Namco voit son fondateur disparaître

Namco voit son fondateur disparaître

Les fondateurs des studios de jeux vidéo sont forcément des figures. Surtout quand ils font partie des balbutiements de ce média. Il y a quelques années (déjà), le jeu vidéo pleurait son créateur Ralph Baer, puis ce fût au tour de Satoru Iwata, un an plus tard. En ce début d’année 2017, c’est encore un autre pilier de l’univers vidéoludique. Si ce dernier n’est pas forcément très connu, son travail est pourtant des plus importants. Retour sur la vie de Masaya Nakamura, parti à 91 ans, le 22 janvier dernier.

Vous ne connaissez pas son nom, et pourtant, impossible de ne pas avoir joué à un de ses jeux. S’il fonde la compagnie en 1955, elle fabrique à cette époque des manèges pour enfants et autres chevaux à bascule. Ce n’est qu’en 1978 que Namco s’ouvre à l’arcade. Son premier jeu est Bee Gee (entre flipper et casse-brique), mais c’est son second jeu qui va faire beaucoup parler de lui. Impossible d’être passé à côté de Pac-Man, créé en 1980. Le succès de Namco de démord pas, et le studio réalisera Rally-X, Galaxian ou encore Galaga. Ce n’est qu’en 1993 que le monsieur de Namco laisse la place à son vice-président Hide Nakajima. Namco continuera sa bonne route avec autant de gros titres, comme Ridge Racer, Time Crisis, Tekken ou encore Soul Calibur. Namco est un réel partenaire pour les consoles, que ce soit la MegaDrive, ou les machines de Nintendo. Mais c’est avec la PlayStation qu’il connait la véritable gloire. Il est le véritable ambassadeur de la console en créant de véritables vitrines graphiques. Ce n’est qu’en 2005 que Namco s’allie à Bandai pour devenir Namco Bandai (puis Bandai Namco en 2014).

Pour sa grande création qu’est Namco, Masaya Nakamura s’est vu décoré de l’ordre du Soleil Levant, pour le remercier de ses actions, participant à l’essor du Japon. Certes Namco est loin de son âge d’or, mais le petit studio est devenue grand, et s’intéresse également au cinéma et la musique.

Photo du profil de Crocomiles
"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

1 Commentaire

  1. Photo du profil de kefran

    Rip :'(

Laisser une réponse