes, c’est un RPG au tour par tour très dynamique qui arrive dans entre nos mains. Vraiment sympa, accompagné d’un univers très libre et ouvert, Dragon Ball Fusions donne envie de se prendre au jeu en tentant tout et n’importe quoi en terme de fusions, bien que l’on puisse déplorer que le nombre illimité de fusion que l’on pouvait imaginer, ne soit finalement plus restreint que prévu. Il n’en demeure pas moins un très bon jeu, même s’il reste plutôt facile à terminer au bout de quelques heures de jeu.

Points positifs

  • Le gameplay offre beaucoup de possibilités
  • Les graphismes s'adaptent bien au style du jeu
  • Des fusions originales
  • Un open world très vaste
  • Un scénario original et sympa

Points négatifs

  • Jeu très (trop) facile
  • Le nombre "limité" de fusions
  • Le choix trop restrictif des attaques spéciales
8

Super

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz

Mot de passe perdu