Adieu Monde Cruel – Critique : Un sujet grave traité avec humour

adieu monde cruel
Disponible chez Bamboo Edition dans la collection Grand Angle, Adieu Monde Cruel raconte l’histoire de quatre personne au parcours différents. La BD vendue au prix de 17,90€ est lancée depuis le 29 mars.

adieu monde cruel critiqueSynopsis :

À la faveur d’une rencontre anonyme sur internet, trois hommes et une femme se donnent rendez-vous à l’aube sur la place d’une grande ville. Sans échanger noms ni prénoms, ils entrent dans une voiture, abandonnent leurs téléphones et quittent la ville.  Le mode opératoire de leur funeste projet, décidé d’un commun accord, semble bien en place : L’endroit, l’ambiance, les derniers mots.  Bref, il y a plus qu’à…Seulement rien ne va se passer comme prévu. Car si vivre seul n’est pas toujours facile, vouloir en finir en groupe est loin d’être simple et peut vous réserver quelques surprises…

Critique :

adieu monde cruel BDQuand quatre personnes qui ne se connaissent pas du tout et souhaitent en finir pour de bon se rencontrent, on ne sait pas trop à quoi s’attendre. Dans l’idée, tout semble simple, mais finalement, plusieurs complications seront à prendre en compte. De prime abord, on peut essayer de dresser un portrait sur nos quatre personnages avant de se rendre compte qu’on fait fausse route. Donc non, on n’est pas dans la caricature ce qui est une bonne chose. On apprend alors à faire connaissance avec ces quatre personnalités plus ou moins attachantes.

La sujet abordé dans la BD est grave puisqu’elle traite du suicide. Cela dit, on n’est pas face à une histoire déprimante qu’on aurait préféré ne pas lire. Loin de là, le tout est assez bien amené et d’ailleurs assez drôle en prime. Adieu Monde Cruel offre un petit moment de lecture très agréable. Cela dit, pour 17,90€, on s’attend quand même à quelque chose de plus travaillé ou du moins plus long. Les 80 pages se lisent très vite puisqu’il y a très peu de texte. Nous concernant, on a terminé de lire la BD en une grosse demi-heure, ça fait quand même cher la lecture.

On retrouve Stéphane Massard et Jean Rousselot au scénario. Les dessins quant à eux ont été confiés à Nicolas Delestret. Un bon choix puisque chaque page est agréable à découvrir avec de belles couleurs et un joli style.

Laisser une réponse