Final Fantasy XV – Test

Photo du profil de Ninja Nudiste
PS4 Xbox One

10 ans. C’est le temps que les joueurs ont attendu Final Fantasy XV. Tout le monde connait l’histoire de ses péripéties, mais le voilà enfin, dans nos consoles, prêt à être joué. Alors est-ce que Final Fantasy XV valait le coup d’attendre ?

final-fantasy-xv-test

C’est une question difficile à répondre aux premiers abords. Cela dépend d’à quel point vous vous étiez attaché au monde et aux personnages dévoilés dans les premiers trailers, lorsque le jeu s’appelait encore Final Fantasy Versus XIII. Malgré la transition de spin off à opus principal et le changement de directeur, le jeu a retenu le cœur de son histoire et son orientation vers un gameplay plus action, mais de nombreuses parties du scénario et des personnages ont été évincé du jeu. C’est vrai qu’il est bête de pleurer un jeu finalement jamais sorti, mais si vous vouliez jouer à Final Fantasy Versus XIII, ce n’est pas ici que vous le trouverez, mais ce Final Fantasy XV a une saveur unique qui vaut le détour.

La transition vers un directeur différent a donné une vision différente sur beaucoup de points. D’un côté, dans son ressenti et son approche, il ressemble beaucoup à Final Fantasy XII, qui a une fin en queue de poisson alors qu’il avait un début détonnant. Final Fantasy XV lui est complètement l’opposé avec un début plutôt long et calme qui prend très peu le temps de présenter le monde et les personnages, mais avec une fin dantesque qui deviendra sûrement l’une de vos fins préférés dans la licence.

Let me tell you the story

L’histoire est centrée sur le prince de la famille royale du royaume de Lucis : Noctis. Il est missionné par son père, le roi Regis, de rejoindre sa fiancée Luna a Altissia. Bien que le directeur du jeu, Tabata, affirme qu’il ne faut pas voir les projets cross média sorti avant le jeu pour comprendre l’histoire, le film en 3D Kingslaive : Final Fantasy XV aide beaucoup à la compréhension des évènements. La série d’animation Brotherhood : Final Fantasy quant à elle est complètement dispensable.

Le jeu démarre avec Noctis et ses 3 amis d’enfance : Prompto, Gladio et Ignis qui ont été conviés par le roi pour accompagner le prince dans son voyage. Pour vous déplacer, le roi confie sa voiture royale : la Regalia. Seulement, notre joyeuse troupe ne s’attendait pas à ce que la voiture tombe en panne au milieu de leur voyage, les laissant au milieu d’une terre désertique nommée Leidi. Cette zone sera le lieu d’introduction à l’univers du jeu, le temps que le quatuor arrive à une station-service du nom de Hammerhead, dirigée par Cid. On y trouve aussi la fille de Cid, Cindy, qui accepte d’aider l’équipe à réparer la voiture contre un peu de travail de leur part.

Cela semble ennuyeux n’est-ce pas ? Ça l’est en grande partie. En termes d’histoire, le jeu prend son temps pour nous instaurer les grandes lignes, le début est un simple maquillage pour nous pousser à découvrir le fameux monde ouvert qui nous est offert. Nous sommes libres d’aller où l’on veut, ou presque, et en plus de la zone de départ, il y a de nombreux secrets à découvrir. Cela nous fait développer un sens de la découverte et de l’exploration du début jusqu’à la toute fin du jeu. Heureusement, certaines zones sont inaccessibles au tout début, permettant de ne pas trop papillonner.

Open world !

L’histoire du jeu est sûrement ce qui a le plus souffert dans la transition vers un monde ouvert. Alors que l’histoire n’est pas mauvaise, elle tente de rattraper sa mauvaise exécution et narration par une surabondance de mise en scène assez lourde. Il n’y a pas tant que cinématique qui détail l’histoire du jeu durant notre voyage, l’univers est bien plus détaillé dans les décors et les discussions entre les personnages. Certaines personnes pourront donc facilement rater nombre d’éléments clés à la compréhension de l’histoire. Il y a également quelque choix déroutant durant l’histoire, comme le fait que de nombreux éléments importants arrivent hors cadre, ce qui est plutôt décevant. La plupart des personnages qui s’avérait être important pour l’histoire sont tués en hors champs sans de vraies explications ou même sans véritable répercutions, ils sont juste devenus introuvables.

