Psychonauts signe pour un deuxième épisode !

psychonauts

L’esprit de Tim Schafer est digne d’un génie certes malade, mais d’un génie tout de même. Si ce dernier s’est peut-être un peu planté avec Broken Age (beaucoup trop de promesses non tenues, ou pas à temps), il est tout de même responsable de pas mal de titres cultes. De Day of the Tentacle à The Cave en passant par Psychonauts. Et c’est justement ce dernier qui nous intéresse aujourd’hui. Ce jeu très burtonien et très fou avait été apprécié par la critique, mais boudé par les joueurs. Cependant, dix ans après sa sortie, Psychonauts a gagné un statut culte et le droit de sortir une suite.

Si les choses semblaient partir d’une bonne intention, il manquait tout de même des financements. Double Fine a certes des réserves, enrichies d’ailleurs par la campagne financière Fig, cela ne suffisait pas. Cependant, Psychonauts ne sera pas une production fauchée ! Effectivement, un éditeur a pris le risque de se prendre un nouvel échec financier de la part du studio ! Cet éditeur n’est autre que Starbeeze, qui prend décidément de l’ampleur. Après avoir développé (entre autres) les Riddick et le PayDay 2, le studio se met à l’édition. Psychonauts ne sera en effet pas le premier à être édité chez Starbreeze puisqu’ils se sont également occupés de Dead by Daylight il y a moins d’un an. Starbreeze injecte donc 8 millions de dollars dans Psychonauts 2. En tout, le budget de ce deuxième épisode correspondrait un peu près au premier. On espère que les ventes seront meilleures cependant.

D’ailleurs, Starbreeze joue encore la carte de la transparence, en annonçant qu’il récupérera 85 % des recettes jusqu’à être entièrement remboursé. Le studio touchera alors 60 % des ventes. De plus, Double Fine garde les droits d’exploitation, au cas où. Psychonauts 2 devrait arriver en 2018 sur PC et consoles, mais attendons tout de même la phase de production, avant de crier notre joie (ou notre déception).

« Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière. »
August Strindberg

1 Commentaire

  1. j’ai pas joué au premier mais les jeux double fine sont rarement décevants

Laisser une réponse