Catherine pourrait bien revenir

En 2011 sortait Catherine. Un titre étrange, mais clairement pas dénué d’intérêt. Notamment grâce à son histoire peu banale dans un jeu vidéo : un homme qui ne sait plus s’il aime encore sa copine ou s’il préfère la Catherine qu’il vient de rencontrer. Le gameplay également proposait un jeu de réflexion onirique.

Au final, Catherine fût une excellente surprise et fait parti des meilleurs titres vidéoludiques. Six ans après, on aurait pu croire que cela resterait comme ça, mais il se pourrait bien que Catherine ait une suite. En effet, il y a peu, Atlus (éditeur de Catherine) a publié une vidéo intitulée « Golden Employement Special ». Il s’agit d’une banale vidéo de présentation du Studio Zéro, étant actuellement à la recherche de développeurs. Cependant, quelques indices s’accumulent. On note par exemple que la présentatrice de la vidéo est un personnage, Midnight Venus, que l’on retrouve dans une émission dans le jeu Catherine. On note d’ailleurs qu’il s’agit de la même doubleuse. Cela aurait pu être un clin d’œil rigolo, mais la voix reprend à la fin de la vidéo pour déclarer :

En passant, j’attends avec impatience votre RPG bien sûr…
Mais y a-t-il quelque chose que je peux faire ?
Peut-être que beaucoup d’entre vous se posent des questions.
Cette fois, je serais la nouvelle héroïne !
Je rigole…
Ah, l’offre pour mon prochain emploi est sur la table ? »

Véritable teasing donc, ou une simple allusion ? Il ne faut sans doute pas compter sur Studio Zero pour développer cette suite en tout cas. Les développeurs sont à l’œuvre sur Project RE : Fantasy. Cependant, il s’agit peut-être d’un ajout de la part d’Atlus. Comme souvent dans ces cas là : il ne reste plus qu’à patienter gentiment.

« Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière. »
August Strindberg

Laisser une réponse