Microsoft veut être le Netflix du jeu vidéo

Xbox One
En quelques mois seulement, Netflix s’est imposé dans notre quotidien, mais aussi dans notre paysage culturel. La plate-forme de streaming n’est plus seulement cela, elle produit également ses propres séries. Quand on s’impose aussi facilement que cela et que l’on devient aussi puissant que cela, ça fait forcément quelques envieux.

Certaines autres corporations aimeraient donc manger une part du gâteau. Parmi ces derniers, on retrouve même des acteurs du jeu vidéo. Ainsi, Microsoft aimerait bien s’inspirer de la formule de Netflix. C’est à dire ? Microsoft proposerait un forfait similaire à Netflix, d’une dizaine d’euros donc, permettant à l’utilisateur de jouer à une centaine de titres sur Xbox One. Phil Spencer met en avant la capacité du Cloud de Microsoft, qui pourrait gérer le multijoueur de tous ces jeux, même pour les petits développeurs. Pour Phil Spencer, cette formule pérenniserait les serveurs et assurerait leur longévité. Ainsi, ce pass servirait surtout à des jeux multijoueurs, même s’il admet que les serveurs sont utiles pour certains jeux solos.

Si l’idée parait intéressante sur le papier, il faut avouer que beaucoup sont passés par là. Débourser une petite somme pour jouer en illimité à un catalogue de jeux, Sony le fait déjà par exemple. Le PlayStation Now permet de jouer à quelque 300 jeux pour environ 16 € (sauf en France…). Microsoft joue la carte du service rendue aux développeurs, mais est-ce suffisant ? D’autant que si l’on suit la comparaison avec Netflix, ce dernier s’est surtout imposé par la richesse de son catalogue. Axer ce Xbox Game Pass sur un énorme catalogue (la totalité des jeux rétrocompatibles par exemple) pourrait sans doute être intéressant. Cependant, il faut rajouter le prix du Xbox Live Gold, qui freine évidemment les joueurs à passer deux fois à la caisse.

"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

2 Commentaires

  1. encore faut il avoir un débit correct …. :/

Laisser une réponse