Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 dévoile un trailer bien sympathique

Depuis le début du projet cinématographique Avengers, tout le monde, ou presque, a eu son origin-story. Alors que la saga suivait son cours, un Gardien de la Galaxie avait surgi de nulle part, faisant découvrir au monde ses héros pas banals ! Le film avait été acclamé par le public, mais aussi par la critique. Un deuxième se devait donc de sortir.

Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 prend bien soin de soigner ses entrées. Après un extrait publié lors du récent Superbowl, le film profite de Jimmy Kimmel pour sortir un gros trailer. C’est donc hier soir que la bande-annonce est sortie. Elle reste parfaitement dans le ton du film précédent et présente tous les héros. Passons sur Starlord et Baby Groot, Yondu Udonta et Nébula semblent faire leur entrée dans la bande. Les spectateurs du premier film se rappelleront (peut-être) qu’il s’agissait de méchants ou au moins d’obstacles aux Gardiens. On est donc curieux de voir ce retournement, même si l’on craint un scénario un peu niais pour Nébula. Mais ce trailer est surtout l’occasion de retrouver un Kurt Russell qui possède une nouvelle aussi bonne que déroutante pour Starlord. On vous laisse découvrir cela, mais ça sent l’anguille sous roche.

Ce rassemblement de personnages fait fortement pensé aux Avengers, à tel point qu’on retrouve une scène de dos-à-dos, comme dans le premier film sur l’équipe d’Iron Man. A défaut qu’il s’agit ici d’antihéros, parfois un peu idiots. En tout cas, il ne faudra pas attendre très longtemps pour savoir s’il s’agit d’une suite fainéante comme l’était Avengers 2, ou si le film continue sur une bonne lancée. En effet, Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 sortira le 26 avril prochain. On a donc encore deux mois pour se préparer avant l’arrivée des nombreux goodies et jouets qui vont envahir nos supermarchés préférés.

« Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière. »
August Strindberg

Laisser une réponse