TEST – Star Wars Battlefront II : Plus à l’aise dans l’espace que sur terre

Il y a dix ans, la licence Star Wars était relancée, et pour cause ! La prélogie venait de se finir ! L’occasion était parfaite pour sortir tout un tas de jeux inspirés, dont Star Wars Battlefront. Cette licence avait pour but de rendre interactive les plus grandes batailles de l’univers de Georges Lucas, et de s’intéresser aux « simples » combattants. Si la licence reçut un bon accueil, le reboot de 2017 avait quant à lui été reçu plus froidement en raison de l’absence de solo. Ça tombe bien, Electronic Arts propose une nouvelle immersion dans cet univers, avec une campagne travaillée.

Star wars Battlefront 2 testDark Side

Commençons donc par ce fameux solo, créé spécialement pour les joueurs. EA les a bien compris et a proposé une campagne soignée pour l’occasion. Clairement, les développeurs prennent un angle bien plus intéressant qu’on ne pourrait le penser, pour un simple ajout. En effet, le joueur contrôle (principalement) Iden Versio, une commandante de l’Empire. Autrement dit, le joueur incarne une méchante. Sur le papier, cela est clairement intéressant. Mais on le sentait, Disney oblige, cette idée ne va pas très loin. Hélas, on passe très vite, trop vite, du côté obscur au bon côté de la force. Cela se fait clairement trop rapidement pour que ce soit crédible, et on part déjà avec un mauvais ressenti sur cette histoire. Même la fin sombre dans un certain happy-ending absurde. C’est clairement dommage, puisqu’au tout début de la partie, on assiste à une superbe scène, où l’on voit les soldats d’élite de l’Empire assister avec désespoir et détresse à la chute de l’Étoile noire. Enfin, on voyait le Côté Obscur sous un nouveau visage, avec de l’empathie pour ses personnages. Empathie que l’on ne retrouvera plus dans le reste de l’aventure.

Si scénaristiquement, la campagne ne tient pas la route sur le long terme, que vaut le gameplay ? Celui-ci s’avère finalement assez proche de ce que faisait Battlefield 1. À savoir qu’il s’agit de niveaux linéaires parfois un peu plus ouverts que la normale. Ainsi, le joueur a la possibilité de s’infiltrer, en éliminant un à un les gardes via des actions contextuelles. Le problème, c’est que hormis cela, il n’est pas possible d’être discret, blaster laser oblige ! Et on sent que de toute façon, les soldats finiront toujours par nous tomber dessus, alors autant foncer dans le tas ! Pour ce faire, notons que le joueur peut utiliser des caisses d’armes, pour choisir ces dernières ainsi que des cartes. Ces dernières permettent d’avoir des skills supplémentaires comme un lance-grenade, plus de santé ou la capacité de scanner la zone. De quoi vaguement changer le gameplay puisque ces cartes se trouvent au fil du jeu. Rien de très extravagant, tout comme l’IA, qui est là pour se faire plomber et c’est tout ! Du pur Stormtrooper !

Notons également que certaines missions changent du classique FPS. En effet, on trouve enfin des batailles spatiales ! Celles-ci sont magnifiquement réalisées, et elles sont à l’image de ce qu’on s’en fait dans les films. C’est donc un pur plaisir de tirer sur des TIE-Fighters et d’envoyer des torpilles laser sur des Destroyers ! On se retrouve également dans la peau de certains héros, sans en dévoiler trop. Cela permet encore une fois de changer le gameplay sans que cela change grandement l’expérience.

La Guerre des Étoiles

En dehors de ce nouveau mode solo, et du multijoueur, on retrouve le mode arcade, qui était déjà présent en 2014. Celui-ci permet tout d’abord de se lancer dans des défis plus ou moins scénarisés. Il faut finir un objectif (généralement tuer un certain nombre d’ennemis), en étant un héros, qu’il soit du bon ou du mauvais côté. Il est également possible de créer son propre défi via la personnalisation. Ces missions sont jouables en coopération, et il est même possible d’affronter un ami, toujours en local, dans des duels de héros. Le mode Arcade est plus plaisant qu’auparavant et n’est pas si anecdotique que cela. C’est toujours un plus lorsqu’un ami débarque chez soi.

Le front de la bataille

Qu’on se le dise, l’intérêt de Battlefront II est évidemment le multijoueur. Celui-ci se compose de cinq modes. Commençons par le plus mineur, à savoir Escarmouche. Il s’agit d’un match à mort par équipe le plus classique. L’intérêt n’est clairement pas là, mais cela peu convenir à ceux qui prennent plaisir sur les combats confinés de Call of Duty. Frappe consiste quant à lui à réussir une série d’objectifs avec des équipes réduites, soit du huit contre huit. L’affrontement héroïque est de retour ! Il s’agit d’un mode où les joueurs jouent uniquement avec des héros, mauvais contre biens ! Cela donne clairement des joutes très stylées, notamment grâce à la petite cutscene qui présente les héros choisis ! On se croirait presque dans un comics, ou deux équipes de super-héros s’affrontent. Ce qui est intéressant également dans ce mode, c’est que l’on voit clairement les rôles de chaque héros. Princesse Leïa est par exemple portée sur la défense, là où Chewbacca est un attaquant. Il faut donc bien choisir son rôle, pour une équipe optimale. Mais on l’avoue volontiers, on choisit généralement son personnage préféré plutôt que l’équilibre.

Les deux autres modes sont clairement les principaux. Tout d’abord, Assaut galactique est LE mode de Battlefront. En somme, chaque map propose une série d’objectifs différents (escorter des véhicules, détruire certains points…). Une équipe de vingt joueurs est en défense, tandis que l’autre attaque. Un classique du multijoueur, sauf qu’ici, le tout est enrichi par la licence Star Wars. Tout d’abord, chaque carte a ses objectifs, ce qui rend les affrontements beaucoup moins répétitifs qu’un classique mode Relais de Battlefield. De plus, on a vraiment l’impression de vivre certaines batailles épiques de la saga. Voir une rangée entière de Stormtroopers ou de droïdes à quelque chose de véritablement épique et d’incroyable. Chaque soldat part sur son objectif, blaster à la main, et ces derniers seront soufflés par des explosions, tranchés par un sabre laser ou tué par une balle pas si perdue que ça. C’est dans ces moments que l’on sent vraiment que Battlefront est l’une des meilleures licences de jeux vidéo Star Wars.

Notons également que les batailles spatiales sont cette fois-ci véritablement présentes, et non pas rajoutées dans un DLC, comme ce fut le cas dans le dernier Battlefront. On le redit, c’est un bonheur de piloter un TIE Fighter, d’esquiver les tirs et de saboter les plus gros vaisseaux. L’immersion est totale grâce à la vue à la première personne, que l’on recommande chaudement. Les véhicules se pilotent comme sur les Battlefield, c’est-à-dire que la vitesse se règle en poussant le joystick gauche vers le haut ou le bas.

Des caisses et des cartes

STAR WARS Battlefront 2Le Battlefront de 2014 proposait de conduire des véhicules ou d’incarner les héros en trouvant les différents jetons sur la map. Ici, DICE a tout changé, et c’est tant mieux. À chaque bonne action du joueur sur le terrain, celui-ci gagne des points. Ces derniers permettent de payer en pleine partie l’accès à des véhicules ou à des personnages plus fort. Des héros comme Dark Vador coûtent évidemment plus cher qu’un Stormtrooper équipé d’un lance-flamme. Le système marche du tonnerre, et permet de récompenser les joueurs, tout en retournant sur un système proche des deux premiers opus. À noter que le jeu récompense évidemment les escouades, puisque rester avec ses équipiers permet de gagner plus de points. Malin !

Qui dit multijoueur dit évidemment progression ! Chaque classe, héros ou véhicule ont des niveaux. Ces derniers débloquent uniquement un slot de carte. Comme dans le solo, celles-ci permettent d’ajouter des compétences (passives). On en trouve une demi-douzaine par personnage/véhicule. Pour gagner ces cartes, il faudra passer par l’achat ! Chaque partie ou chaque défi réussi permettent de recevoir des points. Certains permettent d’acheter directement des cartes, quand d’autres permettent de débloquer certains personnages ou véhicules. Cet argent peut également servir à acheter les fameuses lootbox tant décriées. Ces dernières contiennent des améliorations plus ou moins aléatoires, donc méfiance !

Des étoiles plein les yeux ?

Qu’on se le dise, le Battlefront de 2014 était une véritable claque. En plus de retranscrire parfaitement certaines batailles (Hoth ou Endor par exemple), le jeu était magnifique. Pour cette suite, c’est un peu moins probant. En effet, les cinématiques du mode solo et notamment la modélisation des visages sont clairement hasardeuses. C’est dommage, d’autant plus que ces cinématiques aiment à mettre la caméra au plus près des personnages… À l’inverse, les graphismes in-game proposent de magnifiques panoramas ! Malgré cela, on préfère peut-être le dernier Battlefront, car cette suite fait hélas un peu redite. Notamment certaines maps que l’on revoit un peu trop tôt…

C’est un peu le même son de cloche pour ce qui est du point de vue sonore. En effet, on note une VF bonne, mais sans plus, et surtout, où sont les musiques tonitruantes ? Sans forcément avoir recours aux thèmes classiques, Star Wars regorge d’envolées musicales épiques ! Ici, on ne note absolument aucun thème qui résonne dans notre tête. Concernant les différents sons, on retrouve en revanche les classiques bruits de blasters et autres voix de soldats. Si quelques phrases font office de référence un peu moisie (« j’ai un mauvais pressentiment »), les cris dans les couloirs et les phrases dans les batailles spatiales renforcent clairement l’immersion. Impossible de ne pas se rappeler des films, à moins de ne pas les avoir vus bien sûr !

Conclusion :

Les joueurs voulaient une campagne solo, ils l’ont eue ! Hélas, celle-ci est insipide, en raison d’un gameplay pas fun pour un sou, et d’un scénario qui s’autodétruit au bout de trois missions à peine. On ne se rappellera seulement que du plan de l’Étoile noire et des batailles spatiales. Celle-ci sont particulièrement immersives et épiques, en raison d’un sound design parfait. C’est le cas également du mode Assaut Galactique, qui est un pur délice en multi. Malheureusement, hormis cela, Battlefront 2 laisse un goût amer. Comme ci le jeu avait été sorti trop tôt, par pur calendrier commercial, sans aucune raison artistique. Le Battlefront de 2014 pouvait compter sur sa plastique, mais cette suite n’a finalement rien d’incroyable.

Test réalisé sur une version envoyée par l’éditeur, sur PlayStation 4 normale

Points positifs

  • La séquence de l'Etoile Noire
  • Bonne vf et sound design en général
  • De beaux panoramas
  • Les batailles spatiales
  • Arcade qui permet de jouer en coop et versus local
  • Le nouveau système de héros et véhicules
  • Assaut Galactique
  • Toujours aussi immersif et épique

Points négatifs

  • Campagne pas fun
  • Scénario limite absurde
  • La modélisation des visages
  • Des clins d’œils dont on se passeraient
  • L'IA venue pour se faire tirer dessus
  • Des maps qui font redites
  • Du lag de temps en temps
  • Pas de choix de serveurs
  • Une bande originale très discrète
6

Acceptable

"Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière." August Strindberg

Laisser une réponse