Mantis Burn Racing et Lovers in a Dangerous Space Time arrivent sur Switch

Le débarquement des jeux Switch continue. Décidément, la console se charge en nouveaux jeux et surtout portages pour les prochains mois à venir. Le catalogue grossit ainsi à vue d’œil, ce qui pourrait bien faire venir des acheteurs encore réticents. Cette fois-ci, c’est Mantis Burn Racing et Lovers in a Dangerous Space Time qui arrivent sur la console.

Le premier jeu, comme son nom l’indique, est un jeu de course. Cependant, on est plutôt du côté de Micro Machines que de la simulation. C’est donc un jeu en vue de dessus, où l’on glisse beaucoup, et où tous les coups bas sont permis. Si Mantis Burn Racing est déjà disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC, le jeu reviendra sur Switch avec le contenu de base et les DLC. Ainsi, on peut compter sur 5 classes de véhicules que l’on peut modifier, 12 circuits réversibles et 8 modes de jeu. Il sera évidemment jouable à quatre en local et huit en online. Assurément, cela fait bien plus que le contenu du très décevant Micro Machines World Series. Il faudra attendre un peu pour avoir une date concrète, mais Mantis Burn Racing est tout de même attendu pour cette année.

Lovers in an Dangerous Space Time est également sorti sur Xbox One, PC et PlayStation  4. D’ailleurs, les joueurs PS Plus ont pu y ajouter gratuitement pendant un temps. Cette version n’aura pas de DLC en plus puisqu’il n’y en a pas. Cependant, le jeu de base vaut déjà clairement le coup. Il s’agit d’un shoot’em up coopératif où chaque joueur peut prendre les commandes de tourelles, boucliers, moteur, etc. La coordination est de mise pour ne pas être une cible facile dans l’espace. La version Switch sortira le 3 octobre prochain.

"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

Laisser une réponse