Nintendo Switch – La rédaction de JeuxCapt donne son avis

Nintendo Switch

Ce week-end fut chargé en annonces concernant la Nintendo Switch et ses jeux. La sortie d’une console, c’est toujours un moment important dans la vie d’un constructeur, mais aussi pour les joueurs. Avec cette conférence, et les annonces qui ont suivi, la Nintendo Switch ne fait pas, malheureusement, l’unanimité auprès des gamers, et même au sein de la rédaction de JeuxCapt.

Nous vous proposons de lire l’avis de la plupart des membres de la rédaction de JeuxCapt. On aimerait aussi connaitre le vôtre. N’hésitez surtout pas à le donner dans les commentaires. Sachez enfin que toutes les informations sur la Nintendo Switch sont disponibles à cette adresse. Également, nous avons donné nos impressions sur différents jeux que nous avons pu tester vendredi, trouvables en cliquant ici.

L’avis de Samir El Rhandour « Sams » (rédacteur) :

Il faut bien reconnaître que je suis passé par deux étapes avec la Nintendo Switch. Dans un premier temps, j’étais assez emballé à l’idée de revoir Nintendo jouer un rôle majeur au niveau des consoles de salon puisque la Wii U est un énorme échec commercial. Bref, l’idée d’avoir une console de salon portable est une excellente idée et il ne restait plus qu’à en savoir plus sur les jeux, puisque c’est ce qui a fait défaut à la Wii U, mais également le prix.

Sur le papier, la console a un vrai potentiel, mais les récentes annonces m’ont bien refroidi. Premièrement, le line up de 5 jeux au lancement ne me donne pas du tout envie. Entre un Zelda qui sort également sur Wii U, des jeux déjà disponibles sur les autres supports un 1, 2 Switch qui ne m’attire pas, il n’y a finalement que Bomberman comme véritable intérêt à mon sens. Bien évidemment, il faudra voir sur le long terme, mais pour l’heure, les titres dévoilés me laissent de marbre en dehors de Xenoblade Chronicles 2.

En parallèle, le prix de la console m’a également refroidi. Je m’attendais à devoir payer 299€ au plus cher, mais finalement on va se retrouver à payer 30€ de plus sans jeu. 1, 2 Switch aurait largement pu être vendu en bundle, au lieu de ça, le titre est proposé au prix de 49,99€. Bref, j’attendrai une baisse de prix de la console pour me l’a procurer. Acheter une console Nintendo en day one, j’ai déjà donné avec la Wii U et le résultat final m’a bien déçu, je vais donc patienter et voir si la Switch vaut vraiment le détour.

L’avis de Pierrick Pardonnet « Fear » (rédacteur) :

