Outlast 2

Outlast 2

PC PS4 Xbox One
8

Super

8.5

JeuxCaptiens

Outlast 2 – Preview

Alors que le premier Outlast surprenait les joueurs par une utilisation astucieuse de la notion de found-footage – document retrouvé pour les non initiés – empreint d’une direction artistique proche de l’imaginaire de Stephen King, Red Barrels revient avec un nouvel opus qui est loin d’être une suite directe. En effet, cet opus se déroule dans une nouvelle époque avec de nouveaux personnages, une intrigue toute neuve et de nombreuses nouveautés qui ne manqueront pas de surprendre. Outlast 2 agit comme une anthologie avec de nouveau parti pris esthétique intéressant. Une démo est disponible sur le PlayStation Store, mais est-ce que le jeu est à la hauteur de nos attentes ?

outlast 2 preview

Courir, se cacher, mais ne jamais cesser de filmer !

Les fans de jeux d’horreurs attendent peut-être avec impatience la suite d’Outlast. En terme d’horreur et d’angoisse, nous risquons d’être servis comme le confirme les premiers instants de la démo. En effet, Outlast 2 nous entraîne en plein cœur du désert de l’Arizona où un couple d’enquêteurs, Blake Langemann et sa femme Lynn, tentent de chercher des indices sur les meurtres d’une femme enceinte nommée Jane Doe. À leurs dépens, ils vont se retrouver au cœur d’une secte religieuse dangereuse. Vous devrez découvrir ce qu’il se passe au cœur de cette secte tout en échappant aux ennemis à votre poursuite.

D’un point de vue narratif, la démo semble présenter l’introduction du jeu. Nous contrôlons un homme qui recherche sa compagne dans ce qui est une ferme agricole. Dès les premiers instants, le joueur est lâché dans l’action, sans grandes informations. En terme de narration, le jeu est inspiré, cette fois, d’œuvre de John Carpenter, de Tob Hooper ou encore Stephen King. Ce mélange intéressant, car revenant à des références proche des années 80. Il est curieux de voir que les développeurs semblent avoir mis les bouchées doubles du côté du récit. En effet, l’ambiance contribue à l’écriture du scénario et nous permet de comprendre la psychologie de ce personnage principal que l’on ne voit jamais.

Dans l’ensemble, il y a très peu d’informations sur l’histoire. La démo nous présente le héros, ses ennemis et mets l’accent sur le gameplay et ses parties de caches caches. Curieusement, Outlast 2 semble être plus travaillé que son prédécesseur pour proposer un univers élaboré. Le premier opus se voulait anxiogène et oppressant, ici, le titre reprend les mêmes thématiques pour y inclure, en plus, la folie. Si la démo est très courte pour s’apercevoir de tout cela, il faut quand même se rendre compte qu’elle propose pas mal de nouveauté par rapport à l’univers graphique et au gameplay du jeu. Ainsi, la démo nous en apprend peu, mais suffit pour être convaincu que le titre s’avère être une bonne surprise.

Le chant du diable ?

Red Barrels replace la barre très haute par son univers artistique. Après un premier opus qui confinait le joueur au sein d’un asile, jouant avec ses peurs primaires et son stress. Ce second opus propose des zones plus ouvertes, plus grandes, mais aussi plus labyrinthiques. Un choix judicieux pour développer un univers réaliste, proche des fermes agricoles aux États-Unis, tout en introduisant des notions de fantastiques.

En effet, le fantastique est le nouvel ordre du jeu qui optimise son aventure sur les jumps scares pour effrayer le joueur, mais propose aussi une direction artistique dans la lignée des œuvres horrifiques des années 80. En ce sens, nous voulons exprimer que le studio travaille une ambiance sombre avec de très belles gestions de la lumière, en utilisant la brume et le décor qui entoure le joueur pour renforcer sa solitude. Il est important de noter que chaque zone que l’on explorera est un hommage à ces films d’horreur qui n’hésitaient pas à créer diverses ambiances pour mettre à mal le spectateur et réussir à lui faire tout simplement peur. De plus, le titre ne lésinera pas avec les marques de violences, quitte à tout montrer de manière crue avec beaucoup de sang, des rituels sacrificiels et bien d’autres.

Ce qui est intéressant dans Outlast 2, ce n’est pas la qualité de ses décors, mais de voir une vision nocturne améliorée qui comporte ses avantages et ses défauts. Rappelons qu’Outlast, premier du nom, possédait déjà un rendu de qualité, mais les développeurs se sont concentrés sur de nouveaux éléments pour afficher un meilleur rendu à l’image. La spatialisation du joueur sera importante par cette vision nocturne, notamment pour se déplacer dans les endroits les plus sombres. Outlast 2 marque encore par le réalisme du rendu de sa caméra et se révèle techniquement intéressant. Nous restons sur nos gardes pour le reste de l’aventure, sachant qu’il y a aura peut être encore des corrections à venir. Le bestiaire de la démo semble intéressant, même si très peu présent à l’écran lors de notre démo.

