resident evil 7 une

Resident Evil 7

PC PS4 Xbox One
8

Super

8.8

JeuxCaptiens

Resident Evil VII – Preview

resident evil 7 une

Alors que la saga Resident Evil s’est perdue en chemin en proposant des softs plus axés sur l’action. Capcom revient avec une grande pression sur les épaules, la volonté de revenir aux fondamentaux tout en articulant une touche de modernité. Ce qui donne notre nouvel opus nommé Resident Evil 7. Point supplémentaire, nous avons pu tester une démo nommée « Lantern » avec le PlayStation VR. Toutes les conditions étaient réunies pour nous provoquer une peur intense, mais Resident Evil 7 a-t-il réussir à nous convaincre ?

resident-evil-7-preview-une

Bienvenue chez les Baker !

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il faut que l’on revienne sur ce qui nous a été présenté dans la démo « Lantern ». Tout commence par une image de Found-footage, la notion de document retrouvé semble chère à Capcom qui nous propose de comprendre ce qui est arrivé aux personnages par cette dernière. Nous semblons être une femme apeurée, essoufflée et surtout perdue en plein bayou face à un manoir. Derrière elle, une seconde femme plus marginale, plus surprenante, mais surtout violente, nommée Marguerite Baker semble à sa poursuite, ou plutôt à notre poursuite. De ce simple postulat, on retrouve tout ce qui fait la force de la saga Resident Evil, c’est-à-dire, une ambiance travaillée qui entremêle oppression et peur viscérale du joueur.

Autant vous le dire de suite, esthétiquement, Resident Evil 7 est une merveille. Ambiance sombre et malsaine, jeux de lumière prononcés et bien utilisé, tout est mis en œuvre pour surprendre le joueur. Dans notre quête, particulièrement dans notre démo, nous sommes poursuivies, ce qui ne laisse pas le temps à la découverte du décor, mais le fait de se déplacer dans de petites pièces accentue notre oppression. En terme d’univers, Capcom semble avoir compris ce que voulaient les fans et c’est un pari réussi. Non seulement, on retrouve l’impression de solitude des premiers opus, mieux encore, Capcom a surpassé ce qui faisait le succès de la saga pour se concentrer sur de nouvelles touches modernes. En somme, graphiquement et techniquement, le titre s’en sort avec brio et pourrait contribuer à une nouvelle forme de survival-horror. À cela s’ajoutent des jump-scare bien trouvés et une mise en scène sobre et efficace qui arrivera à en attirer plus d’un. Mention spéciale à la fin de la démo à ce propos.

Si l’histoire de la démo ne nous a pas permis d’en savoir plus sur les Baker, l’univers est suffisamment crédible pour les comprendre. Ce qui est intéressant, c’est que la maison agît comme un troisième personnage. Elle craque ou encore semble se mouvoir légèrement provoquant des fermetures de portes. Le PlayStation VR propose une tout autre immersion grâce à cet univers. L’impression d’évoluer nous même au travers des personnages fait revenir les peurs intérieurs du joueur qu’il aurait pu connaître avec les premiers opus de la licence. Sauf que cette fois-ci, il est seul. Narrativement, notre personnage est d’ailleurs lourd, chaque pas se fait ressentir dans le gameplay à notre plus grand plaisir.

Jouons à cache-cache ?

On ne va pas se le cacher, ce nouvel opus s’accordera sur la solitude du joueur face à son environnement. La démo « Lantern » est une immense partie de cache-cache où l’on doit échapper à Marguerite Baker. Si nous pouvons penser que l’IA semble être un peu simpliste sur certains points, elle s’avère plutôt intelligente par moment. Il suffit de se retrouver dans la vision de l’antagoniste pour être poursuivie. Sachez simplement qu’être poursuivie est synonyme de mort et qu’importe la destination choisie par le joueur, Marguerite aura toujours un coup d’avance sur vous. Le Game Over est à chaque coin de la maison. Plus basiquement, le jeu se prend en main très facilement. Notre personnage se déplacement lentement, plus lourdement à la manière d’Alien Isolation. Cette lenteur nous force à être constamment sur nos gardes.

On retrouvera aussi les fameuses énigmes de la licence. Elles ne vous retourneront pas le cerveau, mais proposent tout de même un challenge plutôt conséquent. Au cours de la démo, la seule énigme ne nous a pas donné de grande difficulté pour continuer à progresser dans l’aventure. On espère, par la suite, qu’elles se révéleront plus coriaces, même si l’impression de course-poursuite guette ce nouvel opus de la saga Resident Evil. Seul bémol à travers cette démo, c’est le PlayStation VR. Dans le principe, le jeu a réussi à nous surprendre par son esthétique et son ambiance que le casque retranscrit à merveille. Malheureusement, pour nous, la technologie n’est pas assez précise techniquement. Il se dégage encore un peu d’aliasing, tout en sachant que nous avons joué sur une PS4 normale et non pas sur PS4 pro.

En attendant, Capcom propose un retour aux fondamentaux avec l’introduction de la vue subjective qui apporte la touche de modernité nécessaire au titre. Sans en faire des caisses, cette nouvelle réalisation revient aux fondamentaux où la lenteur de notre personnage sera le mot d’ordre pour vous faire paniquer et stresser.

resident-evil-7-lantern-gameplay-3

« Welcome to the family son ! »

Au final, que retenons-nous de Resident Evil 7 ? D’une part, Capcom semble avoir compris l’attente des joueurs et propose un retour aux sources efficaces, mais le studio ne se contente pas de cela. Ils introduisent de nouveaux éléments qui donnent à la saga une toute nouvelle dimension. La vue subjective n’est pas nouvelle au sein de la licence, on se rappelle tous, plus ou moins, les deux rails-shooters disponibles sur Wii. Ici, Capcom offre une vraie peur qui nous prend aux tripes et qui effraie le joueur. Resident Evil 7 devrait être une aventure réussie à l’univers dérangeant, sombre et oppressant, à la bande-son fournie et encouragera sûrement Capcom à prendre de nouvelles prises de risques pour l’avenir de la licence.

Un trailer de gameplay pour Resident Evil VII

Laisser une réponse