Il est chose aisée de perdre le fil de l’histoire étant donné que de nombreux éléments perdent leur impact si l’on ne paye pas attention aux évènements qui se passent dans le monde. Il y a des morceaux d’histoire disséminée sur la carte du monde qui fournissent des éclaircissements et des approfondissements sur les évènements du jeu. On entend aussi beaucoup d’éléments clés grâce à la radio des restaurants ou de la Régalia, mais aussi durant les discussions des PNJ. L’une des choses qui rend le jeu unique est la relation, les discussions et les plaisanteries que s’échangent Noctis et ses amis. La manière dont ils commentent les évènements ou comment ils plaisantent dessus, c’est cela qui rend le voyage mémorable. Quand vous atteindrez la fin du jeu, sans spoiler quoique ce soit, ce sera vraiment une fin intense en émotion pour les joueurs qui ont investi du temps dans ce voyage.

Kingdom Hearts quand tu nous tiens

Final Fantasy XV a une approche complètement différente sur le gameplay, qui se concentre sur une orientation action en temps réel avec l’habilité d’esquiver et de parer les attaques. Il y a aussi plusieurs types d’arme dont vous pourrez vous équiper pour combattre, vous pourrez en porter jusqu’à 4 au total. Ce qui est assez peu, car on se retrouve vite à utiliser toujours les mêmes armes. Changer entre les 4 armes en temps réel dans les combats ou utiliser des parades et des contres en vraiment très satisfaisant. Noctis, le seul personnage contrôlable, a également la capacité de se téléporter, en utilisant des MP, sur l’ennemi, ce qui augmente les dégâts suivant la distance parcourue. Il peut aussi se téléporter à certains points stratégiques, pour regagner des points de magie et analyser la situation.

Il est difficile d’avoir un game over étant donné que le jeu donne de nombreuses chances au joueur de retrouver sa santé. Si nos points de vie tombent à zéro, nous entrons dans un état de « danger » qui nous empêche d’effectuer certaines actions, mais permet quand même d’utiliser des objets. Par ailleurs, tant que vous avez pensé à acheter assez d’objets, vous pourrez en utiliser autant que vous voulez sans attente. Les membres du groupe peuvent aussi nous soigner de cet état en s’approchant de nous et réciproquement. Cela marche bien, mais rend aussi le jeu assez facile, pour le peu que vous ayez votre dose de potion, vous n’avez pas grand-chose à craindre de mourir. En parlant de ça, pour ceux qui ont peur de perdre leur progression en s’aventurant contre un boss après des heures d’explorations en oubliant de sauvegarder, le jeu propose deux emplacements de sauvegarde automatique, qui sauvegarde souvent au moment des checkpoint, il est donc impossible de vraiment perdre sa progression en mourant. Il est également possible de mourir contre des boss si l’on est vraiment de trop bas niveau, il est possible que ces derniers vous tuent en un seul coup. Si le premier coup ne vous mettra qu’en état de danger, le second vous tuera à n’en pas douter, il y a donc techniquement deux barres de vie. Seulement, encore une fois, le jeu permet d’utiliser une plume de phœnix pour redonner vie à un personnage, ce qui vous empêchera encore une fois le game over.

Jeune prince

Nous avons seulement la possibilité de contrôler Noctis, mais il y a un certain degré de contrôle sur les autres membres de l’équipe, permettant d’avoir quelques stratégies en combat. Il est possible de donner des ordres à nos camarades pour qu’ils utilisent des compétences. Ignis, par exemple, peut rassembler tous les personnages alors que Gladio peut utiliser sa grande épée pour faire de lourds dommages à un ennemi. Beaucoup de ces techniques peuvent vraiment aider durant un combat de boss.

