Playground Games (Forza Horizon) change de genre

Playground Games

Depuis son premier épisode, la licence Forza Horizon fait mouche. Avec le dernier épisode en date, on se demande même si le spin-off n’égale pas son cousin. Les critiques sont en effet aussi bonnes que celle d’un Forza Motorsport. Il faut dire que les développeurs ne sont pas des manches puisque Playground Games est constitué d’anciens de Codemasters ou Bizarre Creation. Deux studios spécialisés dans la simulation automobile. Cependant, Playground Games ouvre un nouveau studio, et semble vouloir s’étendre sur un nouveau défi.

De l’aveu même des développeurs sur le site gamesindustry.biz, il est temps pour eux de changer un peu d’air :

« On pense être devenu plutôt bon en jeux de courses depuis ces quelques années. On peut certes toujours s’améliorer, s’efforcer à être meilleur, mais nous aimerions prouver notre talent dans un autre genre. »

Ainsi, Playground Games va fonder un deuxième studio, sans oublier le premier bien sûr. Celui-ci sera basé à Leamington, au Royaume-Uni. C’est à dire dans la même ville que le premier. Quant à l’équipe recherchée, les développeurs déclarent embaucher un peu partout en Europe. À titre d’indication, le premier studio héberge 115 salariés actuellement, et peut en engager une trentaine supplémentaire dans l’étape de rush. Si l’on ne sait pas encore grand-chose du nouveau studio, le premier jeu développé ne sera pas un jeu de course. Playground Games ne se lance pas dans quelque chose de complètement différent non plus puisqu’il s’agira d’un monde ouvert. Concept complètement maitrisé dans chaque Forza Horizon.

Par ailleurs, Playground Games ne lâchera pas sa licence fétiche. Le studio principal s’occupera toujours de développer des Forza Horizon, et ce sera d’ailleurs l’assurance du studio. Le directeur créatif Ralph Fulton rappelle d’ailleurs que Forza Horizon 3 est la plus grosse réussite du studio depuis ses débuts. Ce qui veut également dire que c’est le troisième épisode le plus vendu.

Photo du profil de Crocomiles
"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

Laisser une réponse