Je n’ai jamais été un grand fan de Nintendo, de ses consoles et de ses jeux même si quand j’étais gamin je passais des heures sur mes différentes Gameboy (la bonne époque). L’annonce de la Switch, je l’attendais avec une certaine grande impatience. J’avais bien aimé la vidéo de présentation diffusée en octobre dernier. Le concept de cette Switch me plaît énormément : le fait de pouvoir jouer à ses jeux dans son salon, mais aussi en dehors de chez soi. Mais patatras. Douche froide en ce vendredi 13 janvier 2017. À l’heure actuelle, j’adore encore la Swich, son concept, mais c’est un tout qui fait qu’aujourd’hui, à l’heure où j’écris ces quelques lignes, je ne sais pas si je vais annuler ou non ma précommande de la console. Où sont les jeux ? Zelda au lancement, ok, mais sinon ? Attendre Mario pour la fin d’année. Un Pokémon ? Nada. Mais pour ressortir Mario Kart 8, des jeux déjà dispo sur d’autres consoles, il n’y a pas de problème. Ne parlons pas des éditeurs tiers. J’aurais franchement honte à l’heure place. EA et son FIFA, Bethesda fier d’annoncer le portage d’un jeu sorti il y a 6 ans. Ubisoft qui ne prend pas de risque contrairement au lancement de la Wii U avec Zombi U. Ressortir Rayman Legends alors qu’un nouvel épisode aurait été appréciable. Steep pourrait bien fonctionner si les développeurs travaillent assidûment sur les fonctionnalités de la console. Bref, aucune prise de risque pour les éditeurs tiers. Franchement, ça fait peur pour l’avenir. Oui vous allez me dire que ce n’est que le début. Mais pourquoi ne pas rassurer les joueurs en annonçant de nouveaux jeux, de nouvelles IP dès le départ ? Passons. Le prix de la console. 330€ sans jeu. Aucun bundle annoncé. Ça fait un peu cher, surtout que la technologie embarquée est en déçà d’une PS4/One. Un disque dur interne de faible capacité, l’absence de port éthernet, l’autonomie presque ridicule en mode portable, deux USB en 2.0 (sérieusement, en 2017 ?). Le multijoueur qui devient payant. Bof. Finalement on paie surtout pour le concept hybride et ses Joy-Con. Et surtout cette envie de Nintendo de devenir « l’Apple du jeu vidéo ». Mais ce n’était sans compter tous les « à-côté » et ses prix exorbitants. Parce que pour jouer aisément à la Switch, il faudra rajouter sans aucun souci au moins 200€ en plus à l’achat de la console : manette, jeu(x), carte microSD, pochette de transport, etc, etc. La facture risque d’être salée. Bref, je pourrais encore écrire des dizaines de lignes sur ce qui (ne) va (pas) avec cette console d’un point de vu personnel. Je terminerais tout simplement par dire que je ne sais pas quoi faire avec ma précommande à l’heure actuelle. J’ai tellement envie de l’avoir. De tester Zelda, cette console hybride, ces fameux Joy-Con. Mais le principal problème pour moi dans cette affaire, c’est le prix de tout. Bien trop élevé.

L’avis de Damien Carle « Crocomiles » (rédacteur) :

Déçu. Soyons francs tout de suite : je ne suis pas fan de Nintendo. La plus récente console que je possède du constructeur est la Nintendo DS Lite ! J’ai joué une fois à la Wii, et aucunement à la Wii U. Cependant, j’aime Nintendo pour son côté hors de la course. Le constructeur ne s’occupe pas de la puissance ou de se tirer la bourre avec les autres, il préfère être novateur. C’est encore le cas avec la Nintendo Switch, jouant la carte de l’hybridité. Pour le coup, le trailer d’annonce m’avait bien motivé ! Le principe est très intéressant et pile entre les deux secteurs gagnants du jeu vidéo (smartphones et consoles). Une idée qui va toujours dans le sens de la convivialité et donc qui m’intéresse beaucoup, car en tant que possesseur de PS4, les jeux conviviaux à quatre sont rares…
Hélas (ou tant mieux pour mon porte-feuille) la conférence de vendredi m’a refroidi. J’ai beau essayer de relativiser, sur l’abonnement internet limité, sur le prix de la console et des accessoires, du faible line-up… c’est trop. La console comporte beaucoup trop de soucis pour qu’elle m’intéresse vraiment. Je préfère investir dans une Wii U (qui est actuellement plus cher que la Swtich !). Et si je veux jouer la carte de l’hybridité, je n’ai qu’à m’acheter une PS Vita, pour profiter du cross-play et de la lecture à distance.

L’avis de Yohann P « Scylla » (rédacteur) :

Cela fait des années que je n’ai pas fait l’acquisition d’une console de salon Nintendo. Je commençais à ressentir un certain manque à force de ne pas jouer à Zelda, Mario, Donkey Kong & co. C’était donc tout naturel pour moi de m’intéresser à la Nintendo Switch. Dans ma tête c’était clair, je prendrai la console Day One ! Seulement, après les principales annonces faites, je ne suis plus sûr de rien. Un line-up de lancement très pauvre, un prix trop élevé, je ne sais plus quoi penser de cette machine. Pourquoi ne pas avoir proposé un bundle avec Zelda ? J’aurai aimé également avoir un portage de Super Mario Maker disponible au lancement, ce qui ne doit pas être bien compliqué à réaliser. Avec tous les jeux de la Wii U que beaucoup de joueurs ont ratés, Nintendo avait réellement les moyens de nous proposer un line-up bien plus conséquent que cela, même si ce n’était « que » des portages. Sur le long terme, je ne me fais pas trop de soucis, je sais que les licences Nintendo arriveront, il faut juste prendre son mal en patience. Mon seul réel frein est le prix de la Switch et de ses accessoires. Je ne sais pas ce qui est passé par la tête de Nintendo pour nous proposer la machine à un tel prix. D’un côté, je me dis « Attends une baisse de prix », mais je me suis dit la même chose pour la Wii U… et j’attends encore. En bref, je suis certain de prendre la console cette année, car j’ai envie de me replonger dans cet univers Nintendo, mais quand ? Telle est la question. Attendre quelques semaines permettrait d’en découvrir plus sur la console, notamment sur la surchauffe, la fluidité des menus, etc… J’espère que Big N communiquera davantage dans les prochains jours pour nous révéler quelques surprises, afin de me permettre de me décider sur un achat Day One, ou pas.

L’avis de Yannick Hamm « Indiana » (rédacteur) :

Si la console avait su attiser l’intérêt, la conférence de Nintendo sur sa Switch était assez fastidieuse. En effet, plus la journée avançait, plus les mauvaises nouvelles se profilaient au point que l’on pouvait ne plus rien attendre de la console. Pourtant des choses intéressantes se sont profilées notamment dans l’utilisation de son gameplay et dans ses intentions, mais une chose est sûre, à ce prix, Nintendo est clairement dans le faux. Qu’importe sa révolution technologique, il n’y a rien qui puisse provoquer un si grand intérêt pour la console. Pour cause, un line-up aussi pauvre que mon compte bancaire, le prix des accessoires, l’apparition d’un online payant même s’il est offert au lancement, des jeux offerts uniquement pendant 1 mois, en plus sortant tout droit du catalogue Nes et Super Nes. Rien ne donne envie avec la Nintendo Switch. Pourtant, nous espérons tous qu’une lumière viendra éclairer notre lanterne, nous proposant des packs intéressants pour la Nintendo Switch. Il ne faut que prendre son mal en patience puisque la console sort déjà dans 47 jours.

L’avis de Nicolas Maca « Koss » (chroniqueur) :

Attendu au tournant après une WiiU extrêmement décevante, Nintendo nous propose sa prochaine console de salon dans la même lignée idéologique que pour les 2 précédentes générations, en comptant amener une nouvelle façon de voir consommer le jeu vidéo au détriment de la puissance pure. La Switch de son nom nous est présentée comme une console de salon pouvant devenir portable, mais finit rapidement par démontrer qu’il s’agit surtout d’une console portable pouvant s’afficher sur nos écrans de télévision par les contraintes techniques qu’émettra le concept même. Elle débarque sur-le-champ de bataille en tant que console la plus chère du marché tout en étant la moins puissante, au prix de 330€ lorsqu’il est possible de posséder une PS4 ou une One pour moins de 300€ avec des catalogues de jeu plutôt intéressants, mais une durée de vie déjà écoulée de 3 années. Il faudrait donc voir ce produit comme un investissement à long terme, et sentir de suite le fort potentiel de son hybridité et des JoyCon, les grandes remplaçantes des Wiimotes, qui proposeront de futiles vibrations HD mais qui proposeront une bien plus grande précision et réactivité selon les différents retours. C’est d’ailleurs une très bonne chose que Nintendo se refocalise sur le Motion Control qui avait permis le succès de la Nintendo Wii, et on peut même se demander si la Switch n’est pas ce qu’aurait dû la WiiU qui, avec son gamepad en mode surcouchage technologique, avait complètement entortillé les joueurs. Malheureusement, si l’on prend en compte la faible autonomie en mode portable (3h pour un gros jeu comme Zelda), l’absence d’un disque dur de grande capacité (32GB seulement), l’absence de port Ethernet (vendu séparément) et le online payant mais pas complet (une aberration de proposer un chat vocal via application smartphone), nous sommes très loin du compte en ce qui concerne un rapprochement entre joueurs et la firme nippone. Rien ne va dans notre sens, et c’est d’ailleurs en voyant le prix excessif des accessoires qu’on peut se demander si Nintendo n’essaie de devenir le Apple du jeu vidéo. Pour finir, le line-up de lancement étant famélique, et le soutient des développeurs occidentaux plutôt discrets, on peut tout à fait se poser des questions quant à l’intérêt d’investir dans la console de Nintendo à l’heure actuelle.

L’avis de Kévin Halgand « Kev » (chroniqueur) :

Depuis la sortie de la Wii U, ainsi que de la PlayStation Vita, l’on a compris que le marché des consoles portables (pouvant devenir une console de salon) n’était plus à la portée de firmes comme Sony et Nintendo. Ne pas oublier que Sony voulait faire de la Vita un accessoire a part entière, voire plus, pour sa PS4. On a vu le résultat. Le concept de la Nintendo Switch suit exactement celui des consoles précédents citées. Celle-ci n’est ni plus ni moins, qu’une Nintendo Wii U, mais avec un GamePad en trois morceaux. L’on retrouve cette volontée (mort-né) de relier le marché de la console portable/tablette avec celui de la console de salon. Sauf qu’une communication calamiteuse et un line-up de sortie tout aussi raté enfoncé encore un peu plus cette future console dans la tombe des machines dont la durée de vie ne dépassera pas les trois ans. Zelda, Mario en port étendard, ainsi que quelques autres licences et… c’est tout. D’une pauvreté sans nom, aucune prise de risque (sauf du côté de quelques licences plus japonaises qui feront plaisir aux amateurs) et surtout des retours qui font doucement sourire. La console coûte plus cher qu’une PlayStation 4 ou qu’une Xbox One alors qu’elle est moins puissante que ces dernières et proposera un catalogue encore moins fourni que la machine de hez Microsoft. C’est pour dire à quel point Nintendo semble toucher le fond…

L’avis de Mounir Mezouar « Drogbinho » (chroniqueur) :

Mon avis concernant la Switch ? Je ne peux pas cacher le début de déception que j’ai eu suite aux récentes annonces concernant la dernière console de chez Nintendo. Lors des premiers teasers, je m’attendais déjà à retrouver une nouvelle console portable capable de m’accompagner dans mes longs trajets en train, mais l’annonce de l’autonomie m’a déjà très vite refroidis. Seulement 2h30 d’autonomie mais une console qui veut allier bonne performance ainsi qu’une transportabilité intéressante, c’est beaucoup trop peu. Le second aspect qui m’a on ne peut plus surpris est le prix, qu’on se le dise, plus de 300 euros pour une console de ce genre, ça fait mal au portefeuilles. Un prix qui ne peut même pas être justifié par les exclusivités qui l’accompagneront, étant donné qu’hormis le nouveau Zelda, peu d’annonces ont eu de quoi donner l’eau à la bouche. En ce qui me concerne, la Nintendo Switch a plus eu l’effet d’un pétard mouillé qu’autre chose, et c’est sans surprise que je vais attendre les prochaines périodes de fêtes pour espérer voir des promotions arrivées, ou des offres de pack afin d’éviter de regretter un achat trop onéreux.

L’avis de Thomas Bailly-salins « thomasbs_ » (chroniqueur) :

À l’annonce de la Nintendo Switch, j’étais très enthousiaste. J’y ai immédiatement vu un potentiel de révolution dans la manière de jouer. C’est une console qui s’adapte à nos modes de vie, et un mélange très réussi entre la Wii et les consoles portables emblématique de la marque.
Mais d’annonces en annonces, c’est le modèle économique qui me déçoit le plus. Nintendo s’aligne sur la concurrence alors que c’est son originalité qui a toujours fait sa force !
J’ai peur que Nintendo rentre dans un cercle vicieux avec la Switch comme Sony avec la PSVita : les éditeurs attendent des fortes ventes pour lancer des projets conséquents sur la console et les joueurs attendent les gros jeux pour l’acheter.
Si cela se confirme, on n’obtiendra jamais de jeux d’envergure qui seront exclusifs à la Switch pour des questions de rentabilité. On nous servira alors des jeux réchauffés, moins beaux que sur PS4, et moins portables que sur 3DS. Tout le monde passera à côté du vrai potentiel (bien réel) de la Switch, qui ne sera jamais exploité comme il se doit (encore une fois, comme la PSVita).
J’achèterai donc la Switch si des jeux vraiment originaux sortent dessus, ou quand des licences fortes sortiront en exclusivité (Dragon quest, monster hunter, bravely default, pokemon en ce qui me concerne). Je suis partagé pour le moment sur cette Nintendo Switch.

Laisser une réponse