TEST – Nex Machina : Addictif et très exigeant

Photo du profil de Pierrick Pardonnet
PC PS4

Connu ces dernières années pour ses petits jeux nerveux, dynamiques et frénétiques tels que Resogun, Dead Nation, ou encore Alienation, les petits développeurs finlandais de Housemarque nous offrent pour débuter cet été Nex Machina. Un jeu dans la continuité notamment de Resogun, reprenant le même principe, c’est-à-dire du scoring et rien que ça. Pour autant, ce titre se démarque-t-il vraiment de Resogun sorti il y a 4 ans ?


Resogun 2.0

Nex MachinaL’histoire (si on peut aller « ça » une histoire) de Nex Machina n’est qu’un prétexte pour dégommer les tonnes de machines présentes dans chaque niveau. Grosso-modo, dans le futur, l’humanité est en crise, après avoir été distrait par les machines qui ont surpassé les Hommes petit à petit. Esclaves à une époque, aujourd’hui, elles se révoltent. Vous serez donc amené à éradiquer ces robots le plus rapidement possible… et en faisant un maximum de points.

En effet, Nex Machina reprend les bases de ce que proposait Resogun en 2013 : un shoot’em up, cette fois-ci en 3D Isométrique, très dynamique et très nerveux. Rendant notamment hommage aux jeux d’arcade des débuts du jeu vidéo. Le mode Arcade, par ailleurs, propose de jouer d’une traite au jeu et à le terminer sans sauvegarde. Prévoyez-vous au moins 1h à 3h devant vous, car si vous quittez ce mode-ci (ou si vous avez une coupure d’électricité…), vous devrez reprendre dès le début.

Effectivement, aucune sauvegarde n’est présente à travers les cinq niveaux qui se terminent chacun en 10/15 min en mode Facile, et un peu plus longtemps dans les modes de difficulté plus élevés. Ce qui est un peu dommage par ailleurs. Notamment l’absence de cette fonctionnalité en mode Facile, car autant dans les modes les plus difficiles, cela peut se comprendre. Quoi qu’il en soit, le jeu se termine très rapidement. Même si en difficulté plus élevée, cela demandera plus de temps, car les ennemis sont plus coriaces et en plus grand nombre. Le jeu est très exigeant et vous demandera une concentration extrême, car un simple loupé, et c’est de retour à la case départ.

Lorsque vous choisissez à partir du mode Expérimenté (il y a quatre modes de difficulté), le jeu vous propose une limite de vies. De 99 continus à 5 continus pour le mode le plus difficile réservez aux Maîtres. Les continus regroupent en fait plusieurs vies. Par exemple, au bout de cinq vies ôtées, vous perdez un continu. Autant vous dire qu’en mode Maître, vous devrez vous procurer du café en intra-veineuse, si vous avez le courage en tout cas de lancer ce mode-ci. C’est une bonne excuse pour casser une manette, et mettre vos nerfs à rude épreuve.

Vous incarnez une sorte de soldat qui dispose d’une seule arme unique. Ce qui est peu, car on aurait aimé en avoir un peu plus, même si dans les faits, le jeu dispose dans chaque niveau des super-armes telles qu’un laser, un méga-laser, un lance-roquette, avec la possibilité d’augmenter la cadence de tir, la puissance, ou même encore la distance. Ces petits ajouts effacent on va dire l’absence « d’autres armes » principales.

Comme dit plus haut, Nex Machina reprend le même principe que Resogun. Dans tous les niveaux, vous devrez aussi sauver des humains, les débusquer parfois, car ils sont cachés. Détruire le décor pour accéder à un niveau caché. Cela rajoute un peu plus de piment dans la soupe déjà bien épicée.

Un manque de contenu

Nex MachinaSi vous réussissez déjà à terminer le mode Arcade (en difficulté Vétéran, vous êtes un Dieu), d’autres modes sont disponibles. Un peu moins difficile cette fois-ci. Le mode Arène propose notamment de faire le meilleur score possible et d’atteindre une limite avant la fin du niveau. 5 millions de score par exemple pour obtenir l’or, 2 millions pour l’argent. Soit, vous avez un temps imparti (4 minutes le plus souvent) pour terminer un niveau et avoir au moins dépassé un certain score pour espérer obtenir une médaille. Vous obtiendrez à la fin des récompenses. Des pièces qui pourront être dépensées dans la customisation de votre soldat (changer la couleur du personnage, des balles de l’arme,…), ou encore débloquer d’autres niveaux dans le mode Arène. Malheureusement, ce mode-ci, même si intéressant pour les fans de scoring, déçoit notamment dans l’absence de niveaux inédits. On aurait aimé avoir de nouveaux niveaux, au lieu de ceux déjà présents en Arcade.

Le mode Monde Unique permet de refaire de nouveau les niveaux du mode Arcade. Un mode par franchement nécessaire surtout qu’il n’apporte rien de plus. Enfin, il est aussi possible de jouer à deux en coopération locale. Une fonctionnalité plutôt intéressante, malgré l’absence d’une coop en ligne.

Au tarif proposé (19,99€), le contenu de Nex Machina fait pâle figure. Entre un mode Arcade qui se termine en une après-midi (si tout se passe bien), un mode Arène qui va vous prendre en haleine pendant 1 à 2/3 heures, on fait vite le tour du jeu si on n’est pas fan de scoring. À contrario, celui qui adore ce style en aura pour son argent, et sa patience. Quelques niveaux en plus n’auraient pas été de refus. Housemarque devrait sans doute proposer un à plusieurs DLC comme à l’époque de Resogun.

C’est le 14 juillet

Nex MachinaGraphiquement, Nex Machina est sublime. Dans la même veine que Resogun. Avec des effets pyrotechniques de toute beauté. La direction artistique est très bien travaillée, et propose un feu d’artifice avec des voxels à n’en plus terminer. Alors certes, c’est magnifique, on s’en prend plein les yeux, mais parfois ça manque clairement de lisibilité. Un problème majeur notamment dans les dernières parties des niveaux avec les boss de fin. Déjà que la difficulté est bien corsée, vos nerfs seront vraiment mis à rude épreuve avec ce défaut. Ajouter à cela un jeu solide techniquement, on sent que les développeurs de Housemarque connaissent leur sujet, et la machine. Pas un pet au niveau du framerate, même lors du final du feu d’artifice.

Couplé à cela, une musique tout bonnement un régal pour nos oreilles. Un mélange d’électro et de techno des années 80/90 qui s’accorde avec l’ambiance du jeu et l’hommage de ce dernier aux jeux d’il y a 20 ans. Une bien belle réussite.

Conclusion

Ce twin-stick shooter ultra nerveux, ultra punitif est un régal pour tous les fans de scoring, de difficulté, et de challenge. Le savoir-faire de Housemarque pour ce genre de jeu se fait ressentir. Après un excellent Resogun, les développeurs réitèrent avec Nex Machina. Même si le titre ne propose pas assez de contenu, reste très classique et n’innove pas par rapport au jeu sorti il y a quatre années, on prend du plaisir à terminer les niveaux avec un bon score ou même à terminer le mode Arcade dans une difficulté relevée.

Points positifs

  • Exigeant, et difficile (mais pas autant que Crash Bandicoot, n'abusons pas ...)
  • Un magnifique spectacle pyrotechnique
  • Addictif au possible avec un gameplay simple, mais efficace
  • Une rejouabilité correcte pour tous les fans de scoring
  • Une bande-son qui colle merveilleusement bien au jeu

Points négatifs

  • Un prix un poil élevé
  • Manque de lisibilité par moment
  • Pas bien original et peu de nouveauté
7

Bon