kerbal space program

Kerbal Space Program

PC PS4 Wii U Xbox One

Kerbal Space Program est racheté par Take Two

kerbal space program
Kerbal Space Program a beau s’être lancé en 2013, il est toujours l’un des plus gros cartons de Steam. Rien qu’aujourd’hui, on compte près de 4 802 joueurs actifs sur le jeu. Ce dernier se place aisément dans le top 100 des jeux les plus fréquentés sur Steam. De très bonnes statistiques qui provoquent le rachat du jeu par Take Two.

Si le jeu est encore très joué en ce moment, on se demande pourtant pourquoi Take Two rachète la licence. Cette affaire rappelle un peu Microsoft qui avait racheté Minecraft après que (l’immense) hype avait frappé. Quelles sont donc les raisons de rachat ? Pour Take Two, c’est tout simple, l’éditeur veut diversifier son catalogue :

L’achat de Kerbal Space Program diversifie encore plus les licences de Take Two. L’équipe actuelle de Squareva continuer à soutenir le jeu à développer des extensions et mises à jour.

Ce que Take Two ne dit qu’à demi-mot, c’est que cette offre permet également à l’éditeur de se faire une place dans le monde l’indépendant. En effet, la plupart des gros éditeurs l’ont compris, le soutien aux petits jeux est bien vu. Et quand le jeu est aussi joué et aussi bien critiqué, cela est encore mieux. Il ne faut pas cracher dans la soupe, c’est tout de même une bonne chose, et cela pourrait aider les développeurs à sortir gratuitement les extensions du jeu pour tous ceux qui ont acheté le jeu avant 2013. Quant au portage PlayStation 4 et Xbox One, il continue également d’être mis à jour grâce au studio Blitwork. Les choses devraient donc continuer leur cours pour les développeurs. Un peu comme Minecraft après le rachat de Microsoft en somme. À vrai dire, on ne peut pas trop ce que pourrait faire de plus Take Two. Même un portage sur smartphone parait compliqué, en raison de l’ergonomie.

"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

Laisser une réponse