Par contre, la mise en scène s’allie de pair avec l’esthétisme et propose des choses plutôt intéressantes sur le papier. À noter que cette dernière arrivera à vous faire peur, même pour les plus courageux d’entre vous. Nous sommes curieux de voir ce que pourra proposer la nouvelle aventure de Red Barrels lors de sa sortie en magasin.

Run Johnny Run !

Le gameplay d’Outlast 2 n’a pas changé d’un pouce, petite piqure de rappel pour ceux qui ne suivent pas dans le fond. Le titre vous demande de survivre en traversant des zones avec des ennemis principaux en vous cachant dans différents coins du jeu. Nous retrouvons le même type de gameplay, accessible d’accès et facilement compréhensible par le joueur. Dans la même occasion, la caméra possèdera les mêmes fonctionnalités que le jeu précédent. Nous restons sur une base solide à laquelle s’ajoute quelques nouveautés.

D’abord, le titre possède de nouvelles actions contextuelles avec les éléments du décor. Si la démo présente une suite de couloir avec une zone de jeu ouverte, nous avons pu remarquer que la caméra sert de catalyseur pour montrer plus d’éléments surnaturels. Un point présent dans le premier opus, qui a l’air de revenir dans ce second épisode, de manière plus prononcée, afin de renforcer la folie du personnage principal. La mise en scène s’associe vraiment au récit et plonge le joueur dans une course contre la montre et contre sa propre folie. Autre nouveauté, le joueur peut désormais ramper, ce qui lui permettra de passer en toute discrétion auprès des ennemis et de s’infiltrer dans de petites zones de jeux. Cependant, sa vitesse sera considérablement ralentie.

Outlast 2 porte quelques nouvelles idées, notamment dans son utilisation de la caméra. Si la plupart des fonctionnalités sont encore cachées, on imagine que si l’on découvre un lieu avec la caméra, le système de notes manuscrites sera remis en jeu. Ce qui vous permettra de comprendre ce qu’il se passe via la pensée subjective de notre héros. D’autant que des documents seront à retrouver pour comprendre ce qu’il s’est véritablement passé. Ajoutons aussi la notion de Zoom qui est importante pour découvrir ce qui se cache au lointain, tapissé dans l’ombre.

Outlast 2 possède un gameplay légèrement plus frais, avec une prise en main simple, efficace afin de nous mettre dans les meilleures conditions. Une fois passé la prise en main, on constate que Red Barrels studio a conservé la plupart des fonctionnalités de l’opus précédent, qui ont été remanié pour correspondre aux nouvelles attentes des joueurs. Via quelques modifications, l’aventure s’avère plaisante avec son lot de bonnes idées, loin d’être inintéressante par rapport au récit ou à la direction artistique du jeu. On regrettera seulement que la démo se concentre principalement sur des zones fermées et on espère voir de plus grandes zones à l’avenir.

Une ambiance oppressante…

Outlast 2 a la bonne idée de ne pas proposer de thème particulier dans la démo. Au contraire, les développeurs amènent une ambiance oppressante en utilisant le son de l’univers. Que ce soit les oiseaux, le vent, des murmures, tout y est pour vous faire passer une expérience pas totalement rassurante et parfois très proche de l’oppression. Un point de vue déjà développé par le premier opus qui permet au titre de jouer avec les peurs du joueurs. Les doublages semblent également de qualité, avec des voix anglaises qui réagissent au moindre bruissement, un moyen de pression supplémentaire, qui permet d’être impliqué dans l’aventure.

Pour le moment, Outlast 2 s’avère convaincant. La démo résume très bien l’ambiance générale qui se dégage du titre et ceux à quoi peut s’attendre le joueur lors de la sortie du titre. En améliorant ce qui avait fait le succès du premier jeu, Red Barrels tire le meilleur de ce qu’ils avaient pu produire pour proposer une aventure unique aux thématiques divergentes d’Outlast, premier du nom. L’ambiance qui se dégage de ce second opus résulte d’un hommage aux œuvres de John Carpenter, le tout teinté d’un peu de Stephen King. Nous attendrons la sortie définitive pour savoir si ce survival-horror se révèlera à la hauteur des joueurs, même si nous sommes, pour le moment, convaincu par le titre.

Vous retrouverez un aperçu complet de la démo avec la vidéo découverte de notre Sams national. Par ailleurs, n’hésitez pas à noter son trouillomètre au cours de cette dernière !

La vidéo découverte spécial Halloween pour Outlast 2

1 Commentaire

  1. Tout à fait d’accord, très content de cette démo à voir le jeu final maintenant, c’est looonnng 🙂

Laisser une réponse