Activision prépare le retour d’anciennes licences

activision
Le bal des bilans financiers continue. Après Sony, c’est au tour d’Activision de dévoiler ses chiffres. Sans surprise, l’éditeur fait toujours aussi fort et reste en légère augmentation. Cependant, ce qui est le plus intéressant dans ce bilan, c’est qu’Activision a avoué qu’il se lancera dans un grand trip nostalgique.

En effet, si les chiffres d’Activision sont aussi bons (une hausse de 83 millions de dollars par rapport à l’année dernière), c’est en partie dû à Crash Bandicoot NSane Trilogy. Le jeu a fait un carton, et ce longtemps. Sony a révélé que le jeu est resté en deuxième position des ventes sur le PSN pendant deux mois consécutifs, en Europe comme aux USA. Un engouement qu’Activision ne prévoyait pas aussi fort. On se rappelle comment l’éditeur attendait nerveusement les retours financiers, conscients de la marge hype/réel impact. Comme toute grosse compagnie, Activision a senti le filon et annonce clairement que d’autres anciennes IP reviendront sur le pas de la porte. Évidemment, on passe en premier lieu à Crash Team Racing, qui avait déjà fait lieu de plusieurs rumeurs. L’autre licence qui pourrait revenir, c’est Spyro. Où ne l’a plus vu de puis le premier Skylanders, qui, à l’instar des Lapins Crétins, ont évincé la star du jeu. Activision parle de remasters, mais également de possibles suites, et là, on est aussi inquiets qu’intéressés.

En marge de cela, rappelons qu’Activision-Blizzard va très bien également grâce principalement à Overwatch et Hearthstone qui ont permis à Blizzard de passer le record de 46 millions d’utilisateurs actif. Quant au futur, il s’annonce radieux puisque la bêta de Destiny 2 a attiré plus de monde que celle du premier jeu, tout comme les précommandes d’ailleurs. C’est également le cas du prochain Call of Duty WWII qui attire également pas mal de précommandes. Activision semble croire que cet épisode fera remonter les chiffres de vente de la licence, qui sont toujours en baisse.

« Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière. »
August Strindberg

Laisser une réponse