impact winter

Impact Winter

PC PS4 Xbox One

Impact Winter annonce sa date de sortie

Ces derniers mois, Bandai Namco semble avoir opéré un virage tactique. On connaissait le studio pour la série des Tekken, ainsi que d’autres licences à base arcade mais c’est un peu près tout. Pourtant, le studio consolide une base nouvelle. Il est en effet devenu l’éditeur de Little Nightmares, mais aussi celui d’Impact Winter. Deux jeux indé qui ne le sont plus, du coup, grâce à l’intervention de Bandai Namco. Qu’on se le dise, Bandai Namco n’est pas le seul éditeur à s’intéresser aux « petits jeux ». Electronic Arts ou Ubisoft ont déjà sauté sur ce marché depuis plusieurs années. Pour Bandai Namco, c’est tout nouveau, et ça commencera avec Impact Winter.

Le studio propose déjà en effet la date de sortie, qui est le 12 avril prochain. Attention cependant, cette date ne concerne que la sortie PC. Pour avoir le jeu sur console (PS4 et Xbox One), il faudra attendre un peu, car rien n’est annoncé. On sait tout de même que le jeu arrivera sur ces deux supports en version dématérialisée, et sans doute en 2017. Par ailleurs, pour ceux qui seraient très intéressés par le jeu, sachez que le bonus de précommande est la BO du jeu, signée Mitch Murder.

Concernant le pitch d’Impact Winter, il s’agit d’un jeu de survie, un genre de plus en plus répandu. Mais la création de Mojo Bones a tout de même un atout : son ambiance. Après qu’un astéroïde se soit écrasé sur la Terre, celle-ci a atteint son ère glacière. L’ambiance du jeu est donc très blanche, très virginale. Le joueur incarne un personnage au nom très biblique : Jacob Solomon. Quatre autres personnages sont également disponibles, disposant tous de facultés différentes. Le but étant de survivre 30 jours. À la fin de cette période, les secours sont censés arriver. Spoiler : le jeu a l’air d’une tristesse absolue.

"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

Laisser une réponse