Assassin's Creed : Origins

Assassin’s Creed Origins

PC PS4 Xbox One

PREVIEW – Assassin’s Creed : Origins – Nos impressions en 4K sur Xbox One X

Au rythme d’une sortie annuelle depuis 2009, la saga Assassin’s Creed s’était mise en pause fin 2015, suite à un Assassin’s Creed Syndicate ayant fait débat. Après avoir laissé sa poule aux œufs d’or de côté, Ubisoft reviendra sur le devant de la scène vidéoludique en cette fin octobre. A deux semaines de la sortie du nouvel épisode intitulé Origins, nous avons pu essayer le futur titre des équipes d’Ubisoft Montréal et on vous dit tout dans cette preview.

Assassin's Creed : Origins previewSur la route de Memphis

Assassin's Creed : Origins previewLa démo s’ouvre sur Bayek, à bord d’une petite embarcation maritime, arrivant à Memphis, seule et unique zone jouable pour le moment. Tournant sur Xbox One X, en 4K et à 30 images/s, le jeu nous offre des premiers instants de gameplay d’une grande beauté. Eau, couleurs, lumière, tout est soigné et le rendu offert est de qualité. Malheureusement, dès notre arrivée en ville, nous constatons que le jeu souffre de quelques ralentissements mais le fait de jouer une version loin d’être terminée peut en être une explication. La terre ferme regagnée, il est temps d’essayer la mission principale accessible dans cette démo. Il faut rejoindre la compagne de Bayek, Aya, se situant plus loin dans la ville, ce qui est une bonne occasion de nous promener dans Memphis. Dans Assassin’s Creed Origins, le système de parkour et de course ont été grandement améliorés. En effet dans cet épisode, la course de Bayek dépend de l’inclinaison du joystick gauche et il n’est plus nécessaire d’appuyer sur la gâchette de droite pour courir. De plus, pour escalader une paroi, il suffit de se diriger vers elle puis de presser le bouton de saut afin de s’y accrocher. Une fois accroché, Bayek peut grimper ou bien descendre en fonction de la direction vers laquelle le joueur oriente le stick. Si cette modification s’avère déroutante dans un premier temps, on finit très vite par s’y habituer et on se rend compte que cette simplification du parkour rend notre assassin plus précis dans ses mouvements.

Inspecteur Bayek

Assassin's Creed : Origins previewUne fois le point de rendez-vous atteint, Anya nous apprend que le taureau d’Apis, une divinité égyptienne, a été empoisonné et qu’il est impératif de se rendre dans les quartiers du temple de la ville afin de découvrir l’identité de l’empoisonneur. Après avoir atteint le temple, Bayek se charge d’enquêter dans l’enclos de la bête, afin de résoudre ce mystère. S’ensuit alors une séquence d’enquête dans laquelle le joueur est totalement lâché : aucun des éléments à découvrir n’est affiché sur la carte. Ceci peut sembler être un détail mais la mode étant à prendre le joueur le plus par la main possible, cette difficulté s’est avérée rafraîchissante et bienvenue dans une saga qui en manque cruellement. Après avoir fouillé la zone à la recherche d’indices et après avoir interrogé des PNJ travaillant dans l’enclos, Bayek découvre que ce sont deux prêtresses jumelles qui ont empoisonné la bête mais qu’elles y ont été forcées par des bandits ayant kidnappé leur frère. S’ensuit alors une mission de sauvetage.

On me voit. On ne me voit plus

Assassin's Creed : Origins previewLe frère des deux prêtresses se trouve dans un temple, gardé par de nombreux ennemis dont une « élite », plus coriace que les autres. Deux choix s’offrent alors au joueur : foncer dans le tas, épée et bouclier à la main, ou bien essayer une approche plus discrète. Afin de tester le nouveau système de combat, c’est la première option que nous choisissons. Exit les contre-attaques mortelles, parades et esquives sont maintenant les pierres angulaires de ce nouveau système de combat. Surprenant aux premiers abords, cette refonte des combats s’avère assez jouissive lorsque le joueur arrive à mieux les maîtriser. Attaques rapides, esquives, attaques lourdes et parades au bouclier dynamisent et apportent une certaine dimension tactique aux combats de cet épisode. Bien qu’ayant affronté des ennemis du même niveau que nous, il suffit à Bayek de recevoir quelques coups pour se désynchroniser, synonyme de game over. Seconde chance, seconde approche, cette fois-ci c’est l’infiltration qui est de mise. Un peu à la manière de Ghost Recon Wildlands sorti plus tôt cette année, il est possible de contrôler l’aigle de Bayek, Senu, afin de marquer les ennemis. Cet opus ne bouscule pas les habitudes de la série en termes d’infiltration, en conservant les bons et mauvais côtés de la franchise. Il est toujours possible d’assassiner les ennemis depuis les hauteurs ou encore de les siffler afin de les attirer vers nous et de leur présenter notre lame secrète. Néanmoins, l’intelligence artificielle a toujours du mal à nous repérer pour peu que l’on soit un minimum caché ou éloigné des ennemis, ce qui commence à être assez agaçant : l’IA des gardes étant pointée du doigt depuis le premier jeu, soit depuis quasiment une décennie ! Cependant, nous avons constaté que les ennemis, toujours pourvus d’œillères, ont tendance à regarder davantage en hauteur et qu’ils sont également plus sensibles aux bruits de pas de notre assassin. Une fois la zone nettoyée, le pauvre homme secouru étant trop blessé pour marcher, il faut le porter jusqu’en lieu sûr afin que ses sœurs puissent le soigner.

