Steep test

Steep

Nintendo Switch PC PS4 Xbox One
7

Bon

7.5

JeuxCaptiens

Steep – Preview

Steep test
Cela fait depuis 2012 qu’aucun gros jeu de simulation de sports de neige n’est sorti. Il faut dire que SSX, le dernier jeu du genre avait placé la barre bien haute avec un jeu très fun et très arcade. Lorsque l’on a vu arriver Steep à l’E3 2016, on a donc été aussi surpris que très intéressé. Puis est venu l’Alpha qui nous a refroidis comme le vent glacé des Alpes. Après quelques modifications et avant la sortie du jeu le 2 décembre, Ubisoft nous propose une bêta qui va dans le bon sens.

steep-preview

Mission sport extrême

Steep ne se met pas dans une seule catégorie de sport, il en englobe 4, voire 5. À la volée, vous pourrez chausser vos skis, votre snowboard, vous équiper de votre wingsuit ou de votre parachute. Et si vous voulez juste arpenter les monts, les bottes seront certainement les plus adaptées. Évidemment, le jeu nous propose différents défis pour ses sports, mais il suffira de faire défiler des menus pour commencer un nouveau défi. Il faudra d’abord le débloquer, et c’est là tout un problème. Car oui, Steep est un jeu Ubisoft et comme tout jeu Ubisoft il faut trouver des points d’observations pour débloquer le reste de la carte. Cette fois-ci pas besoin de s’y rendre pour le débloquer, une paire de jumelles et un clic suffiront. Heureusement, les points d’observations sont signalés quand le joueur est proche d’un de ceux-ci. Cependant, il faut bien avouer que la technique est fastidieuse et n’a pas sa place ici. Pourquoi les nouveaux défis ne se déverrouilleraient-ils pas à mesure que le joueur progresse ? C’est un système classique certes, mais qui est efficace et prendrait tout son sens dans un jeu où l’on incarne un sportif cherchant la renommée, et donc des épreuves de plus en plus ardues.

Toujours au sol

Une fois un point d’observation trouvé, le joueur pourra se téléporter ici et sur les défis aux alentours pour les lancer ou pour se lancer dans un freeride pur. Chaque activité se lance en passant dans un cercle. C’est instantané, alors veillez bien à prendre de l’élan à être bien positionné avant de partir pour la course. Les activités sont d’ailleurs soit des courses pures, soit des courses de style, il faudra donc enchaîner les cascades ou les positions dangereuses (notamment avec la wingsuit). Vous avez fait une fausse manip ? Vous avez déclaré votre flamme à un arbre en l’embrassant brutalement ? Pas de problème, d’une simple pression de bouton, le joueur recommence la course instantanément. Pratique lors de certaines courses périlleuses. À noter que chaque course propose une ligne sans risques à suivre, un genre de fil d’Ariane de sécurité, mais qui dit sécurité, dit aussi moins rapide. Au joueur de trouver le parfait équilibre pour être premier… et encore vivant. D’ailleurs Steep propose un ajout un peu étrange : une barre de vie, ou en tout cas d’équilibre. Frôlez un trop grand nombre d’obstacles et une jauge baissera, tout comme votre vision d’ailleurs. Étrange, mais pourquoi pas. Concernant le système de tricks, c’est entre trop simple et trop complexe. Ubisoft a voulu faire simple avec peu de boutons, mais finalement ce n’est pas le joueur qui décide réellement ce qu’il fait. C’est selon la hauteur du saut que sort la figure, une figure donc imposée au joueur.

Le plus grand problème du jeu, c’est de ne finalement pas être très fun. Il faut bien le dire, sur les quatre sports présents, seuls le snowboard et le ski s’avèrent grisants, du certainement à la rapidité. La wingsuit et le parapente sont surtout frustrants et pas intéressants. Pourtant, on se rappelle que l’activité Parachute de GTA Online s’avérait magique. Ici non, il manque quelque chose pour que cela fonctionne réellement. D’autant plus que le jeu fait des efforts en nous proposant un système de vents qui poussent plus ou moins notre voile et qui permet d’optimiser au mieux son trajet, parfait pour les amateurs de chrono. Quant à la vue à la première personne, elle s’avère assez prenante sur les sports de glisse même si un peu trop brouillonne. Nul doute qu’on restera en vue à la troisième personne. Amateurs de sensations fortes, abstenez-vous, il manque encore ce quelque chose pour sentir le vent glacé et les pins vous frôler.

