TEST – Mirage : Arcane Warfare : Aladdin et les 40 kills

C’est seulement le deuxième jeu de Torn Barner. Fondé en 2010, ce studio a toujours été connu pour les joutes médiévales. Leur premier fait d’armes s’appelle Age of Chivalry, un mod pour Half-Life 2. Ce dernier deviendra Chivalry : Medieval Warfare. Avec Mirage : Arcane Warfare n’entend clairement pas changer la donne, et ce, jusqu’au nom même du jeu.

MirageArcaneWarfareChivalry Mirage Arcane Medieval Warfare

Mirage arcane warfareLes deux jeux du studio étant similaires, commençons par la base commune. Mirage est un FPS compétitif. Ici, pas de solo, seulement des joueurs à écraser. Pour cela, rien de plus physique que de bonnes grosses masses d’armes et des épées longues. Cependant, il ne faut pas y aller comme un bourrin, avec un grand cri de guerre. Chaque attaque, feinte ou parade consomme de la stamina. Les joutes les plus longues vous épuiseront vous ou votre adversaire, même si c’est rare. En effet, on comprend très vite le timing de la parade, et de la contre-attaque. Mais votre adversaire le sait également. Dans Chivalry, il fallait alors ruser pour abattre son adversaire. En utilisant les différents coups (Stab, slash ou overhead), en contournant son adversaire. Et c’est là que Mirage change de trajectoire.

Fus Roh Dah

Mirage Arcane WarfareSi Chivalry possédait plusieurs sortes de classes, celles-ci se distinguaient seulement par les armes portées. Dans Mirage, les huit classes proposent différentes armes, mais également différents pouvoirs. Au total, les huit classes possèdent six compétences chacune. Mais seulement trois peuvent être appliqués en match. Ainsi, il faudra faire des choix stratégiques. Faut-il privilégier l’esquive ou la protection ?

Le Taurant porte très bien son nom. Il s’agit du costaud du groupe, portant une grosse arme. Ses pouvoirs sont surtout offensifs. Il peut dégager l’adversaire, l’écraser ou bien faire une attaque de zone. À l’inverse l’Alchemancer est le seul réel spell-caster. Bien qu’il puisse être équipé d’armes à courte portée, il est surtout utilisé pour faire du dégât à distance, sa possible téléportation permet de fuir les combats si besoin.

Au final, chaque personnage propose une bonne panoplie de compétences qu’il faudra bien connaître. Certains personnages peuvent réaliser des combos énormes via leurs compétences. Bien sûr, il faut également connaître son ennemi, afin de se méfier de certaines attaques. La Tinker peut par exemple poser une mine et attirer l’ennemi dedans via une chaîne. La technique du Grapper par excellence. Cependant, chaque personnage est parfaitement équilibré, et il n’y a presque pas de raté. On trouve en effet tous les personnages sur le champ de combat. D’ailleurs, il y a une limite de personnages par équipe. N’espérez pas une équipe full spell-caster. Ces derniers peuvent d’ailleurs être une plaie, mais il est également possible de parer leurs boules de feu.

 

T’entraîner tu dois

Mirage arcane warfareClairement, Mirage Arcane Warfare ne vous fera pas de cadeaux. Ce FPS fait partie de ces jeux où l’on apprend de façon empirique. Comme on l’a dit, il faut apprendre le timing, les mouvements, les compétences et trouver son personnage. À partir de ce ou de ces quelques personnages, il faudra s’améliorer et trouver la bonne technique. Mirage a beau être strict, il est toujours juste. On perd toujours à cause de soi, et non du jeu, à cause de bugs. Enfin… cela dépend de la connexion du joueur ! S’attaquer à des parties ayant plus de 200 ping relève du masochisme. C’est assez logique : plus le ping est grand, plus parader sera difficile !

Malheureusement, Mirage ne dispose que d’un mode Training apprenant les bases. On ne trouve aucun mode entraînement, permettant de bien gérer ses coups à l’abri. Pour s’entraîner, ça se fera en PvP. Cependant, certains modes sont plus accessibles que d’autres.

Calme et chaos

Mirage arcane warfareÀ ce propos, Mirage Arcane Warfare propose évidemment plusieurs modes variés. On note par exemple des matchs à objectifs où il faut protéger ou capturer un artefact. La classique guerre des territoires est présente. Il faudra dans ce match prendre une zone ou deux. Pour les moins stratégiques, il est toujours possible de se lancer dans un team deathmatch. Ces derniers sont rangés en trois catégories différentes.

On trouve tout d’abord le 10 vs 10. Il s’agit d’un véritable enfer. Les boules de feu fusent de toutes parts, les joutes se font à cinq au même endroit. Bien sûr, ce n’est pas toujours comme ça. On peut trouver des combats en un contre un dans les parties les plus calmes de la carte. On recommande ce mode de jeu aux plus compétents. Le 6 vs 6 est déjà bien plus agréable pour commencer. Mais pour s’entraîner, rien ne vaut le 3 vs 3. Dans ce mode, les joueurs sont généralement fair-play, et laisseront les duels se faire. Pas de 3 vs 1 donc. Les ennemis patientent gentiment, en attendant l’issu du duel. C’est très appréciable et cela permet de bien comprendre ses compétences et le fameux timing. Après avoir poutré quelques ennemis dans ce mode, vous pourrez vous mêler à des joutes plus grandes, plus sanglantes et moins sympas.

Mille et un chargements

Mirage Arcane WarfareEn parlant de sang, Torn Banner Studios nous propose encore un jeu bien gore. La moindre attaque réussie fera couler l’hémoglobine. Les meilleurs coups arracheront des membres ou vous feront voltiger sur des mètres. Du côté du design, Mirage prend magnifiquement place au Moyen-Orient. Que ce soit vestimentairement ou au niveau des décors, le jeu nous rappelle très bien les contes arabes. On note d’ailleurs les couleurs très pastel. Le jeu tourne très bien et il n’y a pas besoin d’un PC trop costaud pour le faire fonctionner, c’est très appréciable. En revanche, ce qui l’est moins, ce sont les chargements. Ces derniers se font évidemment sur les chargements de cartes. Mais ils sont terriblement longs. Parfois proches de la minute passée. Une horreur et une hérésie en 2017.

Conclusion

Qu’on se le dise Mirage Arcane Warfare se détache finalement bien de Chivalry. Les pouvoirs des différents personnages sont très bien équilibrés pour créer un jeu très différent. Si Chivalry était technique, Mirage l’est tout autant, mais il gagne en stratégie. Ce FPS ne changera pas la donne, mais les combats sont assez sympathiques pour qu’on éclate encore quelques têtes. D’autant que la courbe d’apprentissage est longue. Dommage que les temps de chargements soient si longs, et que le joueur ne soit pas retenu par un système de level attractif.

Test réalisé sur un Windows 10, Intel Core i5 4200H, GeForce GTX 850M

Points positifs

  • Les personnages équilibrés
  • Les pouvoirs stratégiques
  • L’univers mille et une nuit
  • Une longue courbe de progression
  • Nerveux, mais toujours juste

Points négatifs

  • Chargements beaucoup trop longs
  • Un peu chiche en maps
  • Levelling pas très intéressant
  • Pas de vrai mode training
7

Bon

« Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière. »
August Strindberg

Laisser une réponse