SEGA Forever, quand les classiques reviennent sur smartphones

SEGA c’est avant tout une époque. On pense notamment aux publicités « SEGA c’est plus fort que toi », à la Megadrive ou au bon vieux Sonic. Si depuis, le studio s’est diversifié par le rachat de studio, SEGA n’oublie pas son Golden Age. Ainsi, le studio propose un retour dans le passé, mais sur smartphone.

Un peu étrange sachant qu’il est très facile d’émuler de vieux jeux sur smartphones. Mais si vous êtes un inconditionnel de SEGA, vous serez ravis de pouvoir jouer à ces classiques. Au total, c’est cinq qui sortiront aujourd’hui, à savoir : Phantasy Star II, Comix ZoneKid ChameleonAltered Beast et l’éternel Sonic The Hedgehog. Mais ce n’est pas tout. De l’aveu de SEGA, le catalogue Forever est amené à augmenter petit à petit. Et ne croyez pas que seules les plus vieilles consoles seront touchées. Les jeux Saturn comme ceux de la Dreamcast pourraient bien faire leur retour sur smartphone. Au passage, sachez que tous ces jeux intègrent quelques petites nouveautés. Notamment la possibilité de partager son score en ligne, de sauvegarder sa partie sur le cloud et enfin, ils seront compatibles avec des manettes Bluetooth. Si vous n’êtes pas un amateur de sticks virtuels, une manette Megadrive Bluetooth contrefaite sera votre meilleure alliée.

La bonne nouvelle, c’est qu’il ne faudra pas forcément passer à la caisse pour rejouer à ces vieilleries. Il y a en effet une version gratuite, qui est coupée par quelques publicités. La version sans pubs coutera 2, 26 €. Notons que ces jeux peuvent être joués en hors-ligne, et qu’ils seront disponibles sur Android comme sur iOS. N’oublions pas qu’il est toujours possible de streamer ses jeux smartphones sur la télé, ce qui n’est pas négligeable… En attendant la prochaine fournée de jeux rétro (qui arrivera dans deux semaines), on vous laisse avec ce trailer… très SEGA !

"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

Laisser une réponse