TEST – Sniper Ghost Warrior 3 : Le headshot qui passe mal

Acheter dès maintenant

Après deux épisodes moyennement appréciés des joueurs et de la presse, Sniper Ghost Warrior revient une nouvelle fois dans un troisième opus toujours développé par CI Games. Pour cet itération, les développeurs ont décidé de proposer un jeu à monde ouvert, se déroulant en Géorgie. Pari réussi ? Pas vraiment. Le jeu est disponible sur consoles et PC depuis le 25 avril 2017. Après deux épisodes moyennement appréciés des joueurs et de la presse, Sniper Ghost Warrior revient une nouvelle fois dans un troisième opus toujours développé par CI Games. Pour cette itération, les développeurs ont décidé de proposer un jeu à monde ouvert, se déroulant en Géorgie. Pari réussi ? Pas vraiment. Le jeu est disponible sur consoles et PC depuis le 25 avril 2017.

test sniper ghost warrior 3 ps4

Il faut sauver mon Bro

Sniper Ghost Warrior 3 PS4Vétéran sniper de la marine américain, Jon North est envoyé en Europe de l’Est avec son frère Robert pour aller détruire un stock d’armes biologiques. La mission est réussie, mais en partant, les deux frères tombent dans une embuscade d’un groupe de soldats des forces spéciales non identifié, dirigé par un certain Vasilic. Robert se fait kidnapper. Jon, lui, est sain et sauf. Deux ans après leur séparation, Jon débarque en Géorgie pour démanteler les groupes de séparatistes locaux, mais également pour essayer de retrouver son frère. Il sera aidé par deux personnes sur place, Lydia une ancienne collègue, mais un membre du MOSSAD, Raquel.

L’histoire n’a rien de bien original, malgré quelques retournements de situations à quelques moments dans l’aventure. Scénario classique, qui ne cherche pas à aller plus loin, notamment dans la relation entre les deux frères, ou encore avec les personnes qui assistent Jon. Mine de rien, on ne s’ennuie pas, et le jeu propose des missions diverses et variées dont quelques-unes franchement réussies. En plus de proposer une petite trentaine de missions principales qui se terminent un peu trop rapidement, le jeu dispose également de missions annexes, d’objets à trouver et à collectionner, ou encore d’avant-poste ennemi à neutraliser.

C’est la recette de l’open-world. Car oui ce troisième épisode est un jeu à monde ouvert et ressemble grossièrement à un Far Cry. Ce Sniper Ghost Warrior 3 ne réinvente pas le genre, mais utilise plutôt bien les mécaniques de ce dernier pour proposer un monde ouvert globalement réussi, avec des points de voyage rapide, de l’expérience à gagner pour débloquer des compétences dans des spécialisations : Sniper, Ghost et Warrior.

Un jeu rempli de bugs

Sniper Ghost Warrior 3 PS4Le jeu est décomposé en trois zones. Chacune de ces zones propose un environnement différent et nous plonge dans une ambiance Europe de l’Est pour le coup bien abouti. Malheureusement, on aurait pu s’attendre à beaucoup mieux graphiquement, surtout que le jeu a été conçu avec le CryEngine. Emblématique moteur de Crytek utilisé pour les Crysis notamment. Ici, et même si quelques panoramas sont réussis, le reste nettement moins. Les visages des personnages sont fades, inexpressifs, des textures de basses qualités, et une direction artistique très plate. Dommage que le moteur du jeu n’ait pas été bien utilisé pour l’occasion.

Et c’était sans compter les innombrables problèmes techniques. Même après avoir installé (sur PS4) le patch Day-One de 10 Go, ce Sniper Ghost Warrior 3 regorge de trop nombreux bugs qui cassent littéralement l’immersion, ou encore le plaisir de jeu. Franchement, les développeurs testent-ils vraiment leur jeu avant de l’envoyer en phase de certification et le commercialiser ? D’accord, CI Games n’a pas les moyens et les ambitions d’un studio comme Ubisoft ou même Rockstar Games, mais quand même. Sortir un jeu comme cela en 2017 ce n’est juste plus possible, et se reposer tranquillement sur les mises à jour n’est pas le mieux à faire.