Une composante RPG

Assassin's Creed : Origins previewLa mission étant terminée, il nous est possible de monter de niveau et de débloquer une nouvelle compétence. Bien que l’arbre de compétences soit classique, trois branches dont chacune correspondant à trois spécifications, il s’avère assez complet, allant de réductions tarifaires chez certains marchands à des augmentations de dégâts, par exemple. A la façon d’un RPG, chaque zone de la carte est conseillée pour une fourchette de niveau, ainsi il faudra faire attention avant de pénétrer dans une nouvelle zone au risque de se frotter à des ennemis bien trop coriaces.Durant cette mission, nous avons eu la possibilité de looter quelques pièces d’équipement. Le système de loot possède une place prépondérante dans Assassin’s Creed Origins. Plastron, protège-poignets, épée, arc et lame secrète pour ne citer qu’eux, peuvent être trouvés dans des coffres ou bien sur des cadavres ennemis. Bien que des systèmes de personnalisation d’équipement aient déjà été présents dans la franchise, notamment sur Unity, le système mis en place par cet opus est bien plus complet et simple d’utilisation. Il est également important de préciser qu’il sera possible de fabriquer son propre équipement. Bien que nous n’ayons pas pu nous essayer au craft dans cette démo, chaque équipement ramassé possède une recette, nous indiquant quel matériel est nécessaire à sa fabrication.Enfin, nouvelle fonctionnalité empruntée aux jeux de rôles, Assassin’s Creed Origins met à la disposition du joueur un journal de quêtes. Ainsi, il est maintenant possible d’y retrouver toutes les quêtes acceptées et de les effectuer dans l’ordre que l’on souhaite. Une première dans Assassin’s Creed.

Un monde soigné

Assassin's Creed : Origins previewCe qui nous a le plus frappés durant notre session de jeu, c’est le soin apporté par Ubisoft au monde d’Assassin’s Creed Origins, ou tout du moins à la ville de Memphis. Premièrement, cette dernière est vivante, beaucoup de PNJ y sont présents et s’expriment exclusivement dans leur langue maternelle et non en anglais, renforçant ainsi l’immersion. En plus des PNJ, de nombreuses activités, points d’intérêt et quêtes secondaires scénarisées sont à compléter dans le jeu. Au début, de simples « ? » sont présents sur la carte, mais après une synchronisation avec les différents points d’observation, leur vraie nature est révélée. D’ailleurs, le système de points d’observation a été modifié. Maintenant, toute la carte est dévoilée et accessible depuis le début du jeu, les points d’observation ne servant plus qu’à la détailler, à débloquer un point de voyage rapide et à renforcer la perception de Senu. L’aigle aura alors plus de facilité à repérer les points d’intérêt, comme les ennemis par exemple. Deuxièmement, Ubisoft nous a habitués, depuis le premier épisode, à retranscrire parfaitement les différents environnements d’époque traversés durant le jeu et c’est encore une fois le cas avec Origins. L’architecture et le design des bâtiments présents dans Memphis semblent respecter à la lettre ceux de l’époque et on a réellement l’impression d’être dans l’Egypte Antique. Durant notre session de jeu, nous n’avons qu’une envie, celle de nous perdre dans Memphis et d’arpenter chaque endroit de la ville. Ubisoft a d’ailleurs annoncé qu’il sera possible dans Assassin’s Creed Origins de jouer à un mode de jeu un peu particulier permettant de visiter tous les lieux historiques présents ainsi que d’en apprendre un peu plus sur ces derniers. Il sera possible de recevoir un mini cours d’Histoire depuis le jeu, c’est dire à quel point Ubisoft met un point d’honneur à créer un open world plus vrai que nature. Ce vaste monde ouvert semble être rempli de promesses et il faudra y passer un bon nombre d’heures afin d’y explorer tous ses recoins.

Qu’on couvre le jeu d’or ?

Une fois notre session de jeu terminée, nous sommes conquis. Entre les quêtes secondaires scénarisées, le nouveau système de combat et la direction RPG que prend cet opus, le contenu proposé par le jeu sera considérable. Assassin’s Creed Origins semble bien être le jeu qui réconciliera les joueurs avec la franchise. Même si quelques vieux démons de la saga semblent encore hanter le jeu, comme l’intelligence artificielle, Ubisoft semble avoir compris ce qui n’allait plus dans Assassin’s Creed et le résultat a tout pour plaire. Il est clair que si le jeu et son monde ouvert sont du même acabit que ce que nous avons pu tester durant notre session du jeu, Assassin’s Creed Origins sera l’un des meilleurs jeux de 2017. De là à penser qu’on tient peut-être le jeu de l’année, il n’y a qu’un pas. Assassin’s Creed Origins sortira sur PC, Xbox One, PlayStation 4 le 27 octobre 2017. Il sera également optimisé pour la PS4 Pro et recevra un patch « optimisé pour Xbox One X » lors de la sortie de la console.

Impressions recueillies par Fab.

Laisser une réponse