Flying Witch Critique Tome 1 : Ma sorcière bien-aimée version ado kawaii

Flying Witch Critique
Aujourd’hui on va vous parler d’un shonen tout mignon et tout sucré, saupoudré d’un peu d’humour, de tranches de vie et de beaucoup de fantastique. Nobi Nobi nous fait découvrir une série signée Chihiro ISHIZUKA qui s’adresse à un jeune public à partir de 8 ans, au Japon il y a déjà 5 tomes de parus. Allez c’est parti chevauchons notre balai magique et envolons-nous vers de nouveaux horizons!

Synopsis :

À 15 ans et selon la coutume des sorcières, la jeune Makoto doit quitter le cocon familial et prendre son indépendance. Elle quitte Tokyo avec son chat noir, Chito, et part dans le nord-est du Japon où elle est hébergée chez ses cousins Kei et Chinatsu. A son entrée au lycée, la jeune Makoto quitte la région de Tokyo pour le nord-est du Japon. Elle découvre les petits plaisirs d’une vie proche de la nature, où le temps semble s’écouler plus doucement. Mais le quotidien à la campagne ne s’annonce pas de tout repos pour autant, car Makoto est aussi une apprentie sorcière un peu étourdie.

Critique :

Makoto Kowata est une jeune sorcière qui partage son quotidien avec un chat noir à qui elle parle tout le temps. Elle évolue désormais dans la ville de Hirosaki. Elle n’a pas du tout le sens de l’orientation mais reste très curieuse et avide de découvrir le monde.

L’histoire, aussi adaptée en animé depuis 2016, débute donc avec les retrouvailles de Makoto avec sa famille qu’elle n’a pas vu depuis de nombreuses années… Le personnage principal étant introduit, on pénètre dans son nouvel univers qui lui est néanmoins familier. Je ne vais pas vous cacher que les premières pages m’ont semblées assez ennuyeuses, le rythme est très lent et il ne se passe pas grand chose… On va dire que le public visé reste les enfants et les adolescents, c’est une histoire très gentillette. Ça s’accélère à l’approche de la toute fin avec la rencontre d’un personnage assez intriguant. On dévore alors les dernières pages où on en apprend davantage sur la petite sorcière… Du coup on reste curieux de découvrir le tome 2 parce qu’on reste carrément sur notre faim…: peut-être la volonté de l’auteur, la jeune Chihiro Ishizuka, qui fête ses 10 ans de carrières. Son trait de crayon est simple mais reste efficace même si on aimerait plus de fantaisie, et d’expressions faciales venant des protagonistes, ça rendrait ce manga davantage vivant…

Bref, on est devant un sujet maintes et maintes fois exploité dans l’univers manga c’est à dire les sorcières et le fantastique. Makoto est toute mignonne et on est devant un manga sympa mais sans plus s’adressant à un jeune public. A recommander aux petites filles de 10 ans pour meubler un mercredi après-midi après ses devoirs. On reste tout de même curieux de découvrir le tome 2 avec la connaissance d’un personnage intriguant à la toute fin, même si l’on reste plus ou moins convaincus que ce manga ne sera pas un incontournable… Bonne lecture !!

Précédent critique : Old Man Logan : Un Comics poignant

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz