Full Metal Furies

Full Metal Furies

PC Xbox One

Full Metal Furies, le nouveau jeu Cellar Door Games (Rogue Legacy)

Cela fait longtemps que l’on n’avait pas revu les développeurs de Cellar Door Games. Pour rappel, leur dernier titre date de 2013. Il s’agit de Rogue Legacy, qui leur a permis d’être reconnus dans le milieu. Il s’agissait d’un rogue-like où lorsque le personnage du joueur mourrait, son descendant gagnait des traits héréditaires. Après quatre ans d’absence, le studio revient avec Full Metal Furies, qui a l’air aussi barré.

Ce prochain titre ne sera certes pas un rogue-like, mais on reste tout de même proche. Il s’agira en effet d’un beat’ em all/jeu de rôle. Sous cette vaste appellation, on peut d’or et déjà le rapprocher de Castle Crashers par exemple. Ces derniers partagent d’ailleurs le meilleur humour décalé, comme en atteste le trailer ci-dessus. D’ailleurs, les seules lignes de scénario que l’on nous donne est « empêcher une guerre avant qu’elle n’éclate », vaste programme ! Concernant le jeu en lui-même, il pourra se parcourir jusqu’à quatre joueurs et proposera différents personnages aux capacités spéciales. On retrouvera évidemment du butin et un arbre de compétences pour personnaliser à fond son personnage. La coopération sera intéressante puisque seuls certains personnages peuvent tuer certains personnages. Si vous jouez tout seul, rassurez-vous, vous pourrez switcher de classe rapidement. Cela donne presque un petit côté Ikagura, surtout lorsque l’on voit la pluie de bullets qui peut tomber. D’autant que niveau pièges, cela à l’air d’être pas mal, avec des explosions, des plates-formes temporaires ou encore des routes se construisant sur le chemin du joueur. Côté durée de vie, les développeurs annoncent entre 15 et 20 h, ce qui est clairement dans la norme.

Si vous êtes intéressé par le jeu, sachez qu’il sortira en 2017, sur Xbox One et PC. Il sera d’ailleurs disponible en Xbox Play Anywhere, pour les possesseurs de Windows 10. En revanche, pas de sortie prévue sur PlayStation 4. Peut-être plus tard, croisons les doigts.

"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

Laisser une réponse