JeuxCapt

Test Pro Evolution Soccer 2014 sur PlayStation 3

Pro Evolution Soccer 2014 sur PlayStation 3
  • Test Pro Evolution Soccer 2014 sur PlayStation-3
  •  PlayStation 3
  • Vidéo test Pro Evolution Soccer 2014

    Pro Evolution Soccer 2014 3+
Descriptif de Pro Evolution Soccer 2014
Descriptif :

PES 2014 est le nouveau jeu de foot de Konami qui apporte cette année de très nombreuses nouveautés. Le jeu part sur de nouvelles bases avec notamment un tout nouveau moteur graphique issu des studios de Hideo Kojima, le Fox Engine.

pes-2014-Test

Graphismes de Pro Evolution Soccer 2014
Graphismes :

Il faut clairement oublier tout ce que vous avez connu de PES sur la génération de console actuelle puisque grâce au nouveau moteur, le jeu a été intégralement repensé que ce soit en terme de visuel, mais également au niveau du gameplay. En terme de visuel, le Fox Engine permet d'avoir un jeu beaucoup plus fin et plus joli que la concurrence au niveau de la modélisation des joueurs, différents stades présents, mais également au niveau de la pelouse.

Comme indiqué, le jeu apporte une modélisation des joueurs jamais vue jusqu'à ce jour dont certains qui frôlent la perfection à l'image de Franck Ribery, Van Persie ou encore Mario Balotelli. Pour l'occasion, les joueurs qui ont bénéficié de ce travail sont uniquement les grandes stars, voir également les internationaux des grands pays du foot telles l'Espagne, l'Allemagne, etc. Si on reconnait très largement ce type de joueurs, il y a un énorme fossé qui s'est créé entre ces derniers et les autres. Pour vous citer un exemple qui parlera à toute la communauté francophone, Samir Nasri, qui ne devait plus être international au moment de la conception du jeu, a eu droit à une modélisation complètement ratée qui ne correspond pas du tout à la réalité. Malheureusement, le problème est omniprésent et les nombreuses modélisations acquises sur les anciens épisodes de la saga sont désormais caduques, des choses qui seront donc à améliorer pour les prochains épisodes. Au final, on se retrouve avec environ 200 joueurs modélisés à la perfection parmi lesquels de grandes stars comme Zlatan Ibrahimovic, Arjen Robben, Andrea Pirlo, Buffon ou encore, comme indiqué un peu plus haut, les grands internationaux.

Pour ce qui est des stades, si vous avez suivi la communication de Konami, on nous a promis des ambiances de folie avec des vidéos qui présentaient des scènes d'introduction avec fumigènes, fanions dans les tribunes, etc. et lorsque le script s'active pour ce type de mise en scène, c'est vraiment bluffant. La modélisation des enceintes et elle aussi réussie en tout point. Que ce soit Old Trafford, Wembley, l'Allianz Arena, Guiseppe Meazza, San Siro, Juventus Stadium (Stadio Delle Alpi) ou encore notre bon vieux Stade de France, (le seul en France) tous rendent magnifiquement bien. L'ambiance, les couleurs et la vie dans les stades font que ce PES 2014 gagne encore plus en terme d'immersion lors des différents matchs. Bien évidemment, le rectangle vert n'est pas en reste et on ne peut qu'apprécier le rendu des différentes pelouses. Encore une fois, si on a droit à 19 stades très beaux, on ne peut que remarquer l'absence de ceux qui étaient acquis jusqu'à PES 2013, à commencer par le Camp Nou ou encore Santiago Bernabeu. Ainsi, puisqu'on est en France, on aurait largement apprécié de pouvoir jouer dans des enceintes mythiques à l'image du Parc des Princes ou encore du stade Velodrome.

Si le Fox Engine apporte une énorme plus-value à ce PES 2014, clairement, les développeurs ont dû faire des sacrifices, et cela se ressent avec les nombreuses absences au niveau des différentes modélisations. Bien évidemment, le moteur laisse présager de très bonnes choses pour l'avenir avec d'excellentes nouvelles bases.

Gameplay de Pro Evolution Soccer 2014
Gameplay :

Comme indiqué, le jeu fait intégralement peau neuve à commencer par le menu customisable aux couleurs de votre équipe et joueur préféré. Ainsi, en terme de contenu vous retrouverez de nombreuses compétitions, avec la Ligue des Champions classique, Le Borussia Dortmund est absent du jeu, mais également pour la première fois la Ligue des Champions Asiatiques, la Copa Libertadores, les différentes coupes nationales, continentales, coupe du monde, d'Europe et les différents championnats avec de nouveaux venus. À ce niveau, Konami a réussi à acquérir les licences du championnat d'Argentine ou encore celui du Chili. On peut alors se demander pourquoi la firme nippone achète ce type de licence alors que de nombreux joueurs souhaitent la Bundesliga et que la première league bénéficie enfin des vrais noms.

