Steep test

Steep

Nintendo Switch PC PS4 Xbox One
7

Bon

7.5

JeuxCaptiens

Steep gagne en contenu

Steep test
On l’avait oublié, mais cela fait déjà plus d’un mois que Steep est sorti. Si on l’avait oublié, c’est sans doute à cause de son gameplay entre deux chaises qui le rendait sympa sur le moment, mais sans plus. Un apéritif en attendant d’autres sorties plus conséquentes en somme. C’est peut-être à cause de son ergonomie qui gâchait également tout le contenu à faire. S’il y avait moult activités, la carte était franchement trop peu lisible pour voir ce qu’il restait à faire. Et donc à continuer plus loin. D’autant plus que le plus gros intérêt du jeu résidait dans les tenues à débloquer. Ubisoft semble l’avoir bien compris et propose le pack Adréaline pour Steep.

Adréaline est un DLC à 6, 99 € qui vient de sortir. Il est évidemment disponible dans le Season Pass, mais aussi dans l’édition Gold du jeu. Le pack Adrénaline vous proposera de renouveller le contenu si vous avez tout fait et tout débloquer. On y trouvera de quoi s’habiller avec trois wingsuits, cinq costumes et quatre planches de snowboard. Et si vous aimez votre personnage comme il est, de nouvelles activités viendront s’ajouter aux autres. C’est trois défis qui vous attendront, à savoir du parapente dans les Aiguilles, du wingsuit dans les Tyrol et une petite « balade » à Aoste, de nuit.

On ne va pas se mentir, c’est assez peu pour un pack à 6, 99 €. D’autant que comme on le dit dans notre test disponible à cette adresse, le parapente et la wingsuit ne sont pas très passionnants. On aurait aimé un pack purement cosmétique et un pack avec plus de défis, voire de nouveaux sports. Mais cela devrait arriver bien plus tard. Ubisoft proposera en effet de la luge, du jet-pack, du base-jump et du speed-riding. Les deux DLC approchant ont l’air d’être bien plus alléchants donc.

« Je suis le destructeur, le démolisseur, l’incendiaire du monde, et quand le monde sera réduit en cendres, je me promènerai, affamé, parmi les décombres, joyeux de pouvoir dire : c’est moi qui ai fait cela, moi ; c’est moi qui ai écrit la dernière page de l’histoire du monde, vraiment la dernière. »
August Strindberg

Laisser une réponse