TEST – LawBreakers : Quand le skill défit la gravité

Acheter sur PC

Première production du studio Boss Key Productions fondé par Cliff Bleszinski (le papa de Gears of War et Unreal), et édité par Nexon, Lawbreakers est un « hero shooter » comme un certain Overwatch disponible depuis août 2017 sur PlayStation 4 et PC pour un peu moins de 30€.

Lawbreakers

GRAVITY

LawbreakersLawbreakers ne fait pas de chichi dès le premier lancement du jeu : un simple menu avec quelques onglets et c’est à peu près tout. Un tutoriel ? Que nenni. Et c’est ce qui pourrait déstabiliser les petits nouveaux du genre. Car autant un Call of Duty se prend rapidement et facilement en main, autant pour Lawbreakers c’est tout le contraire. Le jeu multijoueur de Cliffy demande une certaine dextérité et des compétences pour manier à bien les neuf classes de personnages disponibles dans le titre. Rentrer dans une partie sans connaître et sans être familiarisé avec les personnages déroutent, surtout lorsqu’on fait face à d’autres joueurs qui ont déjà plusieurs heures de jeu à leur actif. Il faudra donc un peu de temps et de patience pour tester les différentes classes proposées, et s’habituer au gameplay de Lawbreakers.

Un gameplay qui, par ailleurs, s’avère addictif et jouissif dès lors que l’on apprend à contrôler les personnages. Chaque personnage dispose de son propre gameplay, de ses propres compétences et armes différentes. On retrouve ainsi un perso qui tient entre ses mains un gros bazooka, un autre un fusil-laser, tandis qu’un autre personnage dispose d’épées, ou encore d’un fusil à pompe. Bref, vous l’aurez compris, vous trouverez bien votre bonheur parmi toutes les classes présentes. De même pour les compétences qui sont permanentes (mais qui se rechargent en 3/5 secondes), et une autre qui s’active au bout de plusieurs dizaines de secondes. Cette dernière permet notamment de faire un gros carnage lorsqu’on l’active. Autre élément intéressant du jeu et des personnages, il s’agit des déplacements de ces derniers. De base, chaque personnage marche rapidement. Mais chacun dispose aussi de compétences spéciales pour avancer plus rapidement en appuyant sur R1 : certains peuvent courir, d’autres peuvent voler, ou un autre qui peut se téléporter, entre autres. En somme, le gameplay de Lawbreakers est une belle réussite, malgré le fait qu’il faut un peu de temps avant de se familiariser avec celui-ci.

DEFYING

LawbreakersComme nous l’avons évoqué plus haut dans le test, le FPS de Cliffy fait dans la simplicité dans son menu. Ça fonctionne plus ou moins bien. Quelques onglets présents comme le principal à savoir « jouer », ou encore un permettant la personnalisation de ses perso. Une personnalisation peu poussée et peu intéressante puisqu’elle se concentre uniquement sur les cosmétiques. Des cosmétiques qui se débloquent en ouvrant des caisses de ravitaillement dans l’onglet « réserve ». Des caisses que l’on obtient en jouant, ou alors en dépensant son argent via les micro-transactions. Mais que l’on se dise, il vaut mieux garder son argent, car la personnalisation est largement dispensable dans le jeu. En ce qui concerne les statistiques, le jeu nous propose quelque chose de très complet permettant de savoir ce que l’on a fait durant les dernières parties, nos nombres de morts, de tué, et plus encore. Ce qui est intéressant pour tous les fans de chiffres en tout genre.

Graphiquement, Lawbreakers impose son style de techno-futuriste réussi malgré une direction artistique (trop) classique. Le jeu est tout de même beau à regarder ainsi que ses personnages. En effet, le character-design de ces derniers est appréciable, notamment certains qui sont particulièrement réussis ainsi que leur animation. Côté technique, malgré quelques accrocs dans le menu d’avant partie où l’on choisit sa classe, le titre du père de Gears of War est costaud : pas de grosses chutes d’image à noter, mais essentiellement des problèmes de réseau par moment.

COMBAT

LawbreakersCôté contenu, Lawbreakers se contente du minimum. Pas de parties classées (pour le moment), l’absence de plusieurs playlists est une déception. En effet, le jeu ne nous propose que deux « onglets » pour accéder aux parties : l’onglet partie personnalisée que l’on utilise que très rarement, et l’onglet « partie rapide ». Il aurait été judicieux de composer une playslist où l’on peut choisir son mode de jeu comme ce que font tous les autres FPS de ces dernières années.

En ce qui concerne les modes de jeu, rien d’orignal à se mettre sous la dent avec des modes déjà vus dans d’autres jeux du genre, mais qui fonctionnent plutôt bien avec le gameplay vertical du jeu. En effet, la particularité de Lawbreakers réside dans les zones de gravité dans les maps, essentiellement au milieu de ces dernières. Ce qui donne par moment des actions frénétiques, avec un gameplay très vertical. Ça surprend au début, mais ça marche très bien, même si on aurait voulu que cette gravité soit un peu plus exploitée sur plusieurs zones des maps. D’ailleurs, les maps sont dotées d’un level-design qui correspond bien avec le gameplay du jeu. Des maps ni trop grandes, ni trop petites et agréables à parcourir.

Conclusion

Lawbreakers s’avère finalement être une bonne pioche et une bonne surprise après plusieurs parties d’effectuées, malgré son manque d’originalité. Ce énième « hero shooter » surprend par son gameplay demandant du skill, mais aussi ultra addictif et jouissif permettant par moment de faire quelques actions sympathiques quand on a bien pris en main les différentes classes du jeu. Le titre de Cliffy affiche ainsi un très bon rapport qualité/prix surtout que les futurs DLC seront proposés gratuitement.

 

Points positifs

  • Gameplay addictif, dynamique, et bien nerveux
  • Joli graphiquement…
  • Un chara-design travaillé
  • Le skill est rien d’autre
  • Costaud techniquement
  • Modes de jeu classiques mais qui fonctionnent bien

Points négatifs

  • Absence de parties classées et de tutoriel
  • … mais une direction artistique assez pauvre et peu inspirée
  • La personnalisation dispensable
  • Quelques couacs côté réseau
  • La gravité sous-exploitée
7

Bon