Overwatch fête le Nouvel-An chinois

Overwatch

MAC PC PS4 Xbox One
8.2

JeuxCaptiens

Overwatch fête le Nouvel-An chinois

Overwatch fête le Nouvel-An chinois

Comme beaucoup d’autres jeux à tendance multijoueur (GTA, Destiny…) Overwatch propose des évènements pour varier le jeu. Ce dernier avait proposé des petites variantes à travers les Jeux olympiques et Noël. Il n’aura pas fallu longtemps avant que Blizzard propose un nouvel évènement. Cette fois-ci, les développeurs surferont sur le Nouvel-An chinois. Sachez que cette année est placée sous le signe du coq, Blizzard propose donc un évènement Year of the Roster, évidemment limité dans le temps.

Les joueurs d’Overwatch verront donc leur jeu se transformer aux couleurs chinoises. On pourra donc compter sur une centaine de skins, d’emotes et d’accessoires à débloquer. Ces derniers sont limités dans le temps et donc particulièrement précieux pour les collectionneurs. Un système qui devrait permettre un regain de population certain. Cependant, ce n’est pas le contenu le plus important de cette MAJ. On note en effet une toute nouvelle map, ainsi que le mode Capture the Flag. Un classique des FPS qui était pourtant absent du jeu de Blizzard. Ce dernier est tout de même un peu différent, car il faut rester sur sa base pour capturer le drapeau, et il n’est pas nécessaire d’avoir son propre drapeau d’équipe pour marquer. Des changements qui s’expliquent par la présence des compétences des personnages, notamment celle de Tracer. D’après les retours des joueurs, cela marche plutôt bien, et ne frustre pas trop. On notera tout de même que certaines équipes seront plus performantes que d’autres. Les personnages rapides sont à favoriser. Les développeurs ont d’ailleurs annoncé que si le mode de jeu était agréable et très joué, il pourrait devenir permanent.

On verra cela dans quelques semaines. En effet, la mise à jour Year of the Rooster dure aujourd’hui jusqu’au 13 février prochain. Ce qui ne laisse qu’un peu près trois semaines pour débloquer tous les items de cet évènement.

 

« Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière. »
August Strindberg

Laisser une réponse