TEST – How to Survive 2 : La survie en territoire zombie

Photo du profil de Crocomiles
PC PS4 Xbox One

Longtemps cantoné à des adaptations pour le moins critiquable (Charlotte aux Fraises, Garfield, Woody Woodpecker…) Eko Software s’est tout de même essayé à des jeux plus originaux. Parmi ces derniers, on trouve un certain How To Survive sorti en 2013. Ce dernier mixait deux ingrédients très appréciés ces derniers temps : les zombies et la survie. Trois ans après, le titre revient avec un deuxième épisode.
test how to survive 2

Le guide du survivant intergalactique

How to survive 2How to Survive 2 reprend trait pour trait tout ce que faisait son prédécesseur. À commencer par le personnage principal. Si vous incarnez le Nobody du coin, Kovac est bien la star du jeu. Il incarne le survivant ultime, et vous proposera bien gentiment ses conseils. On appréciera ce personnage haut en couleur et à l’accent russe. Il est en effet assez fou et ne semble pas loin de casser le quatrième mur de temps en temps. Ce dernier sera donc votre mentor et vous apprendra les règles du jeu, ou du moins celles de base. Kovac n’est cependant pas le seul personnage à écouter puisque de nombreux autres PNJ sont à aborder.

On notera d’ailleurs que ces derniers sont tous aussi fous les uns que les autres, et offrent des quêtes parfois farfelues. Le jeu possède donc un côté presque Borderlandsien, dans son écriture. Évidemment tout n’est pas forcément aussi réussi et comique que la licence de Gearbox. Certaines blagues tirent un peu trop sur la corde, comme le personnage de Raymond par exemple.

Koh-Lanta

How To Survive 2Il est difficile de véritablement résumer How to Survive 2 à un genre en particulier. Pour faire simple, il est tout de même proche du hack’ n slash/survie. Le jeu se passe effectivement en deux phases très distinctes. Dans la première, on erre dans une vaste zone, à la recherche de l’endroit parfait pour poser son campement. Le premier réflexe est de poser son campement proche du micro de Kovac, ce qui est finalement une mauvaise idée. Dans l’idéal, il vaut mieux choisir un endroit dégagé, pour poser les différentes structures. Lorsque le joueur trouve une quête à réaliser, il entre dans la deuxième phase. Il est cette fois-ci téléporté dans une zone fermée où il devra réaliser un ou plusieurs objectifs.

D & co

How To Survive 2Ainsi, la première phase s’avère être un assez vaste Hub. À noter que si la zone est assez grande, il est toujours possible de se mouvoir rapidement d’un point à un autre via le réseau souterrain. Cette partie du jeu propose donc de créer son propre cocon. Le joueur commence par un simple coffre, pour mettre tous ses objets à chaque raid. Il continuera ensuite ses constructions par une cuisine, une armurerie, un camp labo, des remparts ou encore des pylônes radio. Ces derniers sont absolument nécessaires pour ne pas être bloqué de niveau. Mais il faudra bien veiller à les défendre, face aux hordes de zombies qui n’aiment visiblement pas les ondes SFR. Les constructions utilisent des ressources. Ces dernières se trouvent principalement dans la seconde phase du jeu.

The Raid

How To Survive 2Comme on l’a dit, chaque quête téléporte le joueur dans une autre zone, non accessible autrement. Ces quêtes sont peu variées sur le début, mais s’étoffent peu à peu. Si on demande souvent au joueur de rapporter tel (s) objet (s), on lui demandera ensuite d’accompagner quelqu’un au cimetière, ou de ramener des cochons zombies (!) dans leurs enclos. Ce sont évidemment les quêtes les plus intéressantes, qui viennent dynamiser le jeu, qui en a parfois bien besoin. Mais faire les objectifs donnés n’est pas suffisant. Il faut aussi prévoir du temps pour récolter des ressources. On retrouve tout un panel d’objets à récolter, de la barre chocolatée à la tôle en aluminium en passant par la fourche. Tous ont une utilité bien réelle, qui ne saute pas forcément aux yeux la première fois. Il faut donc récolter le plus de ressources possible en évitant le trop-plein, qui pénalise l’agilité. Il faut tout de même avouer que certains objets manquent de cohérence avec l’endroit où ils ont été trouvés. Mais ce n’est pas forcément votre souci principal, dans cette quête de la ressource…

Land of the dead

How to Survive 2How to Survive propose en effet de s’équiper contre les incontournables zombies ! Pas de panique, un bon coup de massue, une balle ou une flèche bien placée et c’est réglé. Si ces derniers sont peu dangereux durant les premières heures du jeu, la difficulté s’intensifie par la suite. Il faut alors bien plus de coups pour les tuer, ils sont bien plus rapides et le bestiaire augmente également. On retrouve le boomer du premier épisode, explosant à la moindre occasion, le pélican cracheur d’acide (oui oui…), ou les zombies possédant un casque. Le jeu peut donc devenir rapidement difficile, notamment lorsque l’on se trouve avec une horde entière de zombies. Il faut alors se munir de meilleures armes, équipement ou compétences.

