La rétrocompatibilité Xbox 1 dévoile quelques jeux et se date

xbox 1

Il y a quelques jours, nous vous annoncions une liste des jeux de la première Xbox rétrocompatibles Xbox One. Il s’agissait d’un tweet d’un insider souvent bien informé, mais comme d’habitude, il y a toujours une chance de fake. Microsoft annonce cette fois-ci un véritable extrait de cette liste, ainsi que la date de sortie du service.

Si le constructeur n’avait pas déclaré de date de sortie précise, il avait tout de même fortement communiqué sur le mois d’octobre. Microsoft tient ses délais puisque la firme a annoncé que le service arrive ce mardi 24 octobre, soit… demain ! Fan de la Xbox original, vous pourrez (re) découvrir 13 jeux pour le moment. Ces derniers sont ni plus ni moins ceux de la liste qui a fuité il y a quelques jours. On compte donc : Black, BloodRayne 2Crimson SkiesDead to Rights, Fuzion Frenzy, Grabbed by the GhouliesNinja Gaiden BlackPrince of Persia : The Sands of TimePsychonautsRed Faction II, Sid Meier’s PiratesStar Wars : Knights of the Old Republic et The King of Fighters NeoWave.
La liste est assez éclectique, même si on déplore peut-être le manque de véritables exclus Xbox 1. Notons que cette fois-ci, il n’y aura pas forcément besoin du DVD ! Microsoft propose tous ces jeux pour 10 € sur son store, mais si vous les possédez : insérer la galette et le tour est joué !

Microsoft sait très bien que lancer ce service, c’est bien, mais l’alimenter, c’est mieux ! Si on ne sait pas quel sera le rythme de parution des nouveaux jeux rétrocompatibles (chaque semaine comme les jeux 360 ?), on sait que tous ne seront pas là. Dans sa croisade nostalgique, Microsoft s’est heurtée aux studios disparus, droits et contrats indisponibles, etc.

« Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière. »
August Strindberg

Laisser une réponse