Père et Fils – Critique manga : Tome 1

Père et Fils – Critique manga : Tome 1

Si le nom de Mi Tagawa ne vous dit rien, c’est tout à fait normal. Elle vient de sortir son tout premier manga en France chez Ki-oon sous le nom Père et Fils. Le premier tome nous raconte l’histoire, comme vous vous en doutez, d’un père, qui est herboriste, et de son fils de quatre ans.

Synopsis :

Torakichi, herboriste itinérant, passe la majeure partie de son temps sur les routes pour rendre visite à ses clients. Résultat, il n’a quasiment jamais vu son fils de quatre ans, Shiro… À la mort de sa femme, il prend une décision qui changera sa vie : celle d’emmener le petit garçon avec lui sur les routes !

Mais si Torakichi est incollable sur les plantes médicinales, il n’y connaît rien aux enfants et est loin d’être un père modèle… Pourquoi Shiro pleure-t-il ? Pourquoi se réveille-t-il en pleine nuit ? Entre les soucis du quotidien et son travail éreintant, le jeune papa est complètement dépassé. Les aléas du voyage et les rencontres diverses l’aideront-ils à renouer le lien perdu avec son fils ?

Le synopsis peut nous laisser croire qu’on va avoir droit à une histoire assez triste. Une maman qui meurt, un papa très occupé et un petit garçon au milieu de tout ça. L’aspect dramatique ne se fait pas spécialement ressentir après la lecture du premier tome et on ne vit pas de grands bouleversements au fil de l’histoire, le manga étant même assez lent. Avec ce premier volume, on a surtout l’impression que l’auteur cherche simplement à montrer le quotidien du duo sans chercher à nous émouvoir en tombant dans d’éventuels clichés. On a ainsi droit à quelques petites tranches du quotidien de Shiro et son père. Les deux sont toujours sur la route et se rendent chez différents clients, on assiste alors à quelques anecdotes plus ou moins intéressantes.

Torakichi est assez maladroit avec son fils, après tout c’est logique puisqu’il était confié à sa tante depuis la mort de sa femme. Il va devoir gérer son petit avec tout ce que cela engendre, des pleurs en pleine nuit ou encore les éternels « pourquoi » propres aux enfants de quatre ans. Finalement, plus on passe les chapitres et plus on se rend compte que les deux se découvrent petit à petit.

L’auteur a également réalisé un véritable travail sur les différentes plantes qu’utilise un herboriste avec différentes explications sur ces dernières. Même si la majorité des personnes ne vont pas spécialement s’intéresser à ce détail, il est appréciable de voir que pour son premier manga, Mi Tagawa a vraiment eu le souci du détail.

Visuellement, les dessins sont soignés et très agréables à découvrir. Le tout colle assez bien à l’ambiance dans ce manga qui se déroule, comme l’explique l’auteur, à une époque fictive où il y avait encore des herboristes itinérants et où un commerçant de ce type aurait pu rendre visite à ses clients avec un enfant sans que ça soit mal vu, le tout dans un Japon traditionnel.

pere-fils-manga

Laisser une réponse