Toujours en terme de contenu, outre les différentes compétitions, vous pourrez toujours prendre part à la mythique Ligue des Masters ou devenir un footballeur de classe mondiale grâce au mode Vers une Légende. La nouveauté de la Ligue des Masters, outre que le menu est intégralement revu et que nous ne sommes plus coupés par les cuts-scènes totalement inutiles de PES 2013, vient du fait que vous pourrez désormais contrôler une sélection nationale et changer de club, outre ces points, on reste en terrain connu. Pour ceux qui ne connaissent pas encore PES, vous pourrez également prendre part à différents didacticiels assez bien pensés alors que ceux qui maitrisent plus la licence pourront aller dans le menu modifier pour changer les noms des équipes, modifier les joueurs, etc. Pour ceux qui se posent la question, non, on ne peut pas modifier les stades en dehors de leurs noms, du moins sur console de salon.

Une fois passés tous les réglages de base, vous pourrez vous lancer dans un match, mais avant d'attaquer le gameplay pur, le plan de jeu a lui aussi été revu avec de nombreux atouts pour aller plus vite dans vos formations. Ainsi, vous pourrez directement aligner une équipe en fonction de l'état de forme des joueurs ou encore selon leurs capacités. Un gain de temps indéniable surtout à la vue des nouvelles choses à prendre en compte. Jusqu'à aujourd'hui, seules les notes et l'état de forme étaient à prendre en compte. Désormais, il faudra aussi compter sur un système baptisé "Heart". Le principe est simple, si le joueur réalise une bonne action, son moral est boosté et il sera donc plus performant l'espace d'un instant. À l'inverse, s'il réalise une mauvaise action en ayant fait de mauvais choix, l'effet sera logiquement moins bon. Sur le papier, l'idée est excellente, sauf que sur nos nombreux matchs, nous n'avons pas vraiment ressenti cet aspect du jeu. On préfère donc laisser le bénéfice du doute au principe. Pour le coup, le mode Vers une Legende serait le meilleur mode de jeu pour véritablement prendre conscience de l'impact de "Heart". En plus de ce nouvel atout, vous pourrez également mettre en place plusieurs stratégies avant le match afin de les activer au moment opportun pour espérer prendre l'avantage sur votre adversaire.

Sur le rectangle vert, les choses ont également bien évoluées depuis PES 2013. Ce nouvel opus se veut plus précis, avec des animations plus réalistes et moins robotiques, mais également beaucoup plus basé sur la construction du jeu. En effet, la vitesse de jeu a été revue à la baisse, faute à des joueurs un peu trop lourds et à une fluidité au niveau des enchainements qui manquent un peu de peps. Malheureusement, ce manque de vitesse fait qu'on se retrouve parfois au milieu de terrain avec six ou sept joueurs dans un tout petit périmètre, ce qui apporte des situations injouables. Comme indiqué, il vous faudra être plus précis dans votre jeu essentiellement au niveau des passes, mais surtout de vos contrôles de balles. PES 2014 met un fort accent sur ce second point et rater son contrôle peut tout simplement vous mener à la perte d'une occasion franche. Comme le disait Michel Platini, "l'élément le plus important dans le football, c'est le contrôle" et cet épisode le montre bien.

Autre élément à prendre en compte, la physique de balle. Déjà très convaincante, la physique du ballon est la plus optimisée à ce jour, malheureusement, vous ne pourrez pas en profiter sous un temps de pluie ou de neige, car seuls le soleil et la nuit sont disponibles. Cela dit, on ressent parfaitement que le ballon vit sur le terrain au gré des différents rebonds.

S'agissant des frappes de balles, on remarque qu'il est très difficile d'en décocher des lourdes et puissantes et malgré que nos joueurs soient en bonne position, ils auront souvent tendance à frapper timidement dans le ballon à moins de jouer en première intention sans contrôle. Concernant les goals, oui, ils ont été revus à la hausse, mais est-ce suffisant ? Souvenez-vous, dans PES 2013, ils étaient tout simplement une calamité en relâchant absolument tout et étaient de véritables passoires. Cette année, les goals ont donc bénéficié d'un travail un peu plus poussé, oui, un peu plus seulement. Plus efficaces dans les airs sur les parades en diagonale, ils ont toujours tendance à relâcher beaucoup trop de ballons, mais à l'inverse de la saison passée, ils repoussent tout de même le ballon un peu plus loin et parviennent à mieux se coucher dessus lors des centres fort à ras terre.

