TEST – Call of Duty : Infinite Warfare – Continuum : Classique, mais trop cher

La saison des DLC de Call of Duty : Infinite Warfare continue avec ce mois-ci la sortie du deuxième pack de maps sur PS4 baptisée Continuum. Disponible depuis le 18 avril sur la console de Sony, et pour 15€ (inclus dans le Season Pass), le pack contient trois maps multijoueurs exclusives, une map revisitée d’un ancien jeu de la licence, et une toute nouvelle expérience en mode zombies.

test cod infinite warfare dlc continuum

Classique

Après avoir proposé des maps correctes dans le premier DLC, Infinity Ward continue sur cette même lancée avec cette nouvelle fournée de maps payantes. Les trois maps exclusives sont très classiques, et contrairement aux maps incluses dans le jeu de base, ici, on utilise très rarement le gameplay de Infinite Warfare avec le jetpack.

Notamment sur la map Archive. Carte proposant des combats très rapprochés où l’action se déroule au centre de cette dernière. Une bonne majorité de cette carte propose un environnement fermé, difficile alors d’utiliser le double-saut ou encore le wallrun. Les joueurs n’appréciant sans plus la verticalité de cet opus devraient être contents de s’affronter sur Archive rappelant le gameplay classique des anciens Call of Duty.

Autre carte classique, mais plus ouverte en son centre : Turista. Elle fait très pensée à un laboratoire de Jurassic Park puisqu’elle est très futuriste et un immense squelette d’une créature ancienne est présent. L’utilisation du double saut est plus utilisée sur cette carte que sur Archive. Le level-design proposant même des points d’accès appréciés des snipers, avec également la possibilité de contourner l’ennemi très aisément. Ce n’est sans doute pas la carte la plus agréable à jouer parmi les quatre proposées.

On quitte la Terre pour aller sur la Lune sur la dernière map inédite du pack avec Scrap. Pour les amateurs de scorestreaks, la carte propose un environnement très ouvert. Idéal pour lancer son Gardien ou encore son Thor et faire quelques frags facile. Map aussi qui sera très appréciée des amateurs de fusil de précision car elle propose deux grandes lignes droites permettant de voir au loin les ennemis. Et petite originalité : la présence d’aimant où il est possible de s’accrocher par les pieds et avoir la tête à l’envers. Petite subtilité sympathique, mais un peu déroutante.

Que serait un DLC de Call of Duty sans sa map remasterisée. Après Afghan de Modern Warfare 2, c’est au tour d’une map emblématique de la licence, et extrêmement appréciée des joueurs de refaire son apparition dans cet opus : Rust. Ou Excess dans Infinite Warfare. Une des plus petites map de la licence revient pour notre plus grand plaisir. Sur celle-ci, les doubles sauts ça y va pour se positionner en haut de la bâtisse située au centre. Combats rapprochés, gameplay très dynamique et nerveux, nul doute que les fans seront aux anges. De même, le design a totalement été revu et lors des premières parties, on a vraiment du mal à reconnaître Rust. Enfin, il semblerait aussi que la carte soit plus grande que l’originale. Sans doute aussi pour éviter les respawns foireux et les spawn-kills.

En mode Disco !

S’il y a bien une grande qualité que l’on ne peut pas reprocher à Infinite Warfare, c’est son mode Zombie déjanté, fun, et très différent de celui de Treyarch. Après deux premières maps excellentes à jouer, Infinity Ward remet le couvert avec Shaolin Shuffle. Ambiance disco, années 70 à Brooklyn. L’actrice Pam Grier a même prêté sa voix et son visage pour interpréter un protagoniste.

Carte relativement vaste, avec des secrets à résoudre, et une ambiance très réussie. Mention spéciale à la présence de pouvoirs spéciaux qui permettent de lâcher les armes à feu quelques minutes pour se mettre en mode arts martiaux. La qualité de cette map Zombie est au rendez-vous, tout comme l’humour. Un régal pour les fans de ce mode, et même pour les amateurs qui y jouent de temps en temps. Les développeurs offrent ainsi une excellente map Zombie, dans la lignée des deux précédentes. Gageons que la qualité sera toujours là dans les deux prochains packs de maps.

Conclusion

Continuum reste dans la même lignée que Sabotage, le premier DLC de Infinite Warfare. Pack qui devrait sans trop de mal faire plaisir aux fans du gameplay classique de la licence, et à ceux qui adorent sauter un peu partout. Des maps classiques, mais efficaces, tout comme celle en mode Zombie toujours très réussie. On le répète toujours, et le fera encore : le prix est un véritable frein à l’acquisition de ce pack de cartes. Quinze euros, c’est toujours beaucoup trop cher pour ce que c’est.

Points positifs

  • Le retour de la map Rust !
  • Des cartes qui font leur travail
  • La map Zombie très fun, et très sympa à découvrir

Points négatifs

  • Son prix, bien évidemment
  • Un petit bonus n'aurait pas été de refus au vu du tarif
6

Acceptable