Pro Evolution Soccer 2017 – Test

Toujours sous la houlette de Konami, le jeu de foot est disponible depuis le 15 septembre 2016 sur tous les supports du moment. Comme chaque année, on espère avoir de véritables nouveautés, un gameplay équilibré entre l’attaque et la défense et de nouvelles licences. Alors que PES a relevé la tête avec de récents bons opus, cette nouvelle version du jeu laisse de gout de très grosses mises à jour. Explication.

Cette année, Konami, à l’instar de l’année dernière finalement, n’a pas vraiment fait d’effort significatif pour apporter de nouveaux modes de jeux ou encore de nouvelles licences qui intéressera véritablement les occidentaux, si on fait abstraction de l’Euro 2016. Faire la Ligue des Champions asiatique, dans l’idée c’est sympa, mais pour être totalement franc, on n’est pas convaincu que ça intéresse beaucoup de monde en dehors des joueurs d’Asie. Quoi qu’il en soit, on retrouve presque le même contenu que l’année dernière avec quelques nouvelles équipes licenciées à l’instar du Borussia Dortmund dont l’absence se faisait remarquer depuis plusieurs opus. Malheureusement, si le Borussia est là, Konami a aussi perdu de nombreuses licences à l’instar de celle du Real Madrid, de la Juventus ou encore du Bayern Munich. Pour les modes de jeux, on prend les mêmes et on recommence. La Ligue des Masters ou encore le mode Vers une Legende n’évolue presque pas. Si vous avez déjà explosé ces modes de jeux là l’année dernière, sachez donc qu’il n’y a pas vraiment de différence en dehors de quelques petits détails ici et là, mais rien qui retient l’attention. On se tourne alors vers les compétitions plus courtes à l’instar de la Ligue des Champions, Europa League ou encore vers les modes en lignes dont MyClub qui est toujours aussi efficaces. On notera également la présence de 29 stades, dont certains fictifs.

Visuellement, PES 2017 est très beau sur le terrain, mais reste perfectible sur quelques détails à l’instar de ce qui entoure le terrain. Les pelouses sont quant à elles vraiment bien modélisées tout comme les joueurs toujours impressionnants à condition d’être une superstar. Certains joueurs de Ligue 1 aussi sont assez soignés à l’instar de Fabinho, Toulalan, Ben Harfa ou encore Nicolas Douchez. Alors bien évidemment, tout n’est pas parfait et il y a encore des ratés.

Le plus important reste dans tous les cas le gameplay et il faut bien reconnaitre que le plaisir de jeu est immédiat, surtout si vous êtes un fan de PES. Inutile de comparer les deux jeux de foot du moment, chaque école ayant leur propre style. Néanmoins, le jeu de Konami propose un jeu au rythme posé avec parfois peu d’espace. Le jeu est véritablement axé sur la construction en partant de la défense pour arriver jusqu’à la surface de but adverse. Bien évidemment, les plus techniques d’entre vous s’amuseront à effacer les joueurs les uns après les autres avec un Messi ou Neymar, mais prendre le temps de construire apporte un vrai plaisir de jeu surtout lorsque ça se solde par un but. En parlant de but, les goals étaient catastrophiques sur PES 2016 et Konami a rectifié le tir. Ils sont bien plus fort et sont capables de sortir quelques arrêts en 1 contre 1, les enroulés ne passe plus systématiquement et ils sont bien plus impressionnants dans les airs. Pas de doute, les goals ne sont plus forcément un point faible, bien qu’ils sont toujours perfectibles. L’arbitre aussi a bénéficié d’un petit travail et est désormais plus sévère. Si on pouvait faire des tacles de boucher sur l’opus précédent, il faudra faire très attention cette année. Les fautes sont sifflées et les chocs entre joueurs gagnent également en réalisme grâce à de nouvelles animations qui rendent le jeu plus abouti encore.

Vous l’aurez compris, les améliorations apportées à PES 2017 sont surtout axées sur le gameplay et les possibilités lors des matches. Toutes les améliorations sont les bienvenues, car elles améliorent véritablement le jeu qui en devient moins frustrant. Cela dit, on peut être déçu à juste titre de ne pas avoir des nouveautés concernant les modes de jeux. Notez également que la doublette Margotton, Tulet est toujours là pour des commentaires à la limite du copier-coller en comparaison avec 2016.

PES 2017

Points positifs

  • Joueurs très bien modélisés
  • Très bonne sensation balle aux pieds
  • Gameplay abouti
  • Enfin de vrais goals
  • La construction des phases offensives
  • Le rythme du jeu

Points négatifs

  • Contenu
  • Manque de licences
  • Peu de nouveautés
  • Les commentateurs !
8

Super