Les combats sont entièrement dynamiques et donnent la une complète liberté de mouvement, permettant par exemple, de se glisser dans le dos des ennemies pour leur faire plus de dommages. On peut enchainer les combos ou essayer d’esquiver les attaques pour mieux riposter, plusieurs approchent s’offrent à nous. Les attaques s’enchainent successivement si le bouton d’attaque est maintenu, mais il est également possible d’appuyer répétitivement sur le bouton pour exécuter les combos. Cela doit sonner comme des combats automatiques, mais ça ne l’est pas. Il sera très difficile de finir le jeu en laissant simplement pressé le bouton d’attaque. Nous avons également la possibilité de parer les attaques ennemies à la dernière seconde, afin de les repousser et contre attaquer avec violence. Cela est très satisfaisant et demande pas mal de réflexes. Dans beaucoup de combats de boss, cela peut donner des mouvements uniques directement tirés d’un film d’action.

Le système de magie dans Final Fantasy XV est discutable, mais dans tous les cas c’est une toute nouvelle façon de l’utiliser pour la licence.  Cette fois, il n’y a que 3 éléments : feu, glace et foudre. Il faut récolter des éclats de magie dans les nombreux gisements de la carte du monde pour ensuite les combiner et obtenir une variété de magie. Il est possible d’y mélanger des objets comme des potions pour créer une magie de soin qui fait tout de même du dommage aux ennemies. Les magies d’entrave sont aussi de la partie. Tout cela est une bonne chose et permet pas mal de possibilité tout en exploitant le monde ouvert. C’est dans l’exécution que cela tache. Comme dit précédemment, il n’y a que quatre emplacements d’équipement, les magies devront être placées dans l’un d’eux. Seulement quatre emplacements pour choisir entre une dizaine de types d’arme et toutes les magies. Il aurait au moins fallu pouvoir dissocier les magies des armes, afin d’avoir quatre de chaque.

On the road again

Le monde ouvert est vraiment une très bonne chose de ce Final Fantasy XV. Les développeurs ont passé beaucoup de temps à façonner un monde très appréciable à explorer. Malheureusement la carte du monde et la mini map sont illisibles, donc il est souvent difficile de se diriger. Le monde est rempli d’avant-postes, de vie sauvage et de donjons qui changent avec les lieux et habitats où ils sont présents. Nous pouvons explorer des montagnes rocheuses, des marais, des mines, des donjons, des lieux mystiques, des forets et bien plus, juste en partant en voyage dans la région de Lucis. La diversité des lieux, de la faune et de la flore est quand même impressionnante. Ce monde ouvert n’est pas dépourvu de contenu, en plus des quêtes annexes composées à 90% de chasse et recherche d’objet nul, il regorge de secret, mini jeu, activités et bien d’autres choses. Il y a beaucoup de mini-jeux, comme les courses de chocobos, la pêche ou même des jeux dans le jeu. La pêche en elle-même est très poussée, avec de nombreux points de pêche et moult équipements à acheter pour se perfectionner. Il y a également les restaurants qui proposent des quêtes de chasse, ce qui est presque le seul moyen de gagner des gils. Ces derniers inclus des combats de boss secrets à très haut niveau donnant (enfin) du challenge. Il est très facile de batifoler dans ce monde ouvert et de perdre le fil de l’histoire principale.

Le monde ouvert peut être traversé grâce à l’utilisation de la voiture, qui permet aussi de faire des voyages rapides. Par ailleurs, conduire la voiture est comme conduire un train, vous ne pouvez pas sortir des rails, vous serez donc loin d’une conduite à la GTA et c’est une très bonne chose. C’est à ce moment que les chocobos prennent le relais. Ils se chevauchent facilement et vous aideront dans votre exploration de la carte. Leur niveau augmente au fur et à mesure qu’on les utilise, cela augmentera leur endurance, vitesse et leur saut, ils pourront même venir vous aider en combat si le cœur leur en dit. Bien entendu, de nombreux coffrent sont disséminés pour obtenir de puissants objets.

Le monde ouvert est tellement bien fait qu’on se sent souvent avec les personnages en train de voyager. L’habilité à camper, permet de monter en niveau. En effet, vous emmagasinez l’expérience au fur et à mesure des combats, mais pour que celui-ci soit comptabilisé, il faut dormir, ce qui est très « role play ». Pour en revenir au campement, durant celui-ci Ignis fera à manger, suivant les plats cela pourra augmenter nos statistiques durant la journée. Prompto quant à lui, nous montrera des photos prises durant la journée, qui renforce encore plus l’immersion au milieu de la bande. Gladio peut récolter des objets tout au long du voyage et Noctis peut pêcher. Ces quatre compétences augmentent en niveau au fur et à mesure de l’aventure. D’ailleurs, dormir dans un hôtel augmentera l’expérience acquise de la journée.

Deux jeux pour le prix d’un

Comme l’a annoncé Tabata, le directeur, la fin du jeu est bien plus linéaire que le reste. Cela reste excellent, nous ne détaillerons pas plus son contenu pour éviter tout spoil. Seulement voilà le problème, nous avons ici un excellent monde ouvert, avec certes des quêtes de remplissage, mais une immersion totale et un voyage inoubliable, et d’un coup c’est comme-ci le jeu se souvenait qu’il fallait une histoire et nous jettent sa fin au visage, même si la fin est excellente aussi. C’est comme avoir deux visions différentes d’un même jeu. Il manque un juste milieu, car ici le décrochage est trop violent. Soit on joue à un monde ouvert avec une histoire adapté à celui-ci, soit on joue à un jeu plus linéaire avec une histoire soutenue. Trouver un point entre ces deux façons de faire serait ce qui rendrait ce Final Fantasy XV presque parfait. Maintenant, nous savons que Square Enix peut faire des mondes ouverts cohérents, on sent que c’est pour faire un essai, mais cela pâtit à la cohérence de l’expérience. D’un point de vue contenu, on peut compter une vingtaine d’heures en ligne droite pour l’histoire et plus de cinquante heures pour tout le reste du monde.

Graphiquement, le jeu est tout simplement sublime. La profondeur de champ est tout simplement incroyable pour de la console. Les textures sont ultra propre et presque aucun clipping n’est à signaler. Certes il faudra attendre 5 minutes pour charger sa partie, mais une fois cela fait, il n’y presque plus de temps de chargements au cours de l’aventure. L’occlusion ambiante et les jeux de lumière sont dingues, donnant une atmosphère unique aux décors. Aucun ralentissement durant les combats et des scènes cinématiques en CG sublime, en bref, mise à part l’aliasing sur tout ce qui est fourrure et chevelure, le jeu est vraiment superbe. Ce qui est moins le cas de la bande originale. Malgré des thèmes originaux sublimes, ils n’apparaissent presque jamais, 90% du temps, nous entendrons la radio de la Régalia, composé de quelques un des morceaux des autres jeux de la licence et de deux ou trois morceaux d’Afrojack créé pour l’occasion. On reste donc sur notre faim de ce côté-là.

Conclusion

Final Fantasy XV est donc un excellent jeu qui vous fera passer de nombreuses heures à papillonner et à apprendre à apprécier notre cher quatuor. C’est un gros bouleversement dans la licence et cela ne va pas sans expérience. Certaine fonctionne, d’autres non, donc le jeu n’est pas sans défaut, loin de là, mais cela promet un bel avenir et un renouveau dans la licence de Square Enix. Le jeu plaira à tous les types de joueurs à n’en pas douter. On attend de voir si le season pass vaut sont prix et si Square Enix va vouloir sortir des spin off au jeu, comme pour la plupart des Final Fantasy précédents, mais Final Fantasy XV restera pour sûr dans les esprits des joueurs.

Points positifs

  • Une voyage inoubliable
  • Une immersion incroyable
  • Un monde ouvert unique et cohérent
  • Des graphismes fou pour de la console
  • Une fin qui vous marquera

Points négatifs

  • Le manque de musique
  • Un jeu en deux parties
  • L'histoire pas adaptée à l'open world
  • Beaucoup de quêtes de remplissage
8

Super

Laisser une réponse