Far cry 5

Far Cry 5

PC PS4 Xbox One

Far Cry 5 sort son premier trailer !

Les choses s’emballent pour Far Cry 5 ! Peu après avoir été teasé via quelques images, puis via quelques courtes vidéos, c’est désormais un bon gros trailer qui vient de tomber. Il faut dire qu’Ubisoft l’avait promis, et le voici qui arrive à point nommé ! Il ne faudra pas attendre l’E3 2017 pour voir de quoi il en retourne.

Si les rumeurs parlaient d’un univers western, on n’en est pas si loin. Certes il ne s’agit pas de l’âge d’or du western, mais il s’agit bien des derniers réels cow-boys. Far Cry 5 nous propose donc de passer quelque temps dans le Montana, accompagné par les Rednecks. Les joueurs semblent d’ailleurs très contents de retrouver ces personnages hauts en couleur, que l’on cernait déjà très bien avec GTA V. Ici, pas de Vaas ni de dictateur, mais un fanatique religieux qui semble convertir tout le monde, à coups de balles. À l’inverse de Far Cry 3 ou 4, le grand méchant ne montre jamais vraiment sa tête. Il est d’ailleurs intéressant de voir que les Far Cry, autrefois paradisiaques, misent tout (ou presque) sur l’antagoniste.

Quoi qu’il en soit, difficile de savoir si au niveau du gameplay, Far Cry 5 changera des derniers opus. Tout ce que l’on sait, c’est que des courses poursuites et avions auront une place importante. Le sexe et la couleur de peau du personnage à incarner peut-être choisi. Les animaux et ressources seront évidemment de la partie, ainsi que des mercenaires à embaucher. On note que la campagne peut-être parcourue en coop, même si on ne sait pas s’il s’agit de split-screen ou du online. Quant à la présence d’un éditeur de map, il confirme sans doute qu’un mode multijoueur sera présent. Si tout cela vous donne envie, sachez qu’il faudra attendre longtemps avant de mettre fin au fanatisme religieux. Far Cry 5 est prévu pour le 27 février 2018.

 

"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

2 Commentaires

  1. Hum… bof indifférent

    • Pareil ça me laisse assez indifférent… Le coin m’emballe pas, le côté secte religieuse type Charles Manson non plus… Bof quoi…

Laisser une réponse