Paris Games Week 2018 – PGW une réussite à la française

Paris Games Week 2018
Née de la fusion du Micromania Game show et Festival du jeu vidéo, La Paris Games Week fête sa 9eme édition cette année. Une petite rétrospective de son histoire permet de comprendre comment la consommation de ce média en France évolue et surtout quels éléments lui ont permis d’être aujourd’hui le 5eme salon de jeux vidéo dans le monde. Nous allons découvrir comment la PGW événement a su tirer son épingle du jeu vidéo.

Paris Games Week 2018Avec une moyenne de 300 000 visiteurs en 2017 (56 847 pour la première édition), ce salon orienté consommateur attire aujourd’hui les constructeurs historiques du jeu vidéo. Admirable pour un événement sans réelle orientation business to business à l’inverse de salon concurrent comme la Gamesom ou L’E3, ses grands frères.

La création du salon vient du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (SELL) organisateurs de l’événement pour concurrencer à l’origine la Game Convention de Leipzig (remplacé en 2014 par la Game-com de Cologne). Paris réussit si on en croit l’augmentation de fréquentation croissante depuis 2013, l’élargissement de sa cible est l’élément central de son développement. D’un grand coup de marketing, le salon communique sur son orientation grand public en invitant des personnalités proches du jeux vidéo (Sébastien Loeb, premier Français à apparaitre sur une Jaquette de jeu vidéo hors FIFA). Aujourd’hui, les peoples ont été remplacé par les influenceurs (Youtubeur, chaine de télévision et personnalité du spectacle), le salon fut l’un des premiers à miser sur l’E-influence afin de grandir en matière de place vendu et fidélisation des participants.

Cette visibilité a permis à eSports World Convention (ESWC) de se construire une reconnaissance des acteurs. Aujourd’hui le sport électronique a un retentissement mondial grâce à des compétitions dans les FPS, jeux de sport et combats. On parle même d’édition PGW du ESWC grâce à son cash Price de 50 000€ pour le tournoi PUBG.

L’évolution du salon

Paris Games Week 2018La réussite de l’ESWC a permis au salon d’élargir sa surface dès 2014. Un pavillon jeux rétro et jeunesse a vu le jour en 2015 pour capter encore plus ses potentiels consommateurs. De plus, depuis 2016, Sony présente une conférence pour communiquer sur des jeux inédits !! Cette montée en puissance est admirable pour un salon qui n’a même pas 10 ans positionné sur les consommateurs de jeux vidéo. D’un point de vue purement économique ce point est très important.

Ainsi, ses concurrents directeurs (TGS, E3 et Game com) ont une orientation professionnelle, des pavillons sont mis en place pour favoriser le business. Des développeurs s’y rendent pour rencontrer les éditeurs ou signer des contrats d’édition par exemple. Cette vente d’espace de rencontre permet d’amortir le cout de location des centres de conventions. La PGW a misé sur les consommateurs Français pour réussir le retour sur investissement, ce qui est un très grand risque pour le syndicat des éditeurs Français au vu des coûts. Leur stratégie a payé et il est important de le souligner.

Article de Antoine Roinel

Laisser une réponse