PGW 2017 – Notre avis sur le plus grand salon du jeu vidéo français

Paris Games Week 2017

Du premier novembre au dimanche cinq, s’est tenue la huitième édition de la Paris Games Week. 304 000 joueurs sont venus arpenter les couloirs du Parc des expositions à Porte de Versailles afin d’essayer les prochains titres des différents acteurs du Jeux-Vidéo. Le salon étant terminé, il est temps de tirer les conclusions de cette édition 2017.

La Paris Games Week se diversifie

Réduire cette moulure 2017 à un simple salon de jeux-vidéo serait une bien grosse erreur. En effet, le salon a mis un point d’honneur à diversifier ses activités. Pour la première fois en 8 ans, ce dernier a proposé un concert symphonique retraçant les plus grandes heures de notre divertissement préféré. Ainsi Le 1er novembre, des centaines de personnes ont pu écouter deux heures durant, un orchestre reprenant en live la BO de Super Castlevania IV, Warcraft II ou  encore Halo pour ne citer qu’eux. De plus, en partenariat avec la PGW, s’est tenu l’IndieCade Europe à Paris du 30 au 31 octobre. L’indieCade est le festival numéro 1 des jeux vidéo indépendants depuis 10 ans. Enfin, le 30 octobre et pour la deuxième année consécutive, Sony a tenu une conférence durant laquelle 7 exclusivités jusqu’alors non annoncées ont été présentées, dont le nouveau jeu des papas d’inFAMOUS, Ghost of Tshushima.

Le salon en lui-même

Rentrons maintenant dans le vif du sujet et parlons du salon en lui-même. Quasiment tous les éditeurs majeurs du secteur ont répondu présents, sauf Electronic Arts, ce qui nous a plutôt étonnés, l’éditeur américain étant un habitué du salon. Bien que certains jeux estampillés EA étaient jouables sur le stand PlayStation comme FIFA 18 ou encore Battlefront II, l’éditeur n’avait pas de stand à proprement parlé. Cette édition 2017 a donné la possibilité aux visiteurs de s’essayer à divers jeux, et sur la totalité des jeux jouables, beaucoup étaient sortis ou allaient sortir durant le salon, ce qui nous a assez déçus. Par exemple, Nintendo offrait la possibilité de jouer à Super Mario Odyssey ou encore à Ultra Street Fighter II : The Final Challengers, sortit en mai 2017. Même constat avec Microsoft ou encore Ubisoft, les principaux jeux jouables présents étant Assassin’s Creed Origins, South Park : L’Annale du Destin ou encore La Terre du Milieu : L’Ombre de la Guerre, que des jeux déjà sortis en somme. Néanmoins, on a apprécié voir certains titres jugés « plus petits » comme Kingdom Come Deliverance ou encore ARK : Survival Evolved avoir leur propre stand sur le salon.

And the winners are..

On s’est étonné de voir la taille du stand PlayStation par rapport aux autres stands présents dans le salon. Celui de Sony était clairement, et de loin, celui avec la plus grande superficie, le plus grand nombre de bornes jouables et le plus important nombre de jeux différents jouables. Le stand Microsoft nous a semblé bien petit face à celui de son rival nippon. Il devient difficile de ne pas voir la domination de Sony sur le marché. En parlant de Microsoft, nous avons été surpris de voir la composition  du stand de la firme de Redmond. En effet, ce dernier est découpé en deux parties, l’une dédiée à la Xbox One X et l’autre dédiée entièrement à PlayerUnknown’s Battleground. PUBG, pour les intimes, a occupé à lui seul 50% de la superficie totale du stand de Microsoft. Avec une cinquantaine de postes jouables le, c’était la star du stand. Pour un jeu qui, rappelons-le, n’est sorti que depuis mars 2017, posséder une telle importance pour un des acteurs majeurs du secteur vidéo-ludique est une vraie performance. Le jeu développé par BlueHole est la succes-story de 2017.

Proposer des activités et des évènements diversifiés aura été l’objectif de cette édition 2017, avec la Paris Games Week Symphonic en tête de liste. Malheureusement, le salon parisien s’est un peu perdu concernant sa mission principale : nous permettre de jouer aux futurs hits à venir. Trop de jeux déjà sortis ou sortant durant le salon ont été présents, réduisant drastiquement l’intérêt du visiteur à prendre son mal en patience et à faire plusieurs heures de queue. Vous l’aurez compris, nous avons beaucoup apprécié que la Paris Games Week grandisse en tant qu’évènement mais nous avons été déçus par les jeux qu’ils nous proposaient.

Article écrit par Fab.

Laisser une réponse