Yesterday Origins – Test

Photo du profil de Indy
PC PS4 Smartphone Xbox One
Pendulo Studios est de retour ! Après avoir proposé Runaway, The Next Big Thing et la première aventure Yesterday, le studio propose une suite/prequel sur le personnage de John Yesterday. Ainsi n’acquit Yesterday Origins qui va tenter de prouver que le point’n click n’est pas qu’une succession d’énigmes, qu’il peut être très simple comme complexe. Cette suite est-elle à la hauteur du premier opus ? Réponse dans notre test du jeu…

Yesterday OriginsHolà l’inquisition espagnole…

Yesterday Origins vous permettra de reprendre là où s’était arrêté le premier opus. John Yesterday, un être humain immortel, mais qui perd ses souvenirs à chaque fois qu’il meurt, est toujours avec sa copine Pauline Petit, elle aussi immortelle. L’un essaye d’échapper à son passé via son pouvoir, l’autre préfère l’utiliser pour conserver sa jeunesse. Alors que tout se passait pour le mieux, John Yesterday va devoir faire face à son passé en se remémorant des souvenirs datant de l’inquisition espagnole. Et si sa capacité était à l’origine d’un mal plus ancien ? C’est les réponses que tentera de retrouver le personnage avec l’aide du joueur…

Symboliquement, Yesterday Origins dispose d’une narration bien menée. En effet, le joueur ne cessera de voyager entre le passé et le présent permettant au récit de développer plusieurs thématiques. D’un côté, sous l’inquisition espagnole, faire revenir les thèmes liés à la mort, aux sectes, mais aussi à la torture, de l’autre, l’utilisation d’un monde moderne et du décalage du personnage principal pour y vivre. Le scénario, bien ficelé, transporte littéralement le joueur sans temps mort, aidé par une mise en scène sobre et efficace. Yesterday Origins ne se nourrit pas uniquement d’une écriture de situation réussie, mais s’inspire de contexte historique important et s’ancrent pleinement dans l’ère des temps qu’ils traitent.

Que ce soit l’inquisition espagnole où chaque geste peut être considéré comme de la sorcellerie ou le monde moderne qui évolue toujours de plus en plus vite. Les développeurs ont compris l’essence des deux univers qu’ils traitent et les retranscrivent à merveille. Ajoutons à cela, une prise de risque bien dosée comme à l’accoutumée avec le studio. En effet, quiconque à tester une aventure Pendulo doit se souvenir du savant mélange entre humour noir, séquence d’action et d’aventure puis des successions d’énigmes. Ici, Pendulo est passé à un nouveau stade en mélangeant subtilement le thriller noir, l’humour et l’aventure. Le titre surprendra le joueur, mais le fera, aussi, rire dans certaines situations et ainsi de suite. Ce qui est intéressant, c’est que l’ensemble n’est pas forcé. Au contraire, le joueur à l’occasion de repérer les différentes subtilités des dialogues et de la mise en scène qui ajoute une plus-value à sa propre fonction dans le jeu.

Le titre de Pendulo Studio s’avère rafraichissant en proposant un scénario bien mené avec une mise en scène qui l’aide à progresser. Le tout est empli de subtilité et respect les cadres historiques établis par le scénario. Le mariage des époques est efficace et le joueur en apprend toujours plus sur les personnages. Malgré cela, on note une fin un poil plus longue qui aurait gagné en intensité avec une meilleure succession d’événements dans le récit. Elle n’est pas dérangeante, loin de là, simplement, elle casse un rythme soutenu maintenu par le début de l’aventure. Ce qui est dommage au vu de la qualité du titre. Toutefois, le jeu s’avère être un titre au potentiel graphique sympathique !

Décors en peinture et mélange 3D.

Esthétiquement, Yesterday Origins se trouve à la croisée de chemin technique. Le titre propose un mélange entre des décors peints à la main avec des personnages entièrement modélisés en 3D. Un mélange efficient qui révèle plusieurs choses sur la qualité graphique du jeu. En effet, le décor peint sert avant tout à développer un décor très réaliste en mélangeant les tons de couleurs. Chaque zone que visitera le joueur possédera sa palette graphique pour notre plus grand plaisir. Le titre propose de visiter différents pays à différentes heures de la journée, présentant tout une palette de couleur riche et variée. Par exemple, Paris est souvent représenté des tons colorés proche du jaune et du marron. Un moyen de développer aussi le côté bourgeois qui peut se dégager de la ville. L’inquisition espagnole sera plus proche du bleu et du violet pour démontrer la folie qui planait à cette époque. A contrario, lorsqu’on visitera ses catacombes, les couleurs laissent place à des tons plus ocre et plus proche du marron et du noir.

Le but étant de créer des ambiances toujours différentes avec des effets multiples sur le joueur. Chaque niveau le fera voyager visuellement, avec des choix artistiques cohérents et intéressants. D’ailleurs, le titre est assez perfectionniste à ce niveau, en essayant de proposer un niveau assez élevé de texture pour la peinture. Quant à la 3D qui berce l’animation des personnages, celle-ci s’intègre très bien à ce décor. La 3D permet de détacher les personnages du décor. Comme cela, le joueur identifie plus facilement ce qui se détache ou non du décor. Ainsi, par cette technique, les développeurs arrivent à rendre l’aventure simple, mais efficace en mélangeant deux styles d’animations. D’ailleurs, il est important de notifier que les objets sont aussi animés en 3D. Dans une même fonction que le personnage, le joueur doit pouvoir les prendre instinctivement.

Inspiré dans sa direction artistique et dans le design des personnages, Yesterday Origins n’est pas pour autant dénué de défauts. Au contraire, lors de certains zooms sur des points précis du background, le titre se révèle un peu aliasé. Les textures auront pour effet de pixeliser légèrement. Le titre possède quelques soucis de finition en terme de technique graphique, mais rien de bien méchant pour ne pas profiter de l’aventure. On note que quelques effets de mise en scène ne marchent pas avec l’univers. Quelques faux raccords subsistent de temps à autre entre deux cinématiques. Des problèmes de murs invisibles seront présents par moment. Spécialement lorsque l’on voudra récolter des objets ou examiner certaines zones bien précises. En soi, Yesterday Origins possède un univers tellement vaste et riche que les quelques imperfections présentes peuvent être excusées. Ceci dit, elles sont tout de même là pour nous le rappeler à différents moments de l’aventure.

En parlant des cinématiques, il y en aura très peu dans tout le titre. Ces dernières brisent régulièrement le quatrième mur via un personnage qui fait office de narrateur omniscient. C’est-à-dire, un personnage qui aura accès à l’ensemble des pensées des personnages. Son utilisation est astucieuse, d’autant qu’il influence directement le gameplay. Ainsi, au cœur même des cinématiques, le titre vous proposera de vivre des scènes in game. L’aventure se découpe en plusieurs parties et chaque passage d’une zone à l’autre s’effectuent avec un fondu enchaîné ou un simple cut au noir. Il est important de noter que les cinématiques présentent avant tout les personnages quand ils arrivent sur un nouveau lieu. Un moyen de projeter le joueur dans chaque niveau facilement. Il est très aisé de se rappeler les premiers opus du studio, mais aussi d’autre point n’ click comme le Monkey Island réalisé par Telltale qui exerçait le même système.

Yesterday Origins est pourvu de bonnes intentions graphiques et artistiques. Les développeurs proposent un voyage haut en couleur en lien avec le scénario sombre, mature et parfois très cynique. Chaque zone est développée avec précision malgré quelques petites erreurs ici et là. Pourtant, le titre s’avère être rafraichissant avec un nouveau gameplay plus simple d’accès, sans pour autant oublier la réflexion du joueur.

Dans la réflexion, tu trouveras la réponse !

Inutile de préciser que Yesterday Origins est une œuvre qui vous demandera un minimum de réflexion pour avancer. En effet, le principe de base du point n’ click est de récolter des objets que l’on pourra associer pour avancer. Le jeu reprend cette base pour le moderniser et au lieu d’en faire un jeu à QTE comme les récents Telltale Games, le titre s’en tire avec des trouvailles subtiles et efficaces. Le jeu pose un problème fondamental pour les point n’click actuel. Comment faire du neuf avec du vieux ? Une réponse qui sera résolue dès les premières minutes de jeu.

Yesterday Origins part d’un principe très simple sus-cité. Prendre l’objet et l’associer pour avancer dans les énigmes. Bien entendu, rien n’est linéaire dans l’aventure, ce qui fait que la résolution de chaque énigme viendra avant tout de la capacité des joueurs. Heureusement ou pas, d’ailleurs, elles ne sont pas trop complexes pour permettre à l’histoire de connaître un développement réussi. Ainsi, le décor vous permet de récupérer dans des points précis, des objets pour les assembler. Élément supplémentaire qu’apportent les développeurs de Pendulo, c’est que chaque énigme doit suivre une logique précise et minutieuse.

La logique est un point majeur du jeu. En effet, de nombreux jeux vidéos et particulièrement d’aventure/point n’Click use de l’illogisme pour faire progresser l’aventure. On pourrait citer aisément la plupart des Daedalics Entertainment, notamment la saga Deponia ou encore Randall’s Monday. Ici, Pendulo reste très terre à terre, la logique du monde y prime et c’est d’ailleurs le seul moyen de progresser. Ce qui est intéressant, c’est qu’ils utilisent la voix omnisciente à cet effet. Celle-ci vous pose des questions pour savoir si vous avez bien compris à quoi servait l’objet et à quoi il vous servira pour résoudre l’énigme. Comme une équation où A + B = C, l’association devra former l’addition pour en donner la somme. Une utilisation qui n’est pas sabordée par une surutilisation fréquente du système et qui ne constitue même pas un motif d’agacement du joueur. La résolution des énigmes est traitée de manière judicieuse et ne prend pas le joueur pour ce qu’il n’est pas. Tout le monde peut réellement progresser et finir le jeu à sa manière.

Autre élément majeur de l’aventure, c’est l’exploration. Celle-ci va même jusqu’au point de devenir des trophées/succès pour les plus collectionneurs d’entre vous. Ainsi, l’exploration vous servira de collecter des indices pour résoudre les énigmes. Associer les objets et les assembler pour faire de vous un bon mécanicien, c’est bien, mais avoir de vraies motivations, c’est quand même mieux… Les indices seront donc les rouages qui justifieront tout le gameplay. Pour les acquérir, l’observation est importante, mais pas que… En effet, il faut revenir sur un autre point important présent dans le récit, le dialogue. Dans Yesterday Origins, les dialogues sont sûrement l’élément le plus important du gameplay. Grâce à ce dernier, le joueur acquiert les bons éléments pour résoudre les énigmes, c’est aussi là qu’il accédera aux descriptions des personnages et du background du jeu. Ajoutons aussi quelques dialogues intuitifs qui fonctionneront sur le choix personnel du joueur. Malheureusement, cela n’aura pas de grand impact sur le récit, mais on apprécie le geste des développeurs. Peut-être qu’une prochaine aventure mettra en avant cette spécificité. Pour en revenir à l’observation, sachez que plus vous observez et plus vous réussirez à obtenir des trophées pour compléter le jeu à 100%.

Vous l’aurez compris, Pendulo reprend des mécaniques de gameplay aussi vieille que les débuts du point n’click 2D. D’ailleurs, il renouvelle le genre en introduisant le système de logique. Le titre ne s’avère jamais gênant, ni réellement lassant puisque tous les rouages arrivent à renforcer le scénario de l’aventure. À juste titre, le studio frappe fort pour cette suite dont le premier opus avait connu un succès mitigé malgré son univers sombre et intrigant.

Roulement de tambour et rock !

En plus de son univers graphique intéressant, Yesterday Origins possède une bande originale fournie. Avec des thèmes marquants distinguant chaque époque et une bonne utilisation du silence. En effet, le jeu rend hommage à l’inquisition espagnole en utilisant des instruments d’époque, apportant une touche d’exotisme à l’aventure. En addition, le côté moderne se reflète avec des thèmes plus proches du rock. Le silence est aussi primordial pour rendre des atmosphères inquiétantes dans l’aventure. Le travail du son est majeur dans l’œuvre et n’est pas délaissé pour autant. Au contraire, les développeurs réalisent un travail d’orfèvre pour rendre chaque zone unique avec son lot de surprises sonore. Cela pourra aller d’une simple utilisation de bruitage aux différents thèmes de l’aventure.

Autre point majeur, le doublage français qui est de qualité. Celui-ci donnera l’impression de sonner faux, mais cela est dû à des personnages en surjeu. Le surjeu fait partie intégrante du récit, c’est dans ce surréalisme que le titre puise ses forces, notamment dans le doublage. Crédible et touchant, sans être exceptionnel, Yesterday Origins bénéficie d’une très bonne traduction. Une traduction qui s’intègre parfaitement dans l’aventure et conserve même quelques jeux de mots bien trouvés. En terme de durée de vie, le titre avoisine les 5-6h de jeu, voire un peu plus à cause de certaines énigmes retorses. C’est peu, nous l’accordons, mais amplement suffisant pour donner vie à une aventure de qualité.

Le mot de la fin…

Yesterday Origins est un très bon retour pour Pendulo Studio. S’ils ont connu l’essoufflement, notamment avec le premier opus qui tranchait définitivement avec Runaway, ce retour aux sources, à la fois préquel et suite, s’avère rafraichissant. Le titre est intelligent lorsqu’il mêle gameplay, univers graphique, récit et arrive à lier les trois pour rendre l’aventure plaisante à jouer. À cela s’ajoutent des énigmes intéressantes à résoudre, des efforts de mise en scène et un humour noir bienvenu sans être énervant. En somme, nous sommes curieux de savoir si Pendulo réitèrera l’expérience, mais ces derniers ont trouvés une nouvelle façon d’aborder le point n’click en recyclant ce qui avait déjà été fait. Une aventure qui ne plaira pas à tous, mais qui au moins fait l’effort d’intriguer le joueur jusqu’à la conclusion du scénario.

Le trailer de lancement de Yesterday Origins

Points positifs

  • Un scénario sombre et mature
  • Des touches d'humours noirs plaisantes
  • Un gameplay simple et efficace
  • Le système de justification des actes
  • L'écriture des personnages
  • La bande originale et le doublage
  • L'univers graphique

Points négatifs

  • Un peu d'aliasing
  • Quelques murs invisibles
  • Une fin un peu longuette
  • Il manque encore un brin de folie
8

Super

Photo du profil de Indy
Ce n'est pas un lac, c'est un océan...

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz