TEST – Friday the 13th The Game : Trop proche des films ?

Si Jason Voorhees avait déjà sévi sur consoles, c’était loin d’être mémorable. Ce jeu sorti sur NES proposait d’incarner les fameux moniteurs hantés par Jason. Celui-ci se baladait aléatoirement sur la carte, s’attaquant aux autres moniteurs, pendant que le joueur cherchait les bons éléments pour battre le boogey-man. Friday the 13th The Game, c’est presque la même chose. En mieux.

Fridaythe13thLongue nuit au camp de sang

Friday the 13thQui ne connaît pas Jason Voorhees ? Ne serait-ce que son nom ou son visage ? Ou plutôt le masque de hockey qu’il récupère. Pour ceux qui ne connaissent pas cette saga, un résumé s’impose. Vendredi 13, est à l’origine une histoire de victime. Un petit Jason meurt noyé à cause d’enfants pas très sympa, dans le camp Crystal Lake. À la suite d’étranges meurtres, le camp ferme pour ne rouvrir que 21 ans après. Cependant Jason n’est mystérieusement pas mort, et a toujours une dent contre tous les moniteurs et adolescents de passage dans la région. On évite quelques petites subtilités pour éviter de (trop) vous spoiler les films.

Quoi qu’il en soit, cette adaptation est très fidèle au matériau d’origine. Rien qu’au menu du jeu, on peut entendre le thème principal de la saga. De plus, les lieux et les personnages présents font référence à des personnages présents dans les films. Même les différentes apparences de Jason ont été intégrées dans le jeu. Un véritable travail de passionnés, et cela fait plaisir à voir. Cela se voit jusque dans le gameplay, qui n’a jamais été aussi proche des films.

It can’t be happening !

Friday the 13thCette adaptation prend la forme d’un jeu d’action multijoueur asymétrique à la troisième personne. Une longue dénomination qui veut dire que l’un des joueurs incarne Jason, tandis que les autres incarnent les différents moniteurs. L’un doit tuer le maximum de personnes, les autres doivent fuir, ou vaincre Jason. Si les lieux se ressemblent de partie en partie, la disposition est pourtant totalement aléatoire, de sorte à ne pas (trop) tomber dans les mêmes réflexes.

Commençons tout d’abord par les maudits adolescents. Alors que la fête bat son plein, un de leur ami tombe sous les coups de Jason ! C’est la panique, tout le monde fuit. Ainsi, chaque joueur est placé aléatoirement sur la carte. Il y a trois moyens pour gagner. Le premier demande de trouver des pièces pour les deux voitures ou le bateau. Notons d’ailleurs qu’il y a une voiture à deux places et une autre à quatre places. Une fois l’essence, les clefs et la batterie récupérées, les joueurs pourront enfin essayer de fuir. Les joueurs peuvent également trouver la radio afin d’appeler la police. Cela permettra de passer par le tunnel, en toute sécurité (faut-il encore y arriver avant Jason…). Enfin, battre Jason est une possibilité. Il faudra pour cela enlever le masque de Jason à coups d’armes ou trouver la tête de sa mère. Tout un programme, mais ce n’est pas impossible !

Le joueur erre donc de cabane en cabane, à la recherche des ressources, mais aussi d’armes et d’outils (comme la carte par exemple). Cependant, il faut être discret. Plus le joueur fait de bruit, plus Jason est susceptible de le repérer (on y reviendra plus tard).

Qu’on se le dise, la première partie en tant que moniteur risque d’être courte et brouillonne. Le jeu ne vous explique pas grand-chose, et encore moins les subtilités. C’est en enchaînant les parties, et en regardant les autres faire que l’on apprend. Le joueur comprendra qu’il vaut mieux passer par les fenêtres puis verrouiller les portes avant de fouiller une maison. De même, on apprend qu’il est possible d’immobiliser Jason ou qu’il est possible de fuir lorsqu’il nous tient. Dommage qu’un petit tutoriel n’est pas présent. Cependant, un mode solo devrait arriver bientôt.

La victime chasse les victimes

Friday the 13thJason Voorhees est lui totalement différent. Pour lui, un seul but : tuer le plus possible et ne pas mourir, évidemment. Pour retranscrire le côté incroyable de ce boogey-man, les développeurs ont imaginé quelques pouvoirs. Au total, le joueur en possède cinq, mais ces derniers se débloquent petit à petit. Le premier est passif, et le joueur le possède dès le début de la partie. Lorsque les moniteurs courent ou font du bruit, un petit cercle façon sonar apparaît à l’écran. Le joueur doit traquer ces cercles sans savoir la distance qui les sépare. Si les joueurs s’accroupissent, les cercles seront moins visibles. S’ils se cachent dans les armoires, ou sous les lits et qu’ils retiennent leur respiration, ils sont totalement invisibles. Mais pour combien de temps ? Vers le début de la partie, le joueur peut également activer une vision améliorée. Cela indique les maisons occupées, et les ennemis se cachant dans la nature.

Dans les films, bien qu’il marche tout le temps, Jason arrive toujours à sa victime. Pour traduire cet aspect particulier, deux compétences apparaissent en cours de partie. Le joueur peut se téléporter sur point précis de la carte (par exemple sur une des voitures, afin d’y déposer un piège). Ou il peut également disparaître et réapparaître bien des mètres plus loin, et très rapidement. Cela permet de prendre de court les moniteurs qui s’échappent, et de faire régner une certaine terreur.

Contrôler Jason est extrêmement jouissif. On se prend au jeu du tueur implacable. On explose les vitres, les générateurs, on traverse des murs entiers pour surprendre l’adversaire. Et surtout, lorsque le joueur saisit une victime, il est possible de réaliser plusieurs exécutions, très cher aux films originaux.

Déséquilibré

Friday the 13thLe problème en incarnant Jason, c’est que l’on comprend pourquoi on meurt si souvent en tant que moniteurs. On découvre les coulisses d’un personnage suréquipé. À moins que ce ne soit les moniteurs qui sont trop faibles ? Quoi qu’il en soit, Friday the 13th The Game est déséquilibré. Les survivants que nous avons croisés se comptent sur les doigts de la main. Jason, lui, fait un massacre. Bien sûr, on pourra rétorquer qu’en cela, il s’agit d’une parfaite adaptation de la saga. Cependant, on a plus l’impression de survivre le plus longtemps possible plutôt que de pouvoir fuir. Peut-être que supprimer un élément à récupérer permettrait d’offrir une chance aux moniteurs. D’autant plus qu’en mourant, le joueur doit rester jusqu’à la fin du match pour gagner une prime de 500 XP. Sachant que les parties durent 13 (vous l’avez ?) minutes, mourir rapidement peut être très pénible. Heureusement, les développeurs ont une bonne idée : inclure Tommy Jarvis. Il s’agit, dans les films, de celui qui a réussi à battre Jason Voorhees une bonne fois pour toutes. Ce dernier, fort de son expérience, est plus coriace que les autres survivants, et dispose surtout d’un fusil de chasse. Lorsqu’un joueur qui est mort reste suffisamment longtemps, il peut avoir la chance d’être choisi pour incarner Tommy, et renverser la tendance. Ou mourir une minute après.

Pimp my Jason

Friday the 13thÀ force de persévérance, il est tout de même possible de maximiser ses chances de survie. En effet, le joueur peut choisir ses propres personnages et en débloquer d’autres. Ces derniers (issus des films donc) ont des stats différentes (force, endurance, discrétion, chance…) qui ont un impact non négligeable sur les parties. De plus, il est possible d’acheter des perks aléatoirement. Ces dernières sont des compétences passives qui peuvent améliorer vos chances de survie. Enfin, on note qu’il est également possible d’avoir de nouvelles tenues. Ceci est seulement cosmétique et est finalement limité.

Quant à Jason, il peut lui aussi être customisé. Pas de perks ni de vêtements pour lui, mais la possibilité de changer de finish moves. Comptez sur les développeurs pour des mouvements particulièrement gore et fidèles aux films.

Slasher game

Friday the 13thTechniquement, Friday the 13th The Game est loin d’être propre. Les animations ainsi que les têtes des personnages sont particulièrement étranges. Quant à la végétation, ce n’est pas tout à fait ça non plus. En revanche, au niveau de l’ambiance visuelle et graphique, c’est parfaitement réussi. Pour ainsi dire, on a l’impression d’être acteur d’un slasher movie. Chaque partie lance une cutscene, qui pose l’ambiance, même s’il s’agit toujours de la même. La musique, elle, renvoie parfaitement à ce sous-genre (pas dans le mauvais sens du terme) cinématographique. Elle est assez faible lorsque le joueur est seul, mais lorsque Jason arrive, elle s’accélère d’un coup, et provoque une montée d’adrénaline au joueur. Celui-ci panique, se pense épier et se prépare à courir. De même, les voix des personnages renforcent cette immersion. Ainsi, lorsqu’ils voient Jason ou un cadavre, ils crient, pleurent, sont horrifiés. Quant au boogey-man, il n’est pas en reste. Lorsqu’il commet un meurtre, la voix de sa mère le complimente et l’encourage. On est parfaitement dans l’ambiance d’un tueur schizophrène.

On pourrait également se plaindre des décors, qui sont répétitif, mais cela est normal puisque les films prennent place dans la même région (excepté trois opus).

Conclusion

Friday the 13th The Game peut clairement se targuer d’être une très bonne adaptation de la saga. On trouve bon nombre de références et l’ambiance est très proche d’un slasher movie. C’est sans doute parce qu’il est trop proche du genre que le jeu est déséquilibré. Rares sont les survivants dans le jeu, tout comme dans la saga. Cependant, le levelling pourrait bien renverser la tendance si les moniteurs jouent le jeu. Quant à Jason, c’est un bonheur de l’incarner. Fridays will never be the same again !

Test réalisé sur un Windows 10, Intel Core i5 4200H, GeForce GTX 850M

 

 

Points positifs

  • Les références
  • Le respect du matériau d’origine
  • L’ambiance oppressante pour les victimes
  • L’ambiance tueur schizophrène pour Jason
  • Jouissif en tant que tueur
  • Customisation utile
  • Tommy Jarvis

Points négatifs

  • Visuellement daté
  • Pas de tutoriel
  • Etre mort, c’est long
  • Système de combat brouillon
  • Frustrant en tant que victime
  • Quelques bugs
6

Acceptable

"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

4 Commentaires

  1. Ils seraient intéressant de ce renseigner plus exactement avant de pondre le test, je m’explique non seulement un tutoriel est disponible dans le menu « How to Play » sachant que la version physique n’est pas encore sortie seule le mode multijoueur est disponible…

    Je vois beaucoup d’erreur sur ce test mais je vais en relevé une qui non seulement est complètement fausse mais en plus cela montre qu’il n’y à eu un minimum de recherche… POUR TUER JASON ON CHERCHE PAS LA TÊTE MAIS LE PULL !
    Et plus exactement SEUL UNE FEMME PEUT PRENDRE LE PULL ! ET SEUL TOMMY JARVIS PEUT ACHEVÉ JASON !

    Ce jeu repose sur la coopération, le but cacher n’aidera en rien, le Roleplay est très présent ce qui donne une expérience unique à chaque partie en plus du randomize des cartes ont peut que prier pour que Jason ne nous trouve pas !

    Pourquoi ne parle tu pas du système de talkie-walkie qui quand on le trouve, nous permet de parler à d’autre pocesseur de cette objet, ce qui augmente l’immersion…

    Et cette musique angoissante…

    Idem pour le moins injustifier du visuellement daté que l’on pond sans réfléchir car le jeu est pas aussi réaliste qu’un Battlefield…

    Si vous regardez l’intro avant d’aller au menu les développeurs ce sont amuser a reproduire l’effet cassette video ce qui donne le ton sur le style Oldschool des personnage…

    Et le système de combat brouillon… Pitié on est pas dans un jeu AAA ou même le paysan du coins ce promène avec une M16, les système est parfait vous pouvez lock jason ou les survivants quand ils sont devant vous que demander de plus? Un système QTE? Inutile, Une vue FPS? Inutile aussi… Tout est fait pour allégés le survivant, les esquives en mode combat etc…

    Bref un test malheureusement Bâclé par un manque de renseignement et d’assiduité, il aura juste l’honneur d’être pondu rapidement pour passer en top recherche sur Google Search..

    • Bonjour @Yukinaru,
      Non le test n’a pas été bâclé. Tu remarqueras d’ailleurs qu’il est sorti une semaine après sa sortie, autant dire qu’on ne cherche pas à être en top recherche. Cependant, il est vrai que je me suis trompé sur le pull de la mère de Jason. Je jurerai pourtant avoir lu cela sur un site spécialisé américain, car j’ai effectivement fait des recherches. Ces dernières, je les ai d’ailleurs réalisées, car pour moi, le « How to play » est bien trop succinct, et ne remplace clairement pas un bon tutoriel jouable. Et même si un mode solo arrivera prochainement, en l’état actuel, le « how to play » survole les possibilités. J’aurais d’ailleurs pu préciser que le jeu est entièrement en anglais, et donc difficile d’accès pour les joueurs anglophobes.

      Il est temps d’arrêter de croire que, parce qu’un jeu est indépendant, il a le droit d’être daté graphiquement et d’avoir des animations ridicules (ce qui nuit d’ailleurs à l’immersion). Il y a de nombreux jeux, faits avec moins de moyens, qui sont de meilleure qualité graphique. Je me doute évidemment que ce ne sera pas le Crysis 4, et ce n’est pas absolument pas ce que je lui demande. Mais un niveau correct est appréciable, pour ne pas casser l’immersion à cause d’une animation qui se déclenche à 2 mètres de l’endroit prévu.

      Quant au système de combat brouillon, tu t’égares. Je ne comprends pas pourquoi tu me parles d’armes surpuissantes. Ça ne veut pas dire cela brouillon. Cela veut dire que le système est mal fait, et que 70 % des coups ne touchent pas au but. Et ce, pas au nom du réalisme, mais parce que les animations sont encore une fois étrangement faites. On a réellement l’impression que l’on va toucher l’ennemi, qui est à 30 cm de nous. Le lock aide bien sûr, mais il change parfois d’un coup sur un allié qui passe à côté. C’est très perturbant. D’ailleurs, pourquoi pouvoir locker les alliés ? Preuve en est que le système est bien brouillon.

      J’ai l’impression que tu penses que le test est bâclé parce que tu n’es pas de mon avis. Tu as tout à fait le droit. Je t’invite même à créer ton propre test sur le site si tu souhaites vraiment défendre le jeu. Pour moi le jeu est correct et ne changera certainement pas l’histoire du jeu vidéo, même si j’ai pris du plaisir en y jouant.

  2. test decevant! je me suis inscris juste pour donner cet avis!

    1. Friday the 13th The Game : Trop proche des films ?

    NON et RE-NON! c’est pas pour les gamins! c’est un jeu fait par des fans pour des fans, enfin fan c’est beaucoup dire, les films sont quand meme merdique! mais c’est culte et ils ont respecté les films dans leur jeu!

    2. Friday the 13th The Game est déséquilibré

    NON et RE-NON! (aller! et RE RE NON)!!!! c’est pas le facteur du coin qui te pourchasse! c’est Jason bordel!!! et pour ma part je survie 1 partie sur 2 ou 3, c’est pas non plus impossible!
    et si vous regardiez l’avis general, c’est parfait comme ça! un jeu comme Day by Daylight est devenu trop facile et est délaissé par la communauté….

    3. … différentes apparences de Freddy ont été intégrées dans le….

    ??? Freddy Krugger?????? je ne penses pas qu’il fasse parti de ce jeu! du moins pas pour le moment…

    enfin, ma déception vis à vis de ce test mis à part, ce jeu est genial, pas techniquement ni graphiquement, c’est sûr, mais il respecte (et c’est suffisamment rare pour etre souligné) l’essence des films d’origine et c’est tout ce qu’on lui demande!

    je conseil ce jeu à tous et en priorité aux plus de 40 ans qui ont grandi avec Jason, Freddy, Leatherface, etc….

    • @xNomak– Bonjour à toi, et merci de d’être inscrit, même si on aurait préféré que ce soit pour dans de meilleures conditions.
      Honnêtement, je ne comprends pas vraiment que tu sois déçu car nous semblons partager le même avis, ou presque. A savoir que l’ambiance et le respect des films sont très soignés. Je ne doute pas non plus qu’il ne soit impossible de survivre (c’est d’ailleurs ce que j’ai écris). Il n’empêche qu’un moniteur sur huit qui survive, c’est peu. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un jeu, et quand la frustration est plus forte que le plaisir, c’est (pour moi) un point faible.

      En revanche, je dois bien avouer que je me suis trompé en mentionnant « Freddy » au lieu de « Jason ». C’est effectivement une grosse erreur que je ne me pardonne pas. Je ne comprends d’ailleurs pas comment j’ai pu me tromper… Je te remercie d’avoir relevé et j’ai modifié 🙂

Laisser une réponse