Au niveau du gameplay, on remarque trois nouveautés significatives, la première vient du fait de pouvoir donner des impulsions au niveau des courses de notre joueur. Lors d'un sprint, il suffira de presser deux fois la touche adéquate pour qu'il puisse avoir une accélération brève, mais qui souvent peut faire la différence. À côté de ça, il faudra logiquement gérer les efforts si vous ne voulez pas voir vos joueurs sur les rotules à la fin du match. Autre nouveauté, le fait de pouvoir réaliser un pressing à trois. Le principe est le même qu'avant, sauf qu'il faudra appuyer deux fois sur la touche appropriée pour qu'un second coéquipier vienne vous prêter main forte. Enfin, les coups francs sur lesquels apparaissent désormais des pointillés pour vous aider dans vos frappes sachant que le joueur qui défend peut également déplacer son goal sur la ligne de but.

Au niveau des collisions, le moteur permet également de nouvelles choses avec des batailles épaule contre épaule relativement bien réalisées. En effet, on ressent parfaitement les différences de puissance au niveau des joueurs. Lionel Messi ne bougera jamais un Vincent Kompany et de même Puyol n'ira jamais aussi vite que Cristiano Ronaldo, un équilibre parfait entre les différents footballeurs. Malheureusement, "L'impact Engine", si on peut l'appeler ainsi, n'est pas ce qu'il y a de plus transcendant et bien que l'ensemble est correct voir même parfois très bon, on ressent quelques situations poussives. L'exemple parfait est à mettre au compte des joueurs qui se percutent en face à face.

On remarquera également les efforts au niveau de l'IA. Bien qu'ils ont beaucoup plus tendance à prendre des initiatives avec quelques appels de balle ici et là, l'essentiel viendra de vous directement. C'est vous qui devrez réaliser la majeure partie des appels en profondeur grâce aux commandes manuelles. Cela dit, le gros problème viendra de la passivité des joueurs lors de cafouillages, notamment défensifs. Lorsque le ballon est au milieu d'une forêt de jambe, vous pourrez constater que de nombreux joueurs regardent le ballon au lieu de se jeter dessus afin de le dégager. C'est seulement au bout d'un très court instant certes, mais trop long dans une défense, pour qu'enfin un joueur réagisse, mais trop tard, le ballon est déjà au fond des filets... frustrant.

Enfin, l'arbitrage est de bonne facture, ce qui est assez rare pour un jeu de foot. Le seul reproche qu'on peut lui faire vient du fait qu'il ne laisse pas tout le temps l'avantage et lorsqu'il le fait, rien n'apparait à l'écran pour l'indiquer. Cela dit, vous pesterez de nombreuses fois contre l'arbitre de touche qui signale les hors-jeux parfois beaucoup trop tard.

Pour ce qui est du multijoueur, on notera l'apparition du mode 11 VS 11 et les habitués retrouveront les modes classiques proposés dans les PES. Pour terminer, les temps de chargements sont beaucoup trop longs.

Duree de vie de Pro Evolution Soccer 2014
Durée de vie :

Comme de très nombreux jeux de foot, la durée de vie de ce PES 2014 ne déroge pas à la règle et vous aurez comme chaque année de quoi faire. Entre la Ligue des Masters, Vers une Legende qui sont les compétitions qui vous prendront le plus de temps, il est impossible de chiffrer le temps que vous passerez sur cet opus. Ajoutez à cela les différentes compétitions à l'image de Ligue des Champions, Copa Libertadores et le multijoueur et on obtient une durée de vie infinie ou au moins qui vous tiendra sur le jeu pendant au moins un an.

Bande son de Pro Evolution Soccer 2014
Bande-son :

La bande-son de ce PES 2014 aura le mérite de trancher les avis au niveau musical du moins. Clairement, les musiques choisies ne collent pas spécialement à l'ambiance footballistique mixant entre chants d'Opéra, tubes de l'été des années 90 et musique électro.

Cela dit, ce qui reste radical, c'est la présence de Grégoire Margotton et Darren Tullet aux commandes des commentaires toujours aussi peu intéressants. Alors oui, ils collent bien plus à ce qui se déroule sur le terrain, mais le duo reste beaucoup trop mollasson et leurs interventions ne méritent pas le détour. Heureusement, on pourra les faire taire puisque nous avons la possibilité de passer les commentaires en Anglais, Espagnol ou encore Portugais. À quand de véritables commentaires dans un jeu de foot similaire à ce que nous propose 2K Sports avec la saga des NBA 2K à savoir, dynamiques et enflammés ? On patientera une année de plus pour espérer avoir ce type d'innovation dans un PES.