The Crew of Snow

Finalement, ce qui est bien plus intéressant dans Steep c’est le multijoueur. Pendant votre périple dans les monts enneigés, vous trouverez des joueurs. Libre à vous de les suivre, pour un freeride improvisé ou de les défier sur n’importe quel tracé. Il faut avouer que les courses sans règles, totalement improvisées ont beaucoup de charmes, et que défier un joueur presque instantanément est parfait pour ce genre de jeu. Néanmoins, on aurait voulu qu’à chaque défi, on puisse chercher de véritables joueurs, plutôt que d’attendre un joueur pour le défier, car en l’état actuel, il n’est pas facile de rider ensemble sur un même parcours. En revanche, Steep propose de battre les records des autres joueurs, de manière quotidienne, hebdomadaire ou tout le temps. Il est même possible de voir le replay du meilleur joueur.

Mais il faut bien dire que la carte des lieux est bien fichue, il s’agit d’une carte 3D très bien réalisée, permettant de voir les différents reliefs et de voir l’étendue gigantesque du massif. En l’état, la portion de map présentée pourrait déjà être suffisante. À noter que sur la carte, il est possible de zoomer à l’extrême, mais surtout de paramétrer tout, notamment les replays des derniers trajets que vous avez faits. Il permet plusieurs angles de caméras avec un effet enregistrement VHS assez rigolo.

Pimp my skis

Qui dit jeu Ubisoft dit évidemment customisation, et Steep en regorge. À chaque tracé que réalise le joueur, il lui est attribué de l’XP pour passer des niveaux. Chaque niveau et certains défis permettent de débloquer de nouveaux accessoires pour votre personnage, mais il faudra ensuite les payer avec votre XP. Au final, différentes catégories d’apparat sont personnalisables : bonnet, écharpe, casque, accessoire jambe droite, jambe gauche, pantalon, manteau, et même costume. Car comme on a pu le voir dans les trailers, Steep joue également sur le fun. Il est donc possible d’être habillé en lapin zombie pour faire du ski. Il s’agit très clairement d’un des points les plus intéressants du jeu, de la même manière que bon nombre de joueurs sur The Division étaient plus intéressés par les vêtements que par le reste du jeu.

C’est beau la neige

Lors de l’Alpha, on trouvait le jeu agréable à l’œil, mais sans plus, voir parfois un peu en deçà de ce qu’il devrait être. La bêta relève d’un cran le niveau, ce n’est toujours pas moche non plus, mais il y a clairement moyen de faire mieux, de travailler notamment le rendu de la neige et des reflets du Soleil. Ici la neige est blanche, c’est tout, elle ne nous aveugle pas, tout comme le soleil. C’est agréable, mais sans plus, on aimerait quelque chose de vraiment beau, surtout lorsqu’on voit les autres productions actuelles. De plus, il y a pas mal de bugs graphiques encore, comme le personnage qui traverse des arbres, ou qui se coince dans la barrière en faisant une crise d’épilepsie, c’est dommage.

On appréciera cependant la musique, qui ne fait pas dans le pop-rock habituel des jeux de glisses, mais plutôt dans quelque chose qui ressemblerait à de la soul, à de l’electro gentillet. Ce qui fait de la place à la montagne finalement, car on se sent tout petit face à elle.

On attendait Steep et on l’attend toujours, car c’est sur le long terme qu’on voudrait voir ce que Steep a dans les tripes. Le jeu possède de bonnes idées et de bons systèmes, mais Ubisoft devra encore travailler pour s’en sortir. À moins d’un mois de sa sortie Steep doit impérativement se sortir des codes Ubisoftesques (points d’observations, graphismes normaux, bugs graphiques…) et développer ses qualités, notamment son multi qui possède presque un petit côté The Crew, notamment avec la personnalisation très fun. Mais ce qu’on aimerait par-dessus tout, c’est justement que ce fun se retrouve également dans le gameplay, dans tous les sports disponibles.