huntdown

Huntdown

PC

Huntdown mime les run & gun 16bit

Vous ne connaissez pas le studio suédois Easy Trigger ? C’est bien normal. Il vient d’être fondé chaudement, c’est-à-dire en octobre 2016. À l’occasion de la GDC, ils montrent leur première arme, c’est à Huntdown. Cinq développeurs travaillent sur ce « petit » projet qui vous rappellera forcément des souvenirs.

Joueurs des années 80, Huntdown est fait pour vous. Si vous avez dépensé maintes et maintes pièces sur Contra ou si vous avez joué aux adaptations de Terminator ou de Robocop en 16bits, Huntdown sentira la madeleine de Proust. Il suffit de quelques secondes d’extrait vidéo pour se rappeler tout un tas de run & gun où le héros baraqué se bat contre des punks. Les années 80 dans toute leur splendeur. Huntdown est un parfait revival puisque vous voilà parti à écumer les rues malpropres pour dessouder des gangs. Les Heatseeders ou les Hoodlum Dolls sont un parfait exemple. Que vous soyez seul ou accompagné en local, parcourez les tableaux 16bits pour faire la paix à coup de fusil de chasse. On se croirait parfaitement dans cette époque. Seuls les graphismes trahissent l’année du jeu, par ses détails un peu trop nombreux. Pour le moment, Huntdown ne fait que se montrer et ne dispose pas encore de date précise de sortie. Toutefois, on sait déjà que le titre arrivera sur PC et sur « consoles ». Reste à définir quelles consoles en particulier.

S’il s’agit du premier jeu développé par Easy Trigger, il s’agit également du premier jeu édité par Coffee Stain Studios. Eux, il y a plus de chances que vous les connaissez. Il s’agit des développeurs de la blague Goat Simulator (entre autres). Coffee Stain fait donc désormais partie de ces petits studios qui se sont fait une place assez grande pour aider d’autres petits studios. Un mouvement que l’on voit de plus en plus et qui fait du bien.

Photo du profil de Crocomiles
"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz