Death Stranding

Death Stranding

PS4

Death Stranding dévoile son moteur graphique

Death Stranding
Annoncé à l’E3 2016 à travers une entrée très théâtrale, Death Stranding reste très mystérieux. Et pour cause : le jeu vient à peine d’être commencé. Mais sachant que ce que cache Hidéo Kojima derrière le jeu, impossible de ne pas s’y intéresser. Surtout qu’a chaque nouvelle vidéo, Death Stranding montre qu’il est bien entouré. Norman Reedus à l’E3, et maintenant Guillermo Del Toro et Mads Mikkelsen. Du lourd pour un jeu lourd ? Impossible à savoir. Parmi les choses que l’on sait, on vient de découvrir le moteur graphique de Death Stranding.

Peu avant avoir annoncé son jeu à l’E3, Kojima avait en effet fait le tour du monde, grâce à Sony. Pas vraiment par plaisir, mais plutôt pour y découvrir comment travaillent les développeurs du monde entier. Et il semble qu’il soit tout particulièrement emballé par Guerrilla Games. Le moteur graphique du studio ayant fait Killzone a tapé dans l’œil de Kojima. Ainsi, on sait désormais que Death Stranding utilisera le moteur d’Horizon : Zero Dawn. Si le jeu de Guerilla Games vous fait de l’œil, notamment pour sa plastique, alors Death Stranding devrait vous intéresser. Cela dit, on ne sait pas exactement pourquoi Kojima a pris celui-ci.

Il faut dire que Decima Engine (le moteur graphique), a la capacité d’afficher sans problèmes toute une liste de détails, généralement en monde ouvert. Ce n’est donc pas un hasard puisque Kojima développe actuellement un monde ouvert. La petite anecdote serait que Guerilla Games aurait donné le code source du moteur avant que l’accord soit signé. Le renom du demandeur pèse certainement dans la balance…

Concernant Death Stranding, on sait que si jusque là uniquement des personnages masculins ont été présentés, des femmes seront également au rendez-vous. On sait qu’Hidéo Kojima montre toujours des femmes fortes (mais pas très habillées) dans ses jeux. Côté Mads Mikkelsen, ce sera bien sûr l’antagoniste du jeu.

« Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière. »
August Strindberg

Laisser une réponse