last day of june

Last Day of June

PC PS4

Last Day of June s’annonce avec un très beau trailer

Il y a deux sortes de trailer. Ceux en CGI laissant surtout place à l’action, et les autres, beaucoup plus contemplatif. Last Day of June fait partie d’une autre catégorie. C’est avant tout la musique qui baigne les images. Le tout nouveau jeu d’Ovosonico vient de se dévoiler à travers un trailer bien indé.

Vous ne connaissez sans doute pas le studio Ovosonico, car celui-ci n’a techniquement fait qu’un jeu. Pourtant, Murasaki Baby (le premier jeu des développeurs donc) a séduit plus d’un joueur. D’autant plus que le réalisateur derrière le jeu (Massimo Guarini) est également celui de Shadows of the Damned. Un autre jeu qui a séduit un certain public, malgré certains défauts. Last Day of June saura sans doute également trouver son public, malgré une direction artistique très différente. Il s’agit d’un jeu d’aventure narratif (ou plutôt d’un conte narratif) sur la perte de l’être aimé. L’histoire est celle de Carl et Jung un couple parfait, qui finit séparé à cause d’un accident de voiture. Carl se souvient alors de feu June et tentera de changer le passé. Au niveau du gameplay, cela se traduira par des cinématiques déclenchées par des tableaux. Ces derniers demandent de créer la bonne combinaison d’actions afin de modifier l’histoire, et donc de sauver June. Le jeu se veut très tourné vers les émotions et traduit son concept par la tagline : « jusqu’où irez-vous pour sauver la personne que vous aimez ? »

Pour présenter le jeu, les développeurs ont les gros moyens pour le trailer. Pour la musique, ils ont fait appel à Steven Wilson. Quant aux images, c’est Jessica Cope qui réalise le trailer. Pour l’anecdote, celle-ci a réalisé Drive Home qui a justement beaucoup inspiré le travail d’Ovosonico, notamment le personnage de Carl. La boucle est bouclée. Quant à la sortie de Last days of June, elle se fera sur PC et PlayStation 4, pour 2017.

« Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière. »
August Strindberg

Laisser une réponse