TEST – Gravel : De l’arcade, du fun et rien d’autre

Acheter le jeu

Le studio italien Milestone ne chôme pas ces dernières semaines puisque après avoir sorti en ce début d’année Monster Energy Supercross, un jeu de motocross, le studio vient tout juste de commercialiser un nouveau jeu que l’on va s’intéresser pour ce test. Gravel, un jeu de course arcade disponible sur consoles et PC.

gravel-testArcade assumé

 

GravelCes dernières années, le studio s’est essentiellement concentré sur des jeux de moto avec plus au moins de réussite et quand on a apprit le développement de Gravel, un jeu purement arcade, on l’attendait avec une certaine impatience. Pourquoi ? Car tout simplement les jeux de course arcade se font rare ces temps-ci comparés aux simulations qui ont le vent en poupe (Forza Motorsport, Gran Turismo Sport ou encore Project Cars 2).

Gravel est un jeu arcade un point c’est tout. La prise en main est instinctive, pas besoin de passer des heures pour prendre en main les différents bolides qui nous sont offerts. Il suffit juste d’utiliser trois voire quatre boutons sur la manette : le joystick pour guider le véhicule, L2 (sur PS4) pour freiner, R2 pour avancer, ou encore Rond pour utiliser le frein à main. Rien de bien compliqué en somme, le jeu se veut accessible et surtout fun. Le fun prime avant tout dans ce Gravel, et ça fait du bien. Toutefois, les mordus de simulation peuvent ajuster quelques paramètres dans les menus : enlever les aides notamment ou faire en sorte que les dégâts du véhicule soit prisent en compte et non esthétiques, mais gardons à l’esprit que l’arcade prime avant-tout.

Comme son nom l’indique, le jeu offre essentiellement des tracés off-roads avec de la boue, du sable, de l’herbe, et un peu d’asphalte. Gravel a le mérite de nous proposer divers environnements variés avec des circuits se déroulant dans le sable à côté de la mer, ou encore dans la boue, et même sur la neige. Tout un voyage voyez-vous. Des environnements pour certains réussis et qui s’inspirent un peu de ce que fait Forza Horizon. Mais ce n’est en aucun cas un mal, bien au contraire.

Et qui dit gameplay arcade et tracés off-roads, dit conduite différente de ce que l’on nous offre dans un GT ou Forza Motorsport, par exemple. Dans Gravel, les drifts et les glissades sont légions et permettent aussi de gagner des points. Des points qui serviront par la suite à débloquer de nouveaux véhicules, de nouveaux circuits aussi, en passant des niveaux. Si le jeu ne s’embête pas vraiment avec la physique, il faudra tout de même se montrer très pointilleux à certains endroits notamment dans des virages un peu trop serrés ou encore à l’approche d’une zone plus étroite avec des obstacles de part et d’autres du tracé. Surtout que l’Intelligence Artificielle n’en démord pas une seule seconde et s’avère agressive et bien nerveuse, que ce soit en mode « moyen » et même en « facile ». Gare à vous de bien gérer votre véhicule, car les secondes sont précieuses dans le jeu et il n’est pas rare d’arriver premier de la course avec à peine quelques centièmes de secondes d’avance sur les autres. Les tracés disponibles étant parfois plus ouverts, ils proposent aussi par endroit des déviations qui permettront ainsi de gratter 1 à 2 secondes sur vos adversaires. L’IA n’étant pas d’humeur à vous laisser tranquille, il faudra aussi jouer des coudes par moment. Une difficulté bien visible qui donne un peu de piment et de challenge.

Gravel Master Race

 

GravelCôté contenu, il y a de quoi faire pendant plusieurs heures. Le jeu proposant une très bonne replay-value avec des dizaines de véhicules de grandes marques disponibles tels que Mini, Volkswagen, Chevrolet, Porshe, Ford ou encore Toyota. Au total, Gravel c’est une cinquantaine de bolides à conduire et à débloquer, une quinzaine d’environnements avec au total (au bas mot) au moins une cinquantaine de tracés différents nous emmenant en Alaska, en Namibie, dans les Alpes, ou encore à Los Angeles, en Floride, et même à Lohèac en Bretagne. Bref, si vous êtes fan du genre, vous devriez en avoir pour votre argent.

