Puta Madre Mutafukaz tome 1 & 2 – Critique : Du très lourd chez Ankama

Puta Madre Mutafukaz
L’univers carcéral, les gangs, les tensions raciales entre ethnies, bienvenu dans Puta Madre. C’est chez Ankama qu’il faut se tourner cette fois pour découvrir cette petite bombe. Déjà deux tomes sont disponibles au prix unitaire de 3.90€ seulement. Une bouchée de pain au vu de la qualité des deux premiers volumes.

Puta Madre Mutafukaz critique

Synopsis :

Le comics se déroule à Niland en Californie. On va suivre l’histoire de Jesus, un jeune garçon de 12 ans seulement qui évolue avec sa mère et son petit frère. Le petit Jesus à des visions et un soir d’Halloween, il va faire connaissance avec Spooky. Ce dernier n’est visible par personne d’autre que le garçon de 12 ans. Malheureusement, Spooky va avoir une très mauvaise influence sur Jesus et va le pousser sur la mauvaise pente… On va suivre son histoire alors qu’il va se retrouver en prison et va ainsi devoir survivre dans ce milieu hostile.

Critique :

Puta Madre nous a passionnés. Deux tomes qui se dévore à une vitesse folle, mais avant de vous en parler plus en détail, j’ai vraiment envie de vous écrire le contenu des premières bulles issues de la première page. On vous dévoile celle-ci tout simplement, car le texte est vraiment poignant et pose tout de suite les bases d’une histoire captivante.

« Chez nous, quand t’utilises le mot « Madre » dans une expression, c’est que ça craint à mort… Pour dire « Wow, c’est quoi cette merde ? », tu dis « Hey, que madres ? ». Alors que « Hey, que padre ? », ça veut dire que « c’est putain de cool »… Me demandez pas pourquoi, c’est comme ça. Quand mon père a vu l’échographie de ma daronne, il a dû se dire « Hey, que madres ? ». Son utérus était tout niqué : à cause des hormones que les toubibs lui avaient dit de prendre. Des medocs censés éviter les fausses couches. D’autres bébés dans ce cas-là se sont chopé de graves merdes, genre des bras en moins, des trucs de taré. Moi, j’ai juste perdu mon père. Quand il a vu la gueule de l’utérus, il a pas attendu l’accouchement. Il s’est fait la malle avant… J’ai passé les douze premières années de ma vie avec ma mère, puis avec mon petit frère à Niland. Un bled paumé en plein milieu du désert…« 

Cette histoire écrite par Run s’inspire d’une histoire vraie. Celle de Christian Fernandez, 12 ans, qui a été jugé comme un adulte aux États-Unis. Il aurait tué son petit frère de deux ans comme dans Puta Madra. On ne va pas refaire la justice américaine, mais dans ce pays la peine à perpétuité existe même pour les enfants. Jesus va donc se retrouver enfermé dans une prison avec des adultes. Il va devoir trouver le moyen de survivre entre les pervers, les racistes et les gros bras. Comment un gamin de 12 piges seulement va réussir à se faire une place dans un milieu qui ne lui est pas du tout favorable ? Quelle influence la prison va avoir sur lui ? Est-ce que ça va lui remettre les idées en place ou bien est-ce que cela va avoir l’effet inverse ? De nombreuses questions qui trouveront des réponses dans ses deux premiers tomes.

L’histoire se déguste et on a déjà hâte de lire les prochains tomes. Au-delà de l’histoire, le Comics met également en avant quelques éléments historiques. Cela concerne les rivalités entre gangs, la naissance de certains d’entre eux et parle également du système judiciaire américain. Le tout est hyper intéressant, car ces points mis à avant collent parfaitement au Comics. Le tout est accompagné de très beaux dessins réalisés par Neyef assez soigné qui mettent bien en avant l’univers dans lequel la BD nous plonge.

Vous l’aurez compris, si vous recherchez un Comics mature, on vous recommande vivement de lire Puta Madre. Le prix très attractif de chaque tome est un argument de plus pour cette série qui va en scotcher plus d’un à coup sûr.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la prison pour les enfants aux États-Unis, voici un article d’Amnesty International.

Précédente critique BD Tomoë Déesse de l’eau Tome 1

Acheter le tome 1 de Puta Madre Mutafukaz

Acheter le tome de Puta Madre Mutafukaz

Laisser une réponse