Brawlout

Brawlout

Brawlout, un jeu de combat style Super Smash Bros.

Si l’on peut féliciter la langue anglaise pour une raison, c’est bien celle de trouver des qualitatifs simples et efficaces. Notamment pour trouver des noms de genres et sous-genres. Ainsi, l’un des sous-genres du jeu de combat est le Smash’ em. C’est-à-dire un jeu où il faut expulser ces adversaires d’une zone.

Évidemment, le maître de ce genre est Super Smash Bros. Ce qui n’a pas empêché d’autres développeurs de s’essayer à ce genre et d’attirer un public de joueurs non nintendo. Si le récent De-Formers fait partie de ceux-là, on retrouve également, et plus fidèlement, Brawlout. On y retrouve toutes les bases du jeu de HAL Laboratory, comme le combat sur des plates-formes, des attaques vers le bas ou vers le haut. Il faudra faire un maximum de dégâts à son adversaire pour qu’ils puissent être expulsés de l’arène. Toujours aussi classique, mais Brawlout ne peut s’appuyer sur le casting d’un Super Smash Bros. ou même d’un PlayStation All Stars Battle Royale. On y trouvera tout de même d’étranges créatures aux pouvoirs différents. Celle mise en avant semble être la rainette cacheuse à quatre bras. On a tout de même peur que cela fasse trop léger, et que Angry Mob Games, les développeurs, n’ait pas trouvé leur botte secrète.

Quoi qu’il en soit, le jeu est déjà disponible en accès anticipé. Pour 19, 99 €, le jeu propose six personnages, des parties seul, en ligne ou en local, ainsi qu’une Brawlout TV. On peut évidemment s’attendre à des compétitions, surtout que le jeu propose un mode classé. La particularité du titre pourrait se situer dans le solo du jeu, qui implantera scénario, plus tard. Concernant, le futur, les développeurs annoncent également au moins trois nouveaux personnages à venir. C’est assez mince, mais honnête pour un accès anticipé. À noter que si le jeu est disponible sur PC, il devrait arriver d’ici automne sur consoles. On ne ne manquera pas d’en reparler.

"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

Laisser une réponse