L’ancien producteur de GTA monte plusieurs studios

L’ancien producteur de GTA monte plusieurs studios

Le monde du jeu vidéo est constitué de plusieurs grosses têtes. Dans les deux sens du terme. Tout d’abord parce qu’ils sont sus apporter leur touche au monde du jeu vidéo, et ainsi le faire évoluer. Mais aussi parce que leurs prises de position sont souvent vues comme égocentriques (à juste titre ou nom). Leslie Benzies fait clairement partie de ces grosses têtes. D’abord parce qu’il a produit tous les GTA depuis le trois, mais également parce que son départ de Rockstar Games ne s’est pas fait sans bruit. Pourtant, il semblerait que Leslie Benzies aurait été poussé peu à peu à la porte par ses propres collègues de toujours, le poussant à prendre des congés un peu trop longs. S’en suivit une demande de 150 millions de dollars de dommages et intérêt à Rockstar.

Quoi qu’il en soit, Leslie Benzies ne se laisse pas aller et remonte la pente. Un an après ce contentieux, l’ancien producteur de GTA monte ses propres studios. D’après le site The Scotsman, l’intéressé aurait créé cinq différentes sociétés, dont trois serait nommées : Royal Circus Games Limited, Starship Group et Everywhere Game Limited. S’il est encore trop tôt pour voir le dessein de Benzies, on sait déjà quelques fonctions de ses sociétés. Ainsi, certains studios seraient voués au développement de jeux, tandis que d’autres seraient tournés vers les casques de réalité virtuelle. Un marché qui semble tout à fait florissant, quand on voit que tout le monde s’y met. Leslie Benzies a même déposé une marque assez ambitieuse puisque celle-ci s’appelle « Time for a New World ».

Tout ceci est donc très intéressant et à suivre, car encore très mystérieux. La plus logique des explications serait que Leslie Benzies chercherait à développer la technologie des futurs jeux, notamment à travers la réalité virtuelle. Fait intéressant : The Scotsman souligne l’importance des activités de Benzies qui pourraient « booster » l’économie écossaise.

"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

Laisser une réponse