Microsoft est en forme

Xbox One
Ces derniers jours, les businessmen étaient sur le qui-vive. En effet, l’heure était au bilan financier pour les grosses corporations. Comme Nintendo et Sony, Microsoft a également déclaré ses revenus du dernier trimestre. Des chiffres surtout destinés aux actionnaires, mais qui peuvent aider à comprendre les tactiques des entreprises.

Microsoft est au vert, enfin plus ou moins. Au niveau du jeu vidéo, c’est un fait, la compagnie a fait de larges progrès. On note une augmentation de 4 % par rapport à l’année 2016. Ainsi, les ventes sur le Xbox Live ont fait une remontée de 11 %. Un bon chiffre qui confirme toujours le succès du dématérialisé. On avait peur qu’au contraire Microsoft plonge lentement dans les abîmes, faute de (gros) jeux à vendre. Enfin, il faut tout de même relativiser puisqu’il y a tout de même une légère diminution de ce chiffre sur les neuf derniers mois. Il faut dire que la Xbox One connait une baisse de revenus de 20 %, ce qui est assez énorme. Un chiffre qui s’explique par la baisse du prix de la console (ce qui baisse évidemment les revenus). Microsoft joue donc sur la longueur avec sa console. De plus, l’arrivée de la Xbox One S n’a pas vraiment fait des étincelles.

Quant aux abonnés au Xbox Live, ils sont également en hausse par rapport à l’année dernière. On passe de 49 à 52 millions de joueurs inscrits, avec un pic en décembre de 55 millions de joueurs. Un chiffre que l’on doit sans doute aux nombreuses offres de Noël pour les abonnés Gold. Microsoft reste donc dans le vert, même si on a toujours aussi peur que les chiffres de ventes de jeux chutent. Concernant Microsoft en lui même, la corporation note un bénéfice net de 4, 80 milliards. On est loin des 102 milliards de bénéfice net de Nintendo. Cependant, ce dernier a sorti une nouvelle console ce qui boost évidemment son bénéfice.

« Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière. »
August Strindberg

Laisser une réponse