Preview Pokémon Let’s Go Évoli – Nos premières impressions

Pokémon Let's Go
Invité par Big N afin de prendre en main plusieurs jeux à destination de la Nintendo Switch, nous avons pu essayer Pokémon Let’s Go Evoli. Le titre est-il un simple « bouche-trou » en attendant la sortie du prochain jeu Pokémon prévu pour le 2nd semestre de 2019 ou bien mérite-t-il que l’on s’y attarde ? C’est ce que l’on va voir dans ce premier aperçu.

Condition de l’aperçu

Deux bornes de jeux étaient mises à notre disposition par Nintendo. L’une pour la version Pikachu et l’autre pour la version Evoli. Ces deux bornes nous offraient la possibilité de jouer avec la manette Nintendo Poké Ball Plus, le nouveau contrôleur du constructeur japonais conçu exprès pour le soft.

Rendez-vous en terre connue

Le jeu emmène le joueur dans la région de Kanto, bien connu des aficionados de la première heure de Pokémon. La démo que nous avons pu essayer nous transportait plus précisément dans les allées luxuriantes de la forêt de Jade. D’ailleurs, les joueurs les plus observateurs remarqueront très vite que la forêt de Jade a été reproduite à l’identique dans ce Pokémon Let’s Go. Ainsi, l’on retrouve exactement le même level design que celui des versions rouge et bleu.  D’ailleurs, ce n’est pas le seul point sur lequel le jeu s’inspire des précédents opus. Ainsi, les musiques, les bruitages et même les icônes des pokémons ont été repris des versions Rouge et Bleu. Là où certains ressentiront la nostalgie de leur enfance, d’autres y verront un manque cruel de créativité.

Pokémon Let's Go gameplayPokémon Go Evoli

Dès notre arrivée dans la forêt de Jade, on remarque que quelque chose a changé vis-à-vis des hautes herbes. Dans Pokemon Let’s Go, les pokémons apparaissent clairement dans les hautes herbes. Ainsi, le joueur sait à l’avance quel pokémon il peut affronter. D’ailleurs, les Pokémons sauvages peuvent être entourés de deux auras de couleurs différentes. Premièrement, un pokémon possédant une aura bleu sera plus petit que la moyenne, il sera plus simple à capturer, mais potentiellement plus faible que ces congénères. Enfin, un pokémons entouré d’une aura rouge sera plus grand que la moyenne et possiblement plus fort qu’un autre pokémon « normal ». Il sera aussi possible de croiser des pokémons shiny dans les autres herbes. C’est d’ailleurs arrivé au joueur situé sur la borne juste à côté de nous.

Après cette première surprise vis-à-vis des hautes herbes, il était temps pour nous d’affronter notre premier pokémon. Comme on a pu le voir dans les trailers, le système de capture diffère du système traditionnel pour emprunter des mécaniques de jeux à Pokémon Go. Comme sur l’opus mobile, il faudra alors lancer une pokéball sur le monstre que l’on souhaite capturer. Même si quelque essai sont nécessaire afin de bien doser l’amplitude du geste à réaliser, on doit dire que la Manette Nintendo Poké Ball Plus s’en sort bien. Les gestes sont bien reconnus, la pokéball est agréable à tenir en main et pouvoir entendre le pokémon que l’on capture à travers le haut-parleur de l’accessoire fait son petit effet. Ce n’est pas la seule fonctionnalité que le jeu switch emprunte au pendant mobile de la franchise. Comme sur Pokémon Go il est possible de donner différentes baies aux petites bêtes afin de faciliter la capture. Il sera également possible d’importer les pokémons capturé dans Pokémon Go sur Pokemon Let’s Go.

Après avoir capturé quelques pokémons sauvages, nous nous sommes décidés à affronter des dresseurs présents aux quatre coins de la Forêt de Jade. Le système de combat a été repris des précédents opus. Les habitués de la série ne seront pas perdus pour un sou et retrouveront tous leurs repères. Ainsi, il est possible de choisir quel pokémon faire combattre parmi une équipe de six que l’on aura préalablement composés. En fonction du pokémon, le joueur aura le choix de lancer telle ou telle attaque, ou bien d’utiliser différents items. À noter qu’une fois le combat gagné, tous les pokémons de notre équipe gagnent des points d’expérience, pas seulement ceux ayant combattu.

Conclusion

Le titre s’est avéré plaisant à jouer. On s’amuse toujours autant à parcourir la région de Kanto et à capturer tous les pokémons y vivant. Cependant, ceux n’ayant pas aimé Pokémon Go seront sûrement déçus de la direction prise par le soft, notamment au niveau de la capture de pokémon. Il est vrai que bon nombre de joueurs ne s’attendaient à ce nouveau jeu Pokémon, avec cette forme-là. Il serait dommage de passer à coter du titre juste parce qu’il n’est pas celui que l’on attendait.

Pokémon Go Evoli/Pikachu sera disponible le 16 novembre 2018 exclusivement sur Nintendo Switch.