Dead Rising 4

Dead Rising 4

PC Xbox One

Dead Rising 4 sort son trailer de sortie

Dead Rising 4
Commencé aux alentours de 2004-2005, c’est finalement sur Xbox 360 que se lancera la saga Dead Rising. Dix ans après, c’est au tour de Dead Rising 4 d’arriver sur le devant de la scène. Et pour fêter cet anniversaire, Capcom a repris son bon vieux personnage de Franck West. Il s’agit du héros du premier opus, un journaliste parfois un peu idiot, et toujours à l’affut du scoop.

Quoi qu’il en soit, ce quatrième opus sortira le 6 décembre prochain, mais est évidemment prêt depuis un certain temps. Ainsi, Capcom annonce la sortie de son jeu avec un petit trailer de sortie. Ce dernier prend l’apparence d’un livre de Noël… avec des zombies tout de même. Un trailer assez avare en images, mais amusant tout de même. Au passage, les développeurs annoncent tout de même 6 millions de façons différentes pour tuer un zombie. À voir.

Si le jeu sort 10 ans après le premier opus, dans la réalité du jeu, 16 ans ont finalement passé. Franck West reviendra dans la fameuse ville de Willamette en pleine période de Noël, pour essayer encore une fois de comprendre le pourquoi du comment. Évidemment la ville est infestée de zombies, mais tous les moyens sont bons pour les éclater et se frayer un chemin dans la masse. Les atouts qui font le succès de la licence sont présents : des psychopathes, des armes totalement loufoques et de l’autodérision. Même le mode coop sera présent pour ne rien gâcher.

Est-ce finalement suffisant pour conquérir le public ? Ne s’est-il pas lassé avec le temps ? D’après les estimations, Dead Rising 3 aurait à peine touché 2 millions de joueurs là où le premier Dead Rising avait trouvé plus de 2, 8 millions de preneurs. C’est Dead Rising 2 qui reste le plus vendu, car il s’agit du seul jeu à être sorti sur Xbox 360 et PlayStation 3 en même temps. On verra ce que donnera Dead Rising 4 mais pas sûr qu’il atteigne le score de Dead Rising 3, surtout en ne changeant rien à la recette initiale.

"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

Laisser une réponse