En ce qui concernant maintenant les différents modes de jeu, Gravel en offre cinq : Course Libre, Contre-La-Montre, Multijoueur (des modes classiques), un mode Défis qui se renouvelle régulièrement et le mode principal dans lequel on passe les trois-quarts du temps : Off-Road Masters.

Ce dernier, c’est un peu le mode Carrière classique des jeux du genre : il propose différentes compétitions dans différents modes, séparées par des Boss. Ce mode Off-Road Masters se montre comme étant un « show à l’américaine », sorte de mini télé-réalité avec un commentateur, vite énervant soit-dit en passant. L’idée de cette mise en scène est louable, mais malheureusement pas assez exploitée pour nous mettre véritablement dans l’ambiance. Sinon à part ça, on enchaîne les courses, on gagne des étoiles (180 au total à débloquer) qui permettent de débloquer de nouvelles courses, de nouveaux bolides et entre deux, on doit battre un champion (il y en a 5, chacun dans une catégorie différente) présenté au préalable par une petite vidéo d’introduction. La progression est classique, mais efficace.

Si les traditionnelles courses où il faut espérer arriver premier sont bien présentes, d’autres types sont aussi disponibles : les courses à élimination où toutes les 20/30 secondes, le dernier est éliminer, les courses contre-la-montre, les courses par tours ou encore les courses smash-up. S’il y a bien un type de course qui ne nous passionne pas, ce sont les smash-up qui contredisent finalement un peu l’esprit du jeu, à savoir des courses avec des tracés ouverts. Là, dans ce mode-ci, le jeu nous oblige à passer à travers un panneau qui s’affiche en vert quelques secondes à peine avant de le toucher. Les autres panneaux sont en rouge et si vous passez dessus, le jeu vous ralentira. Du coup, difficile d’accélérer puisque le jeu vous contraint de freiner tout le temps afin d’éviter les panneaux rouges. Surtout qu’en plus de cela, certains panneaux sont mal disposés sur le tracé (juste après un virage dangereux, ou juste après une bosse). C’est malheureusement le seul gros défaut ce Off-Road Masters qui s’avère finalement simple, mais diablement efficace.

Le mode Multijoueur, quant à lui, gâche un peu la partie. Beaucoup trop simpliste dans son matchmaking, il ne propose que d’accéder à un salon, ou d’en créer un et inviter ses amis. Il n’y a pas grand monde qui se bouscule et des problèmes de réseau surviennent régulièrement. Et pour y accéder, il faudra se montrer patient. Les chargements sont un peu longuets.

Une technique pas toujours au point

 

GravelTerminons ce test par la partie technique de ce Gravel. Si le jeu tourne sous l’Unreal Engine 4, on a connu des jeux qui exploitaient bien mieux le moteur d’Epic Games. Ici, la modélisation des véhicules se contente du minimum, les tracés parfois offrent de jolis effets de lumière, mais parfois aussi nous laissent un peu un arrière goût amer. Si certains environnements sont réussis, d’autres le sont un peu moins et laissent aussi l’impression d’un travail inachevé. Graphiquement, Gravel nous offre le minimum, tout comme techniquement d’ailleurs. Du popping, des chutes de framerate, ou encore des minis freezes par moment, et le tout bloqué à 30 FPS, même sur PS4 Pro. Dommage. Étant donné qu’il s’agit-là du premier jeu de course de Milestone à tourner sous l’UE4, on espère que pour le prochain, les développeurs sauront mieux le gérer. Enfin, on peut aussi pester sur une BO peu variée.

Conclusion

Efficace, simple, ce Gravel s’avère être une belle surprise. Purement arcade, le jeu de Milestone se veut accessible et fun, accompagné d’une IA tout de même coriace. Si le jeu présente une palette d’environnements et de tracés différents, il se contente malheureusement du minimum côté graphismes. Dans tous les cas, il y a une bonne base pour plancher maintenant sur un Gravel 2 plus audacieux et plus ambitieux. On y croit en tout cas.

Jeu envoyé par l'éditeur et testé sur PS4 Pro

Points positifs

  • Un bon jeu de course arcade
  • Efficace et fun
  • Des environnements variés
  • Contenu (circuits, véhicules) très correct

Points négatifs

  • Techniquement pas au point
  • Quelques modes (multi, smash-up) qui déçoivent
  • L’UE4 peut mieux faire
6

Acceptable