Concrètement, après la dizaine d’heures de jeu passer, difficile de rester pour terminer les missions annexes et parcourir cette Géorgie virtuelle. Entre les bugs sonores (malgré un sound-design réussi), les bugs de collisions, des baisses de framerates hallucinantes au point de faire planter le jeu, des temps de chargement qui durent entre 3 à 5 minutes. Oui, on est à la limite de péter un câble. Et c’est tellement dommage, car on sent que les développeurs veulent proposer un bon jeu. Malgré les plusieurs reports de plusieurs mois, il aurait été plus convenable de repousser une nouvelle fois le jeu pour corriger au moins ces problèmes techniques.

Sniper. Ghost. Warrior.

Sniper Ghost Warrior 3 PS4Bon. S’il y a un point où les développeurs ont réussi à exceller, c’est bel et bien dans le gameplay sniper, et infiltration. Le feeling des fusils de précision est excellent, et se positionner sur une falaise, à plusieurs centaines de mètres des ennemis et les flinguer d’une balle dans la tête est un pur plaisir. Surtout qu’il faut faire attention à bien surveiller la vitesse du vent, car la trajectoire de la balle est impactée. Concernant l’aspect infiltration, là aussi c’est correct. Mais toutefois, l’IA n’est pas la mieux qu’on ait vu jusqu’à maintenant. On se faufile discrètement derrière un ennemi, on sort notre pistolet et hop, une balle dans la tête, ou alors un bon coup de couteau bien placer. Ces deux approches sont celles que l’on vous conseille, car la troisième est désastreuse.

N’est pas Rambo qui veut. On vous déconseille franchement l’approche « warrior ». Utiliser les fusils d’assaut est une catastrophe, à cause aussi du gameplay trop lourdingue du personnage principal. Et aussi un feeling très mauvais de ces armes. Y aller en mode bourrin, c’est littéralement se suicider, vraiment. D’autant plus que le jeu se veut « réaliste » et en quelques secondes, on meurt sous les balles des ennemis et côté munitions, on est limité.

Sniper Ghost Warrior 3 PS4Avant d’aller au front, le mieux est de bien s’équiper. De ce côté-là, il y a de quoi faire. Une dizaine de fusils de précision sont disponibles, à débloquer en utilisant de l’argent (virtuel). Chacun de ces fusils dispose de ses propres caractéristiques. De même pour les fusils d’assaut, ou encore les armes de poing. Également, il est aussi possible d’ajouter un silencieux, de mettre un chargeur plus grand, ou encore de mettre un skin de camouflage. De plus, quelques gadgets vous sont disponibles comme des grenades, des couteaux de lancer, ou encore des kits pour silencieux. Enfin, n’oubliez pas d’apporter sur vous des aides médicales : bandages, cachets, ou encore seringues qui vous permettront de vous remettre sur pattes rapidement après avoir récolté quelques balles des ennemis.

Enfin, comme à la manière de Ghost Recon Wildlands, par exemple, un drone est présent. Ce dernier est bien utile pour faire du repérage dans la zone de jeu. Histoire de voir où se situent les ennemis, ou encore les caméras. Un gadget indispensable pour la réussite des missions. De même, il est aussi possible de customiser son drone et y ajouter des compétences spéciales : vision nocturne, batterie plus longue, etc.

Conclusion

Sniper Ghost Warrior 3 aurait pu être un très bon jeu de snipe si les différents bugs techniques n’avaient pas été là. Les sensations lorsque l’on tire avec un fusil de précision à 300 m sont très bonnes, tout comme s’infiltrer discrètement dans une base, même si l’IA ne vole pas bien haut. Autant vous dire aussi que le jeu n’a rien à voir avec les grosses productions d’Ubisoft ou de Rockstar, mais les développeurs de CI Games essaient tant bien que mal de proposer leur jeu, leur vision du monde ouvert, leur expérience. Espérons également que les développeurs laissent enfin de côté cette licence pour partir sur quelque chose d’autre. Malheureusement, une sortie beaucoup trop précipitée (malgré les reports de plusieurs mois) entraîne un jeu aujourd’hui très moyen.

Version éditeur testée sur PS4 normale

Points positifs

  • Une bonne ambiance en général
  • Un bon feeling des fusils de précision
  • Contenu correct
  • Quelques missions bien abouties
  • La présence du drone qui aide énormément

Points négatifs

  • Beaucoup, mais beaucoup trop de bugs
  • Une technique pas au point (IA, clipping)
  • L'approche « warrior » à oublier
  • Monde ouvert déjà-vu
  • On a vu plus beau avec le CryEngine
5

Moyen