Diablo

How to Survive 2C’est en ce sens qu’How to Survive ressemble à un hack’ n slash. Genre avec lequel il partage d’ailleurs également le même positionnement de caméra. Finir des quêtes et tuer du zombie rapporte évidemment de l’XP. Et ce dernier n’est pas forcément utile que directement pour le joueur. Il peut être également utilisé pour augmenter le niveau du camp du joueur. Ou plutôt, il DOIT être utilisé pour cela en premier. Le niveau du camp définit en effet le niveau maximum du joueur. Si le camp est niveau 8, le joueur ne pourra qu’être niveau 8 maximum. Ce niveau permet également de définir le niveau maximum des structures, même si celles-ci ont besoin uniquement de ressources pour être améliorées. Chaque niveau du joueur permet également de débloquer de nouvelles compétences. C’est au joueur de décider combien d’XP il injecte dans ces compétences (1500 dans plus de dégâts à l’arc, 5000 en détection de zombie, 2000 en crochetage, etc.). En somme l’XP se distribue dans le niveau du camp, du joueur et dans les compétences.

Gain d’ergonomie, perte graphique

How to Survive 2L’une des critiques qui fut faites au premier opus était l’ergonomie discutable du jeu. Il faut dire que le jeu a bien gagné en facilité dans les menus. Plus simples et surtout plus pratiques. Hélas, on sent clairement le jeu PC porté sur consoles. On navigue dans les menus via une souris ! D’autant plus que le jeu est toujours aussi laid. D’autant qu’il s’agit d’une nouvelle génération de consoles. C’est pareil pour les animations qui sont clairement datées, et les nombreux chargements. On notera également qu’il est parfois difficile de voir ce qui se passe. Lorsque le joueur passe derrière un mur, il est entouré par un cercle pour voir à travers, mais c’est bien trop peu. Il aurait fallu que le mur entier soit en semi-transparence. Pour finir sur cette note peu agréable, les décors sont les mêmes tout le temps. Après quelques heures de jeu, on comprend que telle maison possède une porte à cet endroit, et qu’il s’agit de telle pièce derrière. Ce qui montre la faible diversité des maps.

Côté sonore, c’est également en demi-teinte. Les effets sont assez mous et infectent de ce fait le gameplay en lui même (on a l’impression d’avoir des armes en mousse…). Cependant, la presque absence de musique est intéressante. Elle est en effet très discrète, mais surgit lorsque la tension augmente. C’est parfois ridicule, mais lorsqu’il a une horde, cela rajoute énormément de stress. Un très bon point !

Faits divers

L’aspect survie n’est pas seulement présent par ses équipements et infrastructures à créer et à améliorer. Il y a également un système de faim et de soif, qu’il faudra gérer en permanence, sous peine d’être pénalisé. On note enfin qu’un mode coop jusqu’à quatre joueurs est disponible. Il est ainsi possible de jouer en local comme en ligne.

Conclusion

How to Survive 2 corrige vaguement les défauts du premier épisode. Cependant, c’est techniquement beaucoup trop daté. On joue toujours sur les mêmes maps, les animations sont vieillottes et on peine parfois à voir. Cependant, derrière ces problèmes se cache un jeu de survie intéressant et assez drôle. La possibilité de jouer jusqu’à quatre joueurs autant en local qu’en ligne est très agréable. S’il y a un troisième épisode, il faudra vraiment améliorer tous les problèmes !

*Test réalisé sur une version PS4 envoyée par l’éditeur

Points positifs

  • Coop jusqu'à quatre
  • Aspect survie
  • Le système d'XP
  • Ambiance prenante

Points négatifs

  • Moche
  • Nombreux chargements
  • Visibilité parfois réduite
  • Mou
  • Naviguer à la souris dans les menus
  • Personnalisation limitée
5

Moyen

Photo du profil de Crocomiles
"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz

Mot de passe perdu