Ce qu'on a aimé  de Pro Evolution Soccer 2014
Ce qu'on a pas aimé  de Pro Evolution Soccer 2014

- La modélisation des stars...
- La modélisation des stades...
- Le prix du jeu, 40€ sur le net 50€ en mag
- Le mode Vers une Légende toujours aussi classe
- De nouvelles compétitions...
- Les goals améliorés...
- Des efforts considérables pour revenir
- Un jeu plus précis
- Bonne physique du ballon

- ...mais de grands joueurs méconnaissables
- ...mais beaucoup d'absences
- Grégoire Margotton et Darren Tullet en commentateur
- ...mais toujours pas de Bundelsiga et absence de Dortmund
- ...mais relâchent encore trop le ballon
- Pas de gestion climatique
- La passivité de la défense lors de cafouillage
- Manque de fluidité
- Toujours un passe en ligne

Test Pro Evolution Soccer 2014 16/20 sur PlayStation-3
Conclusion du testeur :
Sams94 Sams94

Pour une refonte intégrale, il était évident que PES 2014 ne serait pas parfait et il faudra certainement attendre PES 2015 sur PlayStation 4 et Xbox One pour voir un épisode à la hauteur de la concurrence. Cela dit, cet opus a de nombreux atouts pour lui à commencer par des graphismes de toute beauté et une modélisation des stars jamais vue à ce jour. De plus, le jeu est vendu dans le commerce à 40€ seulement. On note également les nombreux efforts faits pour avoir un jeu plus précis, mais également plus pointilleux sur la construction de nos offensives. À côté de cela, il faut bien évidemment faire avec de nombreuses absences à commencer par le Borussia Dortmund, finaliste de la dernière Ligue des Champions, de nombreux stades, mais également d'une modélisation complètement ratée des joueurs qui ne sont pas internationaux ou mondialement connus. Dans la majeure partie des domaines, il y a de bonnes choses, mais il y a également à chaque fois un défaut qui va avec, en somme, on a là un bon PES 2014 qui cherche à se reconstruire lentement, mais sûrement...

Pro Evolution Soccer 2014 a été noté : 16/20 par Sams94
Vous n'avez pas accés à cette option.
Vous devez vous connecter pour poster une réaction.
  • ketsueki - Le 18/09 à 13:10
  • Juste quelques précisions: "- ...mais de grands joueurs méconnaissables" => 1000 d'ici les prochains mois (source: Konami) "- ...mais beaucoup d'absences" + "- ...mais toujours pas de Bundelsiga et absence de Dortmund" => EA. Interdit de toute forme de Bundesliga epuis PES 6 (source: ). Il y a qu'à voir la BPL qui est présente mais pas licenciée et ne cause pas de problème (pour l'instant). - "- Pas de gestion climatique" => faute avouée par Konami. Ma source ne s'affiche pas.
  • Sams94 - Le 18/09 à 14:01
  • @ketsueki : Je test le jeu sans les mises à jour, on verra lorsqu'elle sera mise en ligne. Cela dit, je veux bien voir ta source si possible. Ensuite pour les accords de EA, peut importe, ça reste un défaut et du coup un point positif de l'autre côté.
  • ketsueki - Le 18/09 à 18:39
  • Regardes alors le dernier post sur le forum de jvc dans le topic: « Dortmund Absent apparemment » par shina2b. Google trad si tu ne maîtrises pas l'allemand. Oui je comprends que tu testes les jeux "out of box" mais comme Konami a communiqué dessus je pensais bon de le préciser. La source directe est toujours dans mon premier message quand je l'édite. Par contre il semble y avoir une censure sur les liens http donc elle ne s'y trouve pas dans le message affiché.
  • Sanaga - Le 19/09 à 01:14
  • bon vidéo test par contre ce jeu ne m'inspire pas et il est loin de fifa je voie pas les améliorations personnellement
Acheter ce jeu
Facebook de JeuxCapt Twitter de JeuxCapt Chaîne Wat.tv de JeuxCapt
ToolCapt
  • JeuxCapt.com
  •  
  • Calendrier
  •  
  • Chat
  •  
  • Niveaux JeuxCapt
  •  
  • Fiches de jeux
